Dans une vidéo virale, une jeune Américaine dénonce l’hypocrisie du mouvement antiraciste

Par Emmanuelle Bourdy
27 juin 2020
Mis à jour: 27 juin 2020

Elle ose dire tout haut ce que beaucoup pensent tout bas. Récemment, la vidéo réalisée par une jeune Américaine dénonçant les contradictions constatées lors des récentes manifestations antiracistes aux États-Unis, fait le buzz.

Dans une vidéo publiée sur les réseaux sociaux, une jeune Américaine anonyme a osé dénoncer les incohérences qu’elle rencontre ces derniers temps. En effet, alors que le mouvement antiraciste des Black Lives Matter se propage aux États-Unis, la jeune femme se révolte et exprime toute l’« hypocrisie » du mouvement Black Lives Matter, ainsi que le relate Valeurs actuelles.

Dans sa vidéo où elle apparaît avec le drapeau américain en fond, elle lance : « J’en ai marre de vos conneries ! » Elle constate amèrement la contradiction dans toute cette polémique antiraciste. « Si je dis que toutes les vies comptent, je suis une ‘raciste’, si je défends mon drapeau, je dois m’en excuser », s’indigne-t-elle. Elle ajoute, défendant les forces de l’ordre : « Si je porte un badge, possède une arme et m’habille en bleu je suis un ‘porc raciste’, mais si je vais en ville pour casser avec des briques et des masques, on dira que je suis une manifestante pacifique. »

À la suite des nombreux actes de vandalisme dont les magasins ont été victimes et qui ont été perpétrés par les manifestants eux-mêmes, elle s’insurge également : « Je n’ai pas le droit d’ouvrir mon magasin, mais j’ai le droit de piller et de détruire les magasins des autres ! »

Et ce ne sont pas les seuls paradoxes qu’elle souligne. En effet, alors qu’elle déplore de ne pas « avoir le droit d’aller à l’église », les militants, eux, ont « le droit de les incendier ». Elle est d’ailleurs révoltée par ceux qui vandalisent ou abattent les statues et les monuments historiques ou encore par ceux qui taguent le Capitole à Washington pour signifier qu’ils désapprouvent la politique menée par le président Donald Trump.

Elle s’interroge en effet : « Je n’ai pas le droit d’avoir un avis sur les questions raciales car je suis Blanche, mais si je n’ai pas d’avis sur la question, je suis la raison pour laquelle les gens sont opprimés. J’ai le droit de participer aux émeutes urbaines avec Black Lives Matter, mais si je vais à un rassemblement pro-Trump, le Covid-19 apparaît comme par magie. »

Elle termine ses propos en demandant : « Y a-t-il encore quelqu’un qui ne voit pas l’hypocrisie de tout ceci ? » 

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

RECOMMANDÉ