Davantage de villes chinoises en quarantaine ; Wenzhou n’autorise qu’une seule personne par ménage à sortir de la maison

Par Nicole Hao
3 février 2020 Mis à jour: 3 février 2020

À mesure que le coronavirus se répand en Chine, de plus en plus de villes s’efforcent de contenir le virus en limitant les déplacements des personnes.

Au cours des dernières semaines, la pneumonie virale s’est rapidement propagée de la ville de Wuhan, dans la province de Hubei, où la maladie s’est déclarée pour la première fois, à toute la Chine et à plus de 24 pays et régions. Les chiffres officiels font état de plus de dix mille cas confirmés, mais les habitants de Wuhan affirment que la véritable ampleur de l’épidémie est bien pire que ce que les autorités ont décrit.

La province du Zhejiang

À environ 900 km de Wuhan, la ville de Wenzhou dans la province du Zhejiang, située sur la côte sud-est du pays, a commencé à imposer des restrictions de circulation.

La ville, qui compte 8,29 millions d’habitants selon les dernières statistiques officielles, a fermé son système de transport public le 1er février.

Le lendemain, le gouvernement de la ville a publié deux nouveaux règlements. La première règle exige qu’une seule personne dans chaque foyer familial soit habilitée à aller faire des courses à l’extérieur pour se procurer des produits de première nécessité. En outre, cette personne désignée ne peut sortir qu’une fois tous les deux jours.

« Aucun autre déplacement n’est autorisé, sauf pour recevoir un traitement médical, pour effectuer des tâches liées au contrôle des maladies et pour les personnes qui travaillent dans des secteurs importants liés à la subsistance des gens. »

Cette règle, qui est entrée en vigueur le 1er février à minuit, s’applique jusqu’au 8 février à minuit.

Le deuxième règlement a fermé 46 des 55 entrées des grandes routes de la ville à partir de 10 heures le 2 février. Les personnes souhaitant emprunter les grandes routes ne peuvent utiliser que les 9 entrées autorisées.

D’autres villes du Zhejiang ont également publié des interdictions de circuler similaires, comme Yiwu et Wenling, le même jour. Yiwu a également interdit l’entrée de la ville aux personnes n’ayant pas de « hukou » local (document juridique regroupant les informations personnelles de chaque citoyen) ou d’enregistrement de ménage.

Province de Hubei

Dans l’épicentre de Wuhan et dans d’autres villes de la province de Hubei, les routes ont été fermées et des points de contrôle ont été mis en place pour empêcher les véhicules de circuler.

Par exemple, le gouvernement de la ville de Huanggang a annoncé le 30 janvier qu’aucun véhicule ne peut emprunter les routes, sauf « ceux destinés à la prévention et au contrôle des épidémies, au secours médical, aux besoins de base et aux secours d’urgence ».

Le 1er février, le dissident chinois Han Lianchao a publié un avis officiel de l’Association chinoise des pompes funèbres, qui avait été initialement publié dans un bulletin d’information interne plus tôt dans la journée.

L’avis demandait aux autres entreprises de pompes funèbres du pays de faire don de fournitures aux entreprises de Wuhan, telles que des sacs mortuaires, des lunettes, des combinaisons de protection et des désinfectants.

Initium Media, basé à Hong Kong, a rapporté le 26 janvier que les 14 chambres de crémation du salon funéraire Hankou fonctionnent 24 heures sur 24, sept jours sur sept.

Avant l’épidémie, l’entreprise faisait fonctionner ses chambres de crémation quatre heures par jour, cinq jours par semaine, selon l’article.

Le 2 février, les autorités sanitaires de Wuhan ont publié un avis expliquant que chaque gouvernement de district prendra des dispositions pour que tous les patients diagnostiqués comme atteints de coronavirus, les patients soupçonnés d’avoir contracté le coronavirus, les patients qui ont de la fièvre et les contacts proches des patients atteints de coronavirus soient mis en quarantaine dans les hôpitaux et les hôtels, où ils recevront un traitement. L’ajout d’installations qui n’étaient pas désignées auparavant pour traiter les patients atteints de coronavirus indique que l’épidémie est devenue plus grave.

Sur les médias sociaux, les membres des familles des patients mis en quarantaine ont déclaré que les conditions à l’intérieur des installations étaient mauvaises, et que beaucoup d’entre eux ne recevaient pas de traitement approprié.

Le magazine chinois indépendant Caijing a également rapporté le 31 janvier que les patients atteints de coronavirus à Wuhan ont des difficultés à recevoir un traitement, car tous les hôpitaux sont à pleine capacité.

L’article cite un médecin qui a traité des patients dans un hôpital de Wuhan depuis le 21 janvier : « Nos lits d’hôpitaux sont entièrement occupés par des patients, le personnel médical doit travailler jour et nuit, et beaucoup d’entre nous se sont transmis le virus. »

Il a déclaré que 10 médecins et 20 infirmières travaillaient dans son département. Le 29 janvier, 7 d’entre eux ont été diagnostiqués avec le nouveau coronavirus. En outre, 61 membres du personnel médical de l’hôpital avaient été diagnostiqués au 27 janvier.

Le médecin a déclaré qu’ils manquaient de ressources humaines et de fournitures médicales. En raison du nombre limité de lits d’hôpital, la plupart des patients ne peuvent pas être traités à l’hôpital.

Et bien que les membres du personnel médical pensent que les patients sont infectés par le coronavirus, ils ne peuvent pas les diagnostiquer avec certitude.

« Notre hôpital dispose de 600 lits pour les patients atteints de coronavirus […] [Le gouvernement de la ville] n’autorise chaque département à utiliser des kits de diagnostic que pour détecter trois à cinq patients par jour […] En d’autres termes, la plupart de nos 600 patients ne peuvent être désignés que comme des cas possibles », a expliqué le médecin.

Le médecin a déclaré que ce n’est que lorsqu’un des patients hospitalisés est mort et qu’un lit a été libéré qu’il peut faire en sorte qu’un patient dans un état très grave soit traité à l’hôpital.

RECOMMANDÉ