De faux comptes soutiennent la campagne de propagande de Pékin sur Twitter

Par Frank Fang
17 mai 2021
Mis à jour: 17 mai 2021

Le régime chinois s’appuie fortement sur Twitter et Facebook pour diffuser sa propagande d’État au public mondial, et son effort en ligne a été amplifié par de faux comptes Twitter, selon des rapports récents.

« Nous constatons que la RPC[République populaire de Chine] cherche de plus en plus à utiliser ses diplomates pour amplifier la diffusion de la propagande des médias d’État vers l’extérieur », a déclaré Marcel Schliebs, auteur principal d’un rapport intitulé China’s Public Diplomacy Operations, selon un communiqué de presse.

Le rapport, ainsi qu’un second rapport axé sur les opérations de la Chine au Royaume-Uni, est le résultat d’une enquête conjointe de sept mois menée par l’Oxford Internet Institute, un département de l’Université d’Oxford, et l’Associated Press.

Avant 2019, il y avait au total moins de 50 comptes diplomatiques chinois sur Twitter, mais ce nombre a depuis augmenté de façon exponentielle pour atteindre 189 comptes au 1er mars. Le même mois, on comptait 84 comptes diplomatiques chinois sur Facebook.

Selon les rapports, ces comptes diplomatiques étaient attribués aux ambassades, ambassadeurs, consuls ou autres personnels d’ambassade chinois dans 126 pays.

Ces comptes diplomatiques étaient très actifs sur Twitter. Entre juin 2020 et février 2021, ces comptes ont tweeté 201 382 fois, et ces tweets ont été aimés près de 7 millions de fois, commentés un million de fois et retweetés 1,3 million de fois.

Par exemple, la porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Hua Chungying, qui a créé son compte Twitter en octobre 2019, a tweeté 2 036 fois au cours de la période de neuf mois et ses messages ont été retweetés 171 651 fois.

Les internautes chinois n’ont pas d’accès direct à Twitter ou à Facebook, car les deux sont interdits en Chine. Ils utilisent couramment des réseaux privés virtuels (VPN) pour contourner le blocus de l’internet chinois et accéder aux sites web interdits.

Les deux rapports ont également examiné dix des plus grands médias d’État chinois et leurs activités dans les médias sociaux, avec leurs 176 comptes sur Twitter et Facebook. Au cours du même intervalle de neuf mois, ces médias ont posté plus de 700 000 fois, recevant 355 millions d’appréciations, plus de 27 millions de commentaires et de re-partages. Parmi les dix autres médias figurent Xinhua News et CGTN, la branche mondiale du radiodiffuseur d’État CCTV.

Toutefois, les utilisateurs de Twitter pourraient ne pas être en mesure d’identifier rapidement l’affiliation étatique des 189 comptes diplomatiques. Selon les rapports, seuls 14 % de ces comptes, soit 27 comptes, ont été étiquetés comme contenu étatique.

Twitter a commencé à mettre un label sur les comptes de médias gouvernementaux et affiliés à l’État, y compris les principaux responsables gouvernementaux en août de l’année dernière, dans le but de fournir aux gens « un contexte afin qu’ils puissent prendre des décisions éclairées sur ce qu’ils voient ».

Les diplomates chinois et les médias d’État ont bénéficié d’un tel engagement de haut niveau sur Twitter parce qu’ils ont été stimulés en partie par des « comptes super-diffuseurs ».

« Ces comptes d’utilisateurs s’engagent rapidement avec le contenu de la RPC avec seulement quelques secondes entre les retweets. Nous constatons que près de la moitié de tous les retweets de comptes RPC proviennent des 1 % supérieurs des super-diffuseurs », selon les rapports.

Qui plus est, un grand nombre de retweets provenaient de comptes que Twitter avait suspendus au 1er mars. Au total, 10 % des retweets reçus par les comptes diplomatiques chinois et 7 % des retweets reçus par les comptes des médias d’État ont été suspendus par la suite.

Par exemple, 34 % des retweets reçus par l’ambassadeur de Chine en Serbie au cours de cette période de neuf mois provenaient de comptes suspendus. L’ambassadeur a tweeté 90 fois et a reçu 4 502 retweets.

Toutefois, les rapports soulignent que seul Twitter sait pourquoi ces comptes ont été suspendus.

« Les diplomates de la RPC utilisent des images, des symboles et des idées sur les réseaux de médias sociaux pour détourner l’attention des publics étrangers afin de façonner les programmes politiques et les grands récits dans les pays étrangers. L’objectif final est la création d’un récit dans les pays étrangers qui profite à la RPC », indiquent les rapports.

En août 2019, Twitter a suspendu 936 comptes originaires de Chine qui cherchaient à discréditer le mouvement pro-démocratie à Hong Kong. Près d’un an plus tard, en juin 2020, Twitter a supprimé environ 173 750 comptes liés à Pékin qui étaient impliqués « dans une série d’activités manipulatrices et coordonnées », telles que la diffusion de « récits trompeurs sur la dynamique politique à Hong Kong ».

Les rapports ont également analysé attentivement deux comptes Twitter – ceux appartenant à Liu Xiaoming, l’ancien ambassadeur de Chine au Royaume-Uni, et à l’ambassade de Chine à Londres. De juin 2020 à janvier 2021, un réseau coordonné de 62 comptes a été consacré à l’amplification des messages de ces deux comptes.

Sur ces 62 comptes, 60 ont finalement été suspendus par Twitter, dont 29 pour le motif de manipulation de la plateforme. Les deux autres ont été supprimés par leurs utilisateurs.

« Les comptes semblaient générer peu d’implication supplémentaire de la part des utilisateurs authentiques, mais peuvent avoir contribué à l’amplification du contenu des diplomates de la RPC en manipulant les algorithmes de la plateforme », indiquent les rapports à propos des 62 comptes.

Il était très important de mener cette étude des opérations d’influence de Pékin sur Twitter et Facebook, selon Philip Howard, professeur à l’université d’Oxford et l’un des auteurs des rapports.

« En découvrant l’ampleur et la portée de la campagne de diplomatie publique de la RPC, nous pouvons mieux comprendre comment les décideurs politiques et les entreprises de médias sociaux devraient réagir à une stratégie de propagande de plus en plus affirmée de la RPC », a déclaré M. Howard, selon le communiqué de presse.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ