Le tireur de Dayton souffrait de psychose et entendait des choses «sombres et malsaines» dans sa tête, selon une ex-petite amie

Par Zachary Stieber
7 août 2019 Mis à jour: 8 août 2019

Selon son ex-petite amie, l’homme soupçonné d’avoir perpétré la fusillade de Dayton dans l’Ohio, Connor Betts, avait des problèmes de santé mentale, dont des voix malsaines qu’il entendait dans sa tête.

Lyndsi Doll est sortie avec Connor Betts au lycée. Elle a dit que pendant la dernière année de Connor, il ingérait régulièrement des pilules de caféine et des boissons énergisantes et lui a dit qu’il ne pouvait pas dormir parce qu’il était tourmenté par des ombres pendant la nuit.

Il lui a également dit que depuis son plus jeune âge, il souffrait de psychose et qu’il craignait de devenir schizophrène.

Connor Betts, photo non datée. La police a déclaré que le jeune homme de 24 ans avait procédé à une fusillade de masse à Dayton, dans l’Ohio, le 4 août 2019. (Police de Dayton)

« Il pleurait parfois en me disant qu’il avait peur de lui-même et qu’il avait peur de blesser quelqu’un un jour. Il était hanté par ça », a déclaré Lyndsi Doll au Washington Post.

Les responsables de la police ont déclaré que Connor Betts, 24 ans, avait commencé à tirer tôt le 4 août devant un bar à Dayton, tuant neuf personnes – dont sa sœur, Megan Betts – et laissant plus de 27 autres blessés, dont le compagnon de sa sœur. Au final, des officiers ont dû tuer Connor Betts.

Lyndsi Doll a dit que Connor était un peu plus sympathique quand il était avec sa soeur Megan, qui était plus jeune que lui.

« Ils jouaient l’un avec l’autre », dit-elle. « Elle était l’âme brillante et heureuse, et lui, l’âme sombre et plus réservée. »

Elle a dit avoir aussi entendu parler de la « liste noire » que Connor avait créée.

Des personnes endeuillées visitent un mémorial dédié à ceux qui ont été tués à Dayton, Ohio. (Photo par Scott Olson/Getty Images)

Lyndsi Doll a ajouté que ses amis ont essayé de la dissuader de traîner avec Connor, disant qu’il avait poussé une ex-petite amie dans un plan d’eau et en avait agressé une autre. Mais elle a dit que cela était lié à des problèmes d’anxiété et de dépression, les deux faisaient également partie d’un groupe connu sous le nom des « jeunes émotifs ».

Ils sont alors rapprochés et se sont mis en couple, mais Lyndsi craignait que quelque chose se produise. Car Connor parlait de « choses sombres et mauvaises » qu’il entendait et s’éloignait souvent au milieu d’une conversation.

Lyndsi a confirmé que Connor s’était enregistré comme démocrate en 2012 et qu’il aimait dénigrer les républicains.

Un compte Twitter lié à Connor montre qu’il faisait circuler de fausses descriptions du président Donald Trump, notamment avec un commentaire affirmant que le président voulait que les migrants soient abattus à la frontière. Il y préconisait aussi des politiques de gauche, notamment le socialisme et le contrôle des armes à feu. Connor utilisait également un langage popularisé par les élus d’extrême gauche, notamment en décrivant les centres de détention d’immigrants comme des « camps de concentration », et se décrivait lui-même comme un sataniste.

Connor a également partagé des messages d’activistes et de journalistes de gauche, dont deux du site web d’information américain Daily Beast et de NBC, qui sont connus pour s’opposer à Trump et aux conservateurs.

Un policier de Dayton sur les lieux de la fusillade, à Dayton, Ohio. (Photo par Scott Olson/Getty Images)

D’autres amies s’expriment

Adélia Johnson, 24 ans, a dit qu’elle était sortie avec Connor cette année après qu’ils se sont rencontrés dans un cours de psychologie au Sinclair Community College à Dayton et ont parlé de leurs problèmes relationnels.

Adélia a dit que Connor l’a emmenée tirer au fusil et a souvent parlé de meurtres de masse. Lors de leur premier rendez-vous, il lui a montré la vidéo d’une fusillade et une autre fois, il l’a emmenée avec lui alors qu’il remettait une lettre à une ex-petite amie.

C’est là qu’elle a rompu avec lui, a-t-elle dit à NBC.

Une autre fille, Melissa Appel, est sortie avec Connor pendant près d’un an, jusqu’au début de cette année. Elle a déclaré qu’à ce moment il était « calme », « respectueux » et « jamais agressif ».

« Quand j’ai vu l’article et que j’ai vu son nom, j’avais du mal à croire que la personne que je connaissais avait pu faire quelque chose comme ça. » Elle a dit qu’elle était allée au stand de tir avec Connor et qu’il parlait parfois d’armes à feu, mais qu’elle n’était pas au courant qu’il en possédait.

Theo Gainey, un voisin, a déclaré que Connor avait « un côté obscur », ajoutant qu’il était un « mauvais gars » avec des « tendances violentes ».

Connor Betts sur les photos qu’il a publiées sur Twitter. (@iamthespookster/Twitter)

Suspension

Deux anciens camarades de classe, un jeune homme et une jeune femme, ont déclaré à l’Associated Press que Connor avait été suspendu des cours de sa première année à Bellbrook après qu’une liste noire a été trouvée dans une salle de bain de l’école.

Ils ont aussi ajouté que Connor avait déjà apporté à l’école une liste avec le nom des camarades féminines qu’il voulait violer.

« Il avait une liste de meurtres et une liste de viols, et mon nom était sur la liste des viols », a déclaré sa camarade de classe.

Un policier était même venu pour lui parler, a-t-elle dit.

« Le policier a déclaré que Connor ne viendrait plus à l’école pendant un moment », a-t-elle dit. « Mais, au bout d’un certain temps, il était de retour, marchant dans les couloirs. Personne ne nous a prévenu qu’il retournait à l’école. »

Son camarade de classe a dit qu’il était dans la même équipe d’athlétisme que Connor. « La plupart des gens l’évitaient », dit-il.

« Il disait des choses choquantes juste pour avoir une réaction. Il aimait faire peur aux gens. »

RECOMMANDÉ