La civilisation maya se serait effondrée deux fois pour les mêmes raisons

20 février 2017
Mis à jour: 26 février 2017

L’effondrement maya a été l’un des sujets les plus discutés par les archéologues étudiant cette civilisation perdue. Une équipe de l’université d’Arizona menée par Takeshi Inomata a présenté le 23 janvier 2017, après plus de 10 années d’excavations, une nouvelle chronologie détaillée des Mayas. Elle montre deux périodes importantes de déclin dans la cité de Ceibal située au nord de Petén au Guatemala. L’étude s’est basée sur une datation précise au carbone 14 et sur l’analyse de céramiques.

Depuis 2005, les fouilles archéologiques sur le site ont permis de découvrir une histoire allant de la période du préclassique moyen – vers 1000 av. J.-C. – au classique terminal – vers 950 apr. J.-C. .

En utilisant un record de 154 datations, l’archéologue Inomata a confirmé un effondrement de la civilisation maya à la fin de la période préclassique entre les années 150  et 300, et un autre grand effondrement à la fin de la période classique entre les années 800 et 950.

Les deux cas « indiquent des schémas complexes de crises politiques et de rétablissements avant chaque effondrement », selon un rapport de l’université de l’Arizona et l’étude publiée par l’Académie des Sciences.

Le premier effondrement à Ceibal a été précédé par une guerre en 75 av. J.-C. qui comprenait l’effondrement de plusieurs centres de population dans les terres basses. Le second effondrement a été anticipé par une guerre en 735 apr. J.-C. , suivi d’un déclin de civilisation similaire en 810 et avec l’effondrement des basses terres mayas.

Autant au préclassique qu’au classique la population maya a persisté jusqu’à chuter dramatiquement dans les années 300 et 900.

Des fouilles durant les excavations à Ceibal. (Takeshi Inomata)

« Ce que nous avons découvert est que les deux cas d’effondrement (du préclassique et du classique) ont suivi des schémas similaires », a déclaré Inomata, professeur du département d’Anthropologie à la Faculté des sciences sociales et du comportement.

« Ce n’est pas juste un simple effondrement, mais des vagues d’effondrement, liées à la guerre et à une certaine instabilité politique, dans lesquelles de nombreux centres ont été abandonnés. Il y a eu un peu de rétablissement dans certains endroits, suivi d’un autre effondrement. »

Une stèle à Ceibal. (Wikimedia commons)

Tandis que les deux effondrements sont similaires dans leurs schémas, les deux cultures mayas se sont développées différemment. Selon l’équipe archéologique et contrairement à la période classique, les dynasties mayas de la période préclassique basaient leur gouvernements sur le divin.

L’étude de l’université d’Arizona suggère que durant la période classique de Ceibal, la population aurait reçu une aide extérieure ou aurait été sujette à un gouvernement extérieur.

La destruction de l’environnement a généré l’effondrement, selon l’étude précédente

Comment une société aussi magnifique a-t-elle pu s’effondrer, elle qui était capable de construire des barrages sophistiqués pour contrôler l’eau, aussi bien que les premières routes de six mètres de hauteur, de grands ponts ainsi que des structures colossales et des pyramides colorées ?

Une étude archéologique et environnementale dans le bassin du Mirador au Guatemala, menée par l’archéologue Richard Hansen qui est maintenant directeur de la fondation Cuenca del Mirador du National Geographic, a révélé que ce qui avait causé l’une et l’autre chute de la culture Maya était la destruction de leur environnement. Cela a amené un manque de ressources vitales – l’eau – et de nourriture. Par la suite cela a entraîné des migrations, des conflits et des guerres.

Entre 350 av. J.C. et 150 apr. J.-C. la cité du Mirador a été abandonnée en raison d’un manque de ressources, a rapporté Hansen lors d’un entretien avec Epoch Times en 2012. Au IXe siècle à la fin du Classique s’est également produit une importante sécheresse qui s’est terminée par l’effondrement de l’empire.

La dévastation qu’ont causé les Mayas dans leurs forêts natives a provoqué la destruction de leur écosystème.

La pyramide de la Danta au Guatemala. (Global Heritage Fund)

Les Mayas utilisaient la combustion du bois vert avec du calcaire pour produire un sable et renouveler leur stucs colorés qui décoraient toutes les imposantes constructions. En plus de cela, la production agricole était importante. Mais cela a conduit à un épuisement des forêts et à la mort des espèces de plantes, d’insectes et d’animaux générant la vie de l’écosystème.

Pour le Dr. Hansen, ce n’est pas vraiment l’usage du bois mais son « abus » qui a causé l’effondrement maya, une civilisation possible sœur des Olmèques.

Lire aussi : 

L’architecture maya. Réalisé par l’université d’architecture du Guatemala.

En raison de l’effondrement du préclassique maya, les habitants de différentes villes du bassin du Mirador se sont déplacés sur la côte caribéenne. Selon l’archéologue, à la période classique moyenne, la ville de Tikal située en dehors du bassin du Mirador est devenue la capitale.

Au même moment, le centre de pouvoir du préclassique tardif du royaume Kan s’est déplacé à Dzibanche, dans l’actuel Quintana Roo mexicain. Il s’est plus tard déplacé à Calakmul près de Campeche au Mexique.

Une autre étude de l’université d’État de Pennsylvanie dans la zone maya du Belize a rapporté les précipitations au cours des 2000 dernières années avec des informations de haute précision venant de stalagmites. Ils ont conclu qu’après une période de forte précipitation et d’une activité agricole prospère, après une extension de l’activité dans la région est arrivée une forte sécheresse.

Le Dr. Hansen affirme que la préservation des ressources naturelles est la seule chose qui peut maintenir en vie une culture. « C’est le meilleur investissement sur le long terme. » Ces ressources, qui comprennent les espèces d’animaux, de plantes et d’insectes, sont nécessaires pour éviter la sécheresse et l’effondrement.

« Ce n’est pas l’usage des arbres qui a causé du tort aux Mayas, mais l’abus de cette pratique. Imaginez le message que cela envoie aux gouvernements actuels. Si ces anciens abus ont causé un effondrement, il est curieux que nous faisons maintenant la même chose », prévient Hansen.

Version espagnole : Descubrimiento: La civilización maya colapsó dos veces y por la misma causa

RECOMMANDÉ