David Matas: une vie à défendre les droits de l’homme

5 juillet 2015 Mis à jour: 26 octobre 2015

À certains moments dans nos vies nous sommes tous confrontés à des choix difficiles testant notre capacité à juger le bien du mal. David Matas, avocat de Winnipeg qui a consacré sa vie et sa carrière à la lutte contre les violations des droits de l’homme, a rencontré de telles occasions. Qu’il représente un réfugié, soit observateur d’un procès à l’étranger ou d’une élection à la demande du gouvernement canadien, David Matas est depuis longtemps ce qu’il conviendrait d’appeler un champion des droits de l’homme.

Le 16 juin à Ottawa, David Matas a lancé son autobiographie « Pourquoi l’avez vous fait? ». L’ouvrage aborde son respect pour les droits de l’homme et ses motivations à persévérer pendant quarante deux ans comme avocat et défenseur des réfugiés et des droits humains. A 71 ans, il parcourt le Canada et le monde sans relâche pour lutter contre les injustices.

« Je fais cela plus dans le besoin d’aider les autres que de m’aider moi-même », a-t-il déclaré dans une interview. David Matas a été le premier avocat au Canada à exercer le droit de l’immigration; il rappelle à ce titre que le droit de l’immigration et le droit des réfugiés n’étaient pas enseignés du temps où il était à l’université.

David Matas signs a copy of his new book “Why did you do that?” at Chapters in Ottawa on June 16, 2015. (Pam McLennan/Epoch Times)
David Matas en séance de dédicace de son livre à Ottawa. (Pam Mclennan/Epoch Times).

L’avocat s’est lancé dans la politique en se portant candidat aux élections de député à trois reprises, entre 1973 et 1984. Puis il a réalisé que la politique est partisane par nature alors que les droits humains sont universels; il a ainsi choisit d’orienter sa carrière dans la défense des droits de l’homme, pour mieux agir en faveur de la communauté.

Holocauste et droits humains

Au début du livre, l’avocat se concentre sur l’Holocauste qu’il cite comme un exemple flagrant de violation des droits de l’homme. Il détaille comment cela a changé la représentation des droits de l’homme dans le monde: «  je me concentre sur l’Holocauste afin que les gens arrivent à se représenter ce qu’est et d’où vient cette prise de conscience mondiale des droits de l’homme ».

« Toute une série d’outils internationaux des droits humains ont été développées » continue-t-il. « Ils imposent  des obligations et accordent des droit aux individus, pas seulement aux États. La révolution des droits de l’homme est alors une double révolution: une révolution de l’homme, et une révolution de l’humanité. L’Holocauste plus que tout autre chose à déclenché une révolution de l’humanité » déclare-t-il.

« L’Holocauste et l’apartheid qui surviendra plus tard sont des manifestations flagrante de l’oppression par le droit. Les avocats ont une responsabilité particulière dans l’opposition à la répression par le droit« , souligne t-il.

Les chapitres suivants détaillent les différents types d’affaires juridiques et plaidoyers auxquelles il a participé. L’Holocauste est mentionné pour mieux mettre en lumière certaines questions complexes, et pour établir des comparaisons avec des événements similaires à l’anéantissement des Juifs par les nazis pendant la Seconde Guerre mondiale.

Une enquête difficile

Un chapitre nommé « The Killing of Falun Gong for Their Organs » évoque les meurtres organisés sur les pratiquants de la discipline spirituelle Falun Gong, actuellement persécutée par le gouvernement chinois. L’auteur a mené une enquête difficile et exhaustive avec l’ancien député David Kilgour pour déterminer la véracité de rapport mentionnant les prisonniers de conscience du Falun Gong, utilisé comme une banque vivante d’organes dans le but d’alimenter un trafic très rentable pour les autorités chinoises.

L’obtention d’information a été très difficile, car les victimes sont tuées dans le processus de prélèvement de leurs organes: les dossiers du gouvernement sur ces greffes ne sont pas rendus publics, et le personnel hospitalier est réticent à admettre cette activité illégale. David Matas raconte que son collègue et lui même ont été aidés par Gao Zichen, célèbre avocat des droits de l’homme en Chine. Suite à cette enquête, ce dernier a perdu sa licence de travail, et a été emprisonné et torturé pour ses efforts. En 2006, les deux avocats ont enfin prouvé la véracité des allégations, et ont publié la conclusion  dans un premier rapport, suivi d’un second. En 2009, ils rédigeront « Bloody Harvest« .

« Voilà ce que sont les Droits de l’homme: la solidarité avec l’humanité dans son ensemble« 

David Matas aborde aussi la réglementation internationale des droits de l’homme et les raisons pour lesquelles celle ci peut et doit être appliquée dans les affaires locales relevant de cette issue. « Je considère et je porte dans ce livre les raisons pour lesquelles il me semble important de plus appliquer la législation des droits de l’homme dans la pratique du droit, et dans les actions en justice », relève t-il.

Le livre présente une compréhension approfondie des besoins des réfugiés de traduire les criminels de guerre en justice, le besoin de légiférer sur les discours de haine et la défense des victimes de violation de droits fondamentaux. L ‘auteur a rendu à de nombreux rapports et a été maintes fois consulté pour son expertise, ainsi, sa contribution est à la fois pratique et théorique.

Encourager la mobilisation

David Matas travaille avec un large éventail de clients sur des cas différents, et siège à plusieurs conseils. Il travaille également avec de nombreuses ONG internationale de défense des Droits de l’homme tel que Human Rights Watch,  Amnesty International, B’nai Brith et autres.

L’avocat explique qu’une des raisons pour l’écriture de son livre est d’encourager un plus grand nombre de personnes à s’impliquer dans la défense des droits de l’homme. « Ce que j’espère accomplir à travers ce livre, c’est aussi de pouvoir mobiliser des gens qui ne se sentent pas touchés personnellement et qui pourtant devrait être impliqué » a-t-il suggéré.

David Kilgour, a former member of Parliament and co-author with David Matas of “Bloody Harvest: The killing of Falun Gong for their organs,” speaks about Matas’s new book during the book’s launch in Ottawa on June 16, 2015. (Pam McLennan/Epoch Times)
L’ancien député et secrétaire d’État canadien David Kilgour. (Pam Mclennan/Epoch Times)

« Voilà ce que sont les Droits de l’homme: la solidarité avec l’humanité dans son ensemble. Je pense qu’il est important d’aller au-delà de votre communauté, de votre culture, ou même de votre continent pour témoigner de la solidarité pour les victimes avec qui nous n’avons rien en commun, si ce n’est l’humanité » continue t-il.

Avocat et ancien membre du Parlement canadien, David kilgour a été l’un des nombreux collègues juristes de David Matas à être présent le 16 juin pour le lancement du livre.

« En fait je l’ai acheté à Paris » a-t-il reconnu en se référant à l’ouvrage. « J’ai lu chaque mot du livre. Il est vraiment fantastique, vous pouvez profiter de chaque page, de chaque paragraphe; il n’y a pas un problème qui ne soit pas abordé ».

David Mathias a été intronisé à l’ordre du Canada en 2009 et a été nominé pour le Prix Nobel de la paix avec David Kilgour en 2010. Cette autobiographie est son 11ème livre, qui se trouve actuellement en tête de liste des meilleures ventes de livres de poche dans la catégorie hors fiction à Winnipeg

Lire l’article original ici.

RECOMMANDÉ