Cuba commence à administrer des vaccins produits dans le pays à des enfants de 2 ans seulement

Par Katabella Roberts
18 septembre 2021
Mis à jour: 18 septembre 2021

Cuba a annoncé le 13 septembre qu’il allait commencer à administrer ses propres vaccins contre le Covid-19 aux enfants de 2 ans et plus, bien que ces vaccins n’aient pas encore été reconnus par l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

L’annonce a été faite par les médias d’État cubains, et le pays vise à vacciner au moins 90 % de la population, selon Voice of America.

Environ 38,7 % de la population cubaine est entièrement vaccinée, soit quelque 4,39 millions de personnes. Plus de 64 % de la population a reçu au moins une injection de vaccin, selon les données du gouvernement.

Toutefois, le pays communiste a connu une augmentation du nombre d’infections au coronavirus au cours des derniers mois, et présente l’un des taux de Covid-19 les plus élevés au monde.

Elle a enregistré un nombre record de 268 259 nouveaux cas et 2 545 décès pour le seul mois d’août, selon les données du Johns Hopkins Coronavirus Resource Centre, qui suit la pandémie.

« Le nombre d’infections à coronavirus survenues à Cuba ces derniers mois dans la population pédiatrique est alarmant », a dit le ministre de la Santé, José Angel Portal Miranda, dans une tribune publiée sur le site officiel d’information du gouvernement, Cubadebate, au début du mois. « Extrêmement inquiétante est l’augmentation quotidienne du nombre de nourrissons testés positifs pour le Covid-19. »

Selon le ministre de la santé, 117 500 mineurs ont été diagnostiqués avec le Covid-19 tout au long de la pandémie. Plus de 7 660 de ces nourrissons avaient moins d’un an.

Le ministre de la santé a noté que tout au long de l’année 2020, 58 enfants de moins d’un an auraient été infectés par le Covid-19, mais que ce chiffre est passé à 84 entre le 1er et le 15 février 2021.

Le Dr Amanda Porro, pédiatre, administre un vaccin contre la rougeole à Sophie Barquin, 4 ans, alors que sa mère Gabrielle Barquin la tient dans ses bras lors d’une visite à l’hôpital pour enfants de Miami, en Floride, États-Unis, le 28 janvier 2015. (Joe Raedle/Getty Images)

Il a ajouté que des études sont toujours en cours pour déterminer l’impact du virus sur les mineurs, mais que les recherches ont montré que les enfants de moins d’un an peuvent avoir un risque plus élevé de tomber gravement malades avec le virus par rapport aux enfants plus âgés.

Le pays a dit que les résultats initiaux ont montré que les vaccins locaux, Abdala et Soberana-2, sont similaires à certains des meilleurs vaccins du monde, tels que Pfizer-BioNTech et Moderna, en ce qui concerne la réduction des taux de transmission, des maladies graves et des décès.

Toutefois, si les deux vaccins ont été approuvés par les autorités réglementaires locales sur la base de données cliniques limitées concernant leur efficacité, testée sur 350 mineurs âgés de 3 à 18 ans, ils n’ont pas encore fait l’objet d’un examen international par les pairs, rapporte The Chronicle.

Malgré cela, le gouvernement cubain a hâte que les enfants retournent à l’école, car la plupart des foyers cubains n’ont pas accès à l’internet et les enfants ont dû se contenter d’apprendre par le biais de programmes télévisés depuis mars 2020, date à laquelle les écoles ont été fermées, note Voice of America.

Les enfants âgés de 2 à 18 ans recevront le vaccin Soberana-2, tandis que les adultes recevront le vaccin Abdala. Les deux vaccins nécessitent deux injections et une troisième injection de rappel.

« Nous avons des enfants qui meurent, qui contractent des maladies graves », a dit le Dr Vicente Verez Bencomo, directeur du Finlay Institute, lors d’une vidéoconférence organisée par le David Rockefeller Center for Latin American Studies de Harvard. « Nous vaccinons les enfants pour nous rapprocher du point où l’immunité communautaire sera établie. »

Katabella Roberts est une journaliste actuellement basée en Turquie. Elle couvre l’actualité et les affaires pour Epoch Times, en se concentrant principalement sur les États-Unis.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ