Emmanuel Macron appelle les maires à renommer des rues et des places avec les noms de soldats africains

Par Epoch Times avec AFP
15 août 2019
Mis à jour: 21 août 2019

Jeudi dernier, lors des célébrations du 75e anniversaire du débarquement de Provence, le président Français a lancé un appel aux maires de France. Il a pris la parole à Saint-Rapahël (Var) pour inviter les élus à honorer les combattants africains en rebaptisant les rues et places des communes françaises.

Le président de la République s’est exprimé au terme d’une cérémonie de commémoration du débarquement de Provence du 15 août 1944, à la nécropole nationale de Boulouris, dans le Var, où reposent 464 combattants de la 1ère armée française.

Traditionnellement, cet anniversaire est l’occasion de saluer la contribution des soldats des anciennes colonies françaises à la Libération, notamment d’Afrique du Nord et subsaharienne.

« La très grande majorité des soldats de la plus grande force de l’armée française de la libération venaient d’Afrique: Français d’Afrique du Nord, pieds noirs, tirailleurs algériens, marocains, tunisiens, zouaves, spahis, goumiers, tirailleurs que l’on appelait sénégalais mais qui venaient en fait de toute l’Afrique subsaharienne, et parmi eux des Guinéens, des Ivoiriens », a énuméré M. Macron.

« Ces combattants africains, pendant nombre de décennies, n’ont pas eu la gloire et l’estime que leur bravoure justifiait. La France a une part d’Afrique en elle. Et sur ce sol de Provence, cette part fut celle du sang versé », a-t-il encore souligné, devant un parterre d’anciens combattants et anciens résistants.

« Ils sont des milliers à s’être sacrifiés pour défendre une terre lointaine, une terre souvent inconnue, une terre jusqu’alors jamais foulée, une terre à laquelle ils ont à jamais mêlé leur sang », a poursuivi le chef de l’État, devant son prédécesseur Nicolas Sarkozy, ainsi que les présidents ivoiriens Alassane Ouattara et guinéen Alpha Condé.

Une ré-écriture de l’histoire ?

Le discours du président a suscité beaucoup de réactions sur les réseaux sociaux. Certains remercient le président pour son geste, d’autres remettent en cause sa version de l’histoire ou l’accable pour son bilan en général.

D’autres historiens fustigent également le discours de Macron, qui expriment selon eux des contre-vérités historiques. Bernard Lugan, auteur d’une abondante bibliographie sur l’Afrique, estime que la « réécriture de l’histoire de France » se met parfois au service d’une idéologie permettant aux Africains de réclamer des droits aux Français.

L’auteur cite l’exemple des idées véhiculées par une certaine partie de la classe politique française sur le rôle des tirailleurs africains durant la Première guerre mondiale. D’après les chiffres, leur participation était minime et ils n’étaient pas de « la chair à canon » tel que le laisse entendre certains politiques.

« Durant la guerre de 1914-1918, l’Afrique fournit à la France 3,5% de toutes ses importations et 5,22 % de ses soldats. Ces chiffres sont respectables et il n’est naturellement pas question de les négliger. Mais prétendre qu’ils furent déterminants est un mensonge doublé d’une manipulation », écrit-il dans son blog.

Concernant le débarquement de Provence, l’idée selon laquelle la majorité des forces de libération étaient d’origine française ne fait pas l’unanimité.

La vice-présidente du groupe RN en région Paca, Eléonore Bez, a par exemple dénoncé sur Twitter une « insulte aux millions de morts de 39-45 » et une « instrumentalisation de l’Histoire » visant à faire « accepter » aux Français « l’immigration massive ».

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ