D’abord inquiète qu’une glace ait déclenché une réaction allergique à l’arachide chez son fils, une mère entreprend une nouvelle vocation

Par Louise Bevan
26 octobre 2020
Mis à jour: 26 octobre 2020

Aux États-Unis, une mère de l’État de Caroline du Nord a partagé son histoire avec des milliers d’internautes après qu’une glace a failli emporter son jeune fils allergique aux arachides.

Pourtant, Katie Bryant avait fait ses devoirs. « J’avais téléphoné à la compagnie, vérifié qu’ils n’avaient pas de lignes communes [de production] et revérifié la liste d’ingrédients. J’étais assurée qu’il pouvait manger [cette glace] », a-t-elle écrit pour Love What Matters. « Je les ai mises au congélateur en prévision des journées de chaleur accablante que connaît le Sud. »

(Avec l’aimable autorisation de Katie Bryant)

Cette journée est arrivée. Après que la famille de Katie eut quitté le jardin familial pour se mettre à l’abri de la chaleur à l’intérieur de leur maison, après avoir travaillé dur à l’extérieur, Katie a distribué des glaces comme rafraîchissement.

« Je venais d’enlever mes bottes et commençais à me détendre au moment où j’ai entendu une petite toux faible. Une seule », se souvient Katie. Son fils Sterling, alors âgé de 2 ans, n’était pas encore assez vieux pour communiquer à sa mère que son allergie avait été déclenchée, alors elle a dû le comprendre intuitivement.

« En essayant de ne pas l’inquiéter, je me suis assise et je l’ai observé. La respiration, les yeux, le nez, la peau, le ventre, les oreilles », explique Katie. « Comme une liste de contrôle de symptômes de choc anaphylactique. »

(Avec l’aimable autorisation de Katie Bryant)

Alors qu’elle le surveillait de près, elle aperçut soudain une petite tache sur la joue de Sterling. Katie a alors mis en oeuvre le plan d’action [qu’elle avait préalablement préparé en vue de ces cas] : elle a demandé à son aîné d’alerter le père de Sterling, a retiré la glace des mains de Sterling, l’a lavé, lui a administré sa première dose d’épinéphrine et a appelé une ambulance.

L’état de Sterling s’est rapidement détérioré au cours de l’heure suivante. « Il a vomi, était couvert de plaques rouges de la tête aux pieds, ne pouvait plus respirer, est devenu bleu » et trois autres doses d’épinéphrine, de Benadryl, de Pepcid et de stéroïdes ont été nécessaires [pour le sauver]. L’équipe médicale de l’hôpital a inondé Katie de questions, jusqu’à ce que finalement, le médecin de Sterling annonce : « C’est sous contrôle. »

(Avec l’aimable autorisation de Katie Bryant)

« Les choses sont beaucoup plus calmes maintenant », a écrit Katie, une fois la panique passée. « Il dort. […] [L’équipe médicale] n’arrête pas de me dire d’aller chercher quelque chose à manger, mais je ne peux pas », a-t-elle poursuivi. « Je ne peux pas quitter cet endroit. Je suis la voix [de mon fils], sa porte-parole. »

Katie a réfléchi à la façon dont le plan d’action de la famille avait sauvé la vie de Sterling ce jour-là. Elle a également réfléchi aux nombreux obstacles qui empêchent les personnes souffrant d’allergies de vivre dans un monde qui leur est sécuritaire.

« Il y a des cacahuètes dans des endroits qu’on ne se douterait pas », a expliqué Katie, citant notamment les écrans solaires, le paillis et le terreau. De nombreux produits de ce type ne sont pas tenus d’indiquer sur leur étiquette qu’ils contiennent des traces d’arachides.

(Avec l’aimable autorisation de Katie Bryant)

« Nous ne sommes pas antisociaux et nous sommes tristes de devoir refuser des invitations », a déclaré Katie. « Nous essayons simplement de garder notre enfant en vie. » À l’inverse, elle a exprimé sa gratitude pour tous les efforts positifs que d’autres personnes déploient pour garder les enfants qui souffrent d’allergies en sécurité. « Car nous sommes leur voix jusqu’à ce qu’ils soient assez grands pour se protéger eux-mêmes », a-t-elle déclaré.

Sterling s’est remis de sa terrible épreuve. Il est rentré chez lui et se renforce chaque jour.

S’adressant à Epoch Times par courriel, Katie a expliqué que son fils a récemment eu 4 ans. « Il adore faire des randonnées, cuisiner, jouer dans les bacs à sable et avec son chaton », a-t-elle partagé.

(Avec l’aimable autorisation de Katie Bryant)

Katie a ajouté que Sterling apprend également à être lui-même vigilant maintenant. « Il peut parler à n’importe qui de son allergie et s’en tient avec brio à n’accepter la nourriture que de ses parents », a-t-elle expliqué. « Nous lui avons appris à commander sa propre nourriture dans les restaurants que nous jugeons sécuritaires et à communiquer ses besoins au serveur. »

En outre, Katie partage également sa vie de famille sur une page Instagram. L’expérience qu’a vécue Sterling l’a également conduite vers une nouvelle vocation.

Au moment où nous écrivons ces lignes, Katie fait pression pour que soit adopté un projet de loi, écrit par la communauté, aux États-Unis. S’il est adopté, ce projet de loi obligera les fabricants à étiqueter tous les produits qui ont été en contact avec l’un des 14 allergènes les plus courants pour leur production.

(Avec l’aimable autorisation de Katie Bryant)

L’allergie à l’arachide de Sterling demeure grave, « mais nous faisons tout ce que nous pouvons pour le protéger », a déclaré Katie à Epoch Times. « C’est un petit garçon résilient, énergique et gentil, avec un grand coeur et de grands rêves. »

FOCUS SUR LA CHINE – Les investisseurs cachés derrière des sociétés-écrans de Hong Kong

Le saviez-vous ? 

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

RECOMMANDÉ