Dans la Manche, deux maraîchers travaillent la terre avec leurs chevaux: « Nous avons un grand respect pour le sol »

Par Emmanuelle Bourdy
8 juin 2021
Mis à jour: 8 juin 2021

Deux agriculteurs flamands ont élu domicile à Vengeons (Manche) où ils ont établi leur ferme tout récemment. Mais celle-ci a une particularité : le travail de la terre se fait avec la participation active de deux chevaux, sans oublier l’huile de coude !

Un retour à la tradition s’est naturellement imposé à Esther Maes et Jonas Verbeeck, deux agriculteurs âgés de 29 et 33 ans, installés à Vengeons, une petite commune d’à peine 500 habitants. Grâce à Filou et Félicie, leurs deux chevaux, les maraîchers travaillent dix hectares de terre dans le plus grand respect de l’environnement.

Un travail tout en douceur…

« Nous avons un grand respect pour le sol […]. De même, grâce à la douceur du travail avec les chevaux, la vie du sol n’est pas trop perturbée. Le travail avec les chevaux permet de limiter l’utilisation de combustibles fossiles », expliquent les deux agriculteurs de la ferme de la Ménardière, ainsi que le relate Actu.fr.

Pour pouvoir monter ce projet de maraîchage biologique et agroécologique en traction animale, Esther Maes et Jonas Verbeeck ont dû suivre une formation en traction animale et maraîchage. Celle-ci s’est déroulée aux Jardins d’Illas, en Ariège.

« Nous avons 1 400 m² de serres, où nous avons mis en place les premiers plants », ont expliqué les deux agriculteurs, qui ont installé leurs systèmes d’irrigation et ont mis en place les tunnels au cours de l’année dernière. Ils ont également prévu de planter des haies, indispensables au maintien de la biodiversité.

Dans un futur plus ou moins lointain, ils souhaitent créer une ferme circulaire. Pour cela, trois nouvelles recrues font désormais partie du cheptel. Les trois vaches, Ficelle, Suzette et Arlette, permettent ainsi la production du fumier qui viendra nourrir les sols. Les deux agriculteurs devraient d’ailleurs prochainement obtenir le label bio.

Une vente de légumes qui s’étoffe, petit à petit !

« La vie est au cœur de notre ferme. Nous nourrissons les gens avec des légumes de saison frais, sains et savoureux. Les légumes sont cultivés sur un sol vivant avec nos animaux, qui sont essentiels à la survie de notre entreprise par leur force et leur fumier », indiquent les deux maraîchers, qui devraient mettre en place très prochainement la vente de légumes à la ferme.

Au printemps, ils ont vendu leurs premiers légumes sur le marché de Sourdeval où ils sont présents tous les mardis. « Mardi, notre premier marché à Sourdeval ! Il faut bien commencer quelque part et nous commençons par des radis et petit à petit, semaine après semaine, notre gamme de légumes s’élargit », écrivaient-ils le 25 avril sur la page Facebook Ferme de la Ménardière.

Puis, d’autres légumes sont venus étoffer leur étal. « Chou rave, salade, chou chinois, blette et radis. La gamme s’élargit petit par petit. Il y a aussi des plants pour les jardiniers : Concombre, salade, céleri, oignon », mentionnaient-ils encore sur le réseau social le 11 mai.

Et si vous souhaitez contacter la Ferme de la Ménardière, vous pouvez le faire au 07 69 30 05 72 ou par e-mail à fermedelamenardiere@gmail.com.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ