Cyberattaque Kaseya: une « majorité » des supermarchés suédois touchés encore fermés

Par Epoch Times avec AFP
5 juillet 2021
Mis à jour: 5 juillet 2021

La plupart des 800 magasins d’une des principales chaînes de supermarchés en Suède restaient fermés lundi, trois jours après avoir été touchés indirectement par la cyberattaque visant la société américaine Kaseya.

« La majorité de nos magasins restent fermés », a fait savoir à l’AFP Kevin Bell, un porte-parole de Coop Suède, soulignant que la situation semblait « plus positive » que la veille en vue d’un retour à la normale.

« Pour l’instant, nous avons permis à quelques centaines d’entre eux de rouvrir leurs portes », a-t-il déclaré. Les clients devront toutefois utiliser leur téléphone pour payer leurs courses, via une application de la chaîne coopérative, ou peuvent effectuer leurs courses en ligne, a précisé le responsable.

Fermer temporairement

Vendredi, une attaque informatique a indirectement frappé la chaîne de supermarchés, paralysant toutes ses caisses et contraignant le groupe à fermer temporairement la quasi-totalité de ses magasins à travers le pays.

Le sous-traitant Visma Esscom, d’où provient le problème, affirme que celui-ci est lié à l’importante cyberattaque qui a visé vendredi la société américaine Kaseya, entraînant des demandes de rançon chez nombre de leurs clients.

Coop Suède, qui représente environ 20% du secteur dans le pays nordique avec un chiffre d’affaires annuel de près de 1,5 milliard d’euros, a porté plainte dimanche auprès de la police.

Des pharmacies et la compagnie ferroviaire nationale SJ ont également signalé des problèmes de paiements.

Le ministre suédois de la Défense, Peter Hultqvist, avait dit dimanche son inquiétude de voir affecté un secteur « de la vie quotidienne » et « la sécurité alimentaire ». 

Points soulevés par le président américain Joe Biden en juin

Ces incidents interviennent alors qu’une vague d’attaques au « rançongiciel » frappe des cibles économiques ou des services publics à travers le monde, aux Etats-Unis notamment.

Ces « ransomwares » paralysent le système informatique d’une organisation, qui est alors sommée de transférer des fonds aux pirates informatiques pour se libérer.

De nombreux experts estiment que les pirates à l’origine de ces attaques sont installés en Russie. Moscou, suspecté de couvrir voire d’être associé à leurs activités, dément toute implication.

Le phénomène prend une telle ampleur qu’il a été un des points principaux soulevé par le président américain Joe Biden lors de sa rencontre mi-juin avec son homologue russe Vladimir Poutine.

 

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ