Les cure-dents et baguettes chinoises dont vous vous servez: sont-ils vraiment propres et hygiéniques?

Par Jocelyn Neo
31 mai 2020
Mis à jour: 31 mai 2020

Il n’est pas rare de voir le label « Made in China » sur nombre de nos produits, mais que ressentiriez-vous si vous veniez à découvrir que certains produits de vos marques préférées étaient produits de manière non éthique ? Ou si vos articles d’usage quotidien tels que les cure-dents et les baguettes n’étaient pas aussi propres, ni aussi hygiéniques que vous pensez ?

Récemment, l’Institut australien de politique stratégique a publié un rapport sur les Ouïghours détenus, qui sont transférés de force pour travailler dans des usines à travers la Chine pour « au moins 83 marques mondiales connues » telles qu’Apple, Gap, Sony, Nike et Samsung. Le Worker Rights Consortium, un groupe de défense des droits des travailleurs basé aux États-Unis, a également révélé que des gants de la marque française Lacoste étaient également produits dans des usines où travaillent des musulmans ouïghours et d’autres minorités ethniques, selon VOA News.

En fait, le terme « travail forcé » n’est pas un sujet étranger à ceux qui suivent de près ce qui se passe en Chine.

Cette photo montre les bâtiments du centre de service de formation professionnelle Artux City, qui serait un camp de rééducation où sont détenues des minorités ethniques majoritairement musulmanes, au nord de Kashgar, dans la région du Xinjiang, au nord-ouest de la Chine. (GREG BAKER/AFP via Getty Images)

Une industrie de l’esclavage gérée par l’État

En 2019, l’Organisation mondiale pour enquêter sur la persécution du Falun Gong (WOIPFG) – une organisation à but non lucratif basée aux États-Unis et qui se consacre à documenter la persécution de la discipline spirituelle – a publié un rapport d’enquête en deux parties qui détaille comment « l’industrie d’État du travail d’esclavage » prospère dans les prisons, les camps de travail et les centres de détention en Chine. Les détenus sont souvent des prisonniers de conscience ou des minorités religieuses qui sont emprisonnés avec d’autres détenus criminels.

En plus de mettre en évidence les nombreux produits d’usage quotidien, le rapport a également compilé des exemples flagrants de la façon dont les détenus fabriquent des cure-dents et des baguettes, souvent dans des conditions d’hygiène déplorables , ce qu’aucune industrie respectueuse des normes éthiques ne permettrait jamais.

L’un des principaux groupes soumis à ce travail d’esclaves est celui du Falun Dafa, une pratique de méditation basée sur les principes d’authenticité, de bienveillance et de tolérance. La méthode de méditation pacifique, qui est actuellement pratiquée librement dans le monde entier, a été interdite en Chine par l’ancien chef du parti communiste Jiang Zemin, qui a considéré ce groupe de méditants comme une « menace » après avoir vu ses principes moraux gagner une énorme popularité par rapport à l’idéologie communiste. Selon les données officielles de l’État chinois, 70 à 100 millions de personnes ont adopté la pratique du Falun Dafa dans les cinq ans qui ont suivi son introduction en 1992.

Le 20 juillet 1999, Jiang a alors lancé une campagne de persécution à l’échelle du pays, qui a abouti à l’arrestation de nombreux pratiquants de Falun Dafa et à leur envoi dans des prisons, des camps de travail et des centres de lavage de cerveau.

Pratiquants de Falun Dafa faisant les exercices dans la ville de Shenyang, province de Liaoning, en 1998 (Minghui)

« Récipients spéciaux » et accès restreints aux toilettes

Le rapport du WOIPFG cite l’exemple de la première prison pour femmes de Mongolie-intérieure, où les pratiquants de Falun Dafa ont observé d’autres détenues en train de stocker des cure-dents ou de trier du quinoa dans une petite tasse, et où elles utilisaient parfois un « récipient spécial » – une petite bassine qu’elles utilisaient pour laver leurs parties intimes la nuit.

Le rapport indique que « les prisonniers reçoivent deux tasses d’eau chaque jour : une à midi et une le soir. Ils économisaient la tasse d’eau chaude qu’ils recevaient la nuit pour se laver les parties intimes dans cette petite bassine. Pendant la journée, cette même petite bassine est utilisée pour conditionner les cure-dents ou trier le quinoa. Ce quinoa trié de la plus haute qualité était principalement destiné à l’exportation ».

Le rapport mentionne que les coupures d’eau se produisent fréquemment en raison de défauts techniques ou de coupures intentionnelles par les gardiens de prison pour économiser de l’argent. En conséquence, les prisonniers ne pouvaient pas toujours se laver les mains après avoir utilisé les toilettes. Le rapport ajoutait également que les détenus n’étaient autorisés à utiliser les toilettes que deux fois par jour pendant les heures de travail. S’ils n’ont pas d’argent pour soudoyer les gardiens afin de leur permettre d’utiliser les toilettes, certains d’entre eux peuvent « se cacher dans de grandes piles de vêtements pour faire leurs besoins sans que les gardiens de la prison ne s’en aperçoivent ».

Toutefois, le rapport a noté que les entreprises de vêtements pourraient ne pas être au courant de ces actions et « supposeraient que les traces sur les vêtements ne sont que des marques d’eau » et non des « marques d’urine ».

Des baguettes en bois utilisées dans un étal de mouton grillé dans une rue le 23 mars 2006, à Changchun, dans la province de Jilin, en Chine. (Photos de Chine / Getty Images)

Conditions de travail insalubres et non hygiéniques

Minghui.org, un site web américain qui retrace la persécution de Falun Dafa en Chine, a également publié un rapport de compilation en trois parties sur le travail forcé des esclaves et les conditions de travail insalubres. Le rapport est basé sur les témoignages de pratiquants sur ce qu’ils ont vu dans les prisons pendant leur détention.

Le rapport détaille les incidents survenus dans la prison pour femmes de Liaoning. La prison possède une grande usine de vêtements qui produit des vêtements destinés à l’exportation vers des pays tels que les États-Unis, le Japon, la Corée du Sud, le Royaume-Uni et le Canada. En plus de la fabrication de vêtements, les détenues fabriquaient également divers produits, dont de la nourriture, des chaussures, de la lingerie et même des cotons-tiges qui étaient exportés aux États-Unis, en Europe, en Australie et dans d’autres pays.

La deuxième partie du rapport, basée sur les récits des pratiquants, a noté que de nombreux détenus dans les prisons et les centres de détention souffraient souvent de maladies contagieuses telles que l’hépatite, la gale, la tuberculose, ou même le sida, mais qu’ils étaient quand même obligés de travailler. Il a également mentionné que les détenus du centre de détention de la ville de Fushun, dans la province du Liaoning, étaient mécontents d’être forcés à travailler et qu’ils déchargeaient leur colère quand ils emballaient des cure-dents.

« Les cure-dents étaient posés sur le sol, quelle que soit sa propreté. Certains détenus frottaient les cure-dents avec leur pied atteint de mycoses avant de les remettre dans le tas. D’autres mettaient les cure-dents dans leur bouche avant de les remettre en place », indique le rapport.

Cure-dents réalisés au centre de détention de Changliu, dans la ville de Tonghua, dans le nord-est de la Chine (Minghui)

Certains pratiquants du Falun Dafa qui ont réussi à fuir la Chine ont également raconté leur expérience de travail d’esclave pendant leur détention en prison.

Luo Zizhao, un chef cuisinier de Radiance, un restaurant cantonnais haut de gamme à New York, a raconté à Epoch Times en 2014 comment il avait été forcé d’assembler plusieurs produits pour l’exportation, dont des épingles à cheveux et des guirlandes de Noël, alors qu’il était détenu au centre de détention de Shunde dans la province de Guangdong. En connectant les fils pour les lumières de Noël, il se coupait souvent à cause des feuilles de cuivre très coupantes. Le travail forcé a provoqué des saignements et des infections sur ses dix doigts.

Le chef cuisinier Luo Zizhao à Manhattan, New York, le 17 février 2014. (Petr Svab/Epoch Times)

Bu Dongwei, qui vit aujourd’hui en Californie et qui a déjà travaillé pour la branche de Pékin de la Fondation Asie basée à San Francisco, a raconté à Radio Free Asia en 2009 comment il avait été forcé d’emballer des baguettes dans le camp de travail dans une petite pièce bondée avec d’autres détenus ; il avait été condamné à deux ans et demi pour avoir pratiqué le Falun Dafa.

Bu Dongwei a expliqué que les baguettes, fabriquées et emballées sans aucune désinfection dans les camps de travail, se trouvent couramment dans les restaurants aux États-Unis. Il a rappelé qu’une fois, alors qu’il était à Washington pour prendre des repas en bas du Capitole, il a vu le même type de baguettes utilisées.

Bu Dongwei s’exprime lors d’un rassemblement dans le centre de San Francisco, Californie, le 16 juillet 2016. (Minghui)

Bien que le WOIPFG ait noté que les États-Unis avaient interdit l’importation de biens fabriqués dans des conditions de travail forcé en 2016, les prisons et les centres de détention en Chine ont pu continuer à exporter de tels produits en utilisant « de multiples couches de sous-traitants pour dissimuler les véritables origines de ces produits ».

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant. Il est différent des autres organisations médiatiques, car nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre public. Nous n’avons pas d’autres agendas que d’informer nos lecteurs et les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant nos principes de vérité et de tradition comme guide dans notre travail.

RECOMMANDÉ