Découvrez le magnifique Quetzal, l’un des plus beaux oiseaux au monde

Par Robert Jay Watson
13 août 2020
Mis à jour: 13 août 2020

Possédant un magnifique plumage vert émeraude scintillant et une poitrine d’un rouge vif, le splendide Quetzal est bien connu pour son extraordinaire beauté et est considéré comme un symbole sacré dans la culture maya ainsi que pour les Aztèques.

Le Quetzal (Pharomachrus mocinno) habite la forêt tropicale des montagnes du sud du Mexique jusqu’à l’ouest du Panama, où il est l’une des curiosités les plus recherchées par les ornithologues.

(Ondrej Prosicky/Shutterstock)

L’espèce appartient à la famille des trogonidés, dont les membres se distinguent par leurs plumes colorées et leur caractéristique unique qui consiste à picorer sur les arbres résineux ou pourris pour y faire des trous pour les nids.

En ce qui concerne son régime alimentaire, cet oiseau omnivore se nourrit de presque tout, y compris de fruits, de baies, d’insectes, de lézards, de grenouilles et de tout autre petit animal qu’il peut attraper. Cependant, selon l’American Bird Conservancy, son aliment de prédilection est le minuscule avocat sauvage, qu’il avale entier, en crachant le pépin lorsqu’il a mangé toute la chair.

(Ondrej Prosicky/Shutterstock)

Considérée comme l’un des plus beaux oiseaux du monde, la femelle possède un plumage d’un bleu, d’un vert et d’un rouge éclatants tandis que les mâles reproducteurs, dont le plumage est encore plus vif, sont d’une beauté incroyable.

Selon le National Geographic, en plus de leur huppe verte et duveteuse, ils portent des plumes de queue qui peuvent atteindre un mètre de long à la fin de la saison des amours.

Cela signifie que lorsqu’ils prennent leur tour pour couvrir les 2 ou 3 œufs pondus à l’intérieur des troncs d’arbres, les mâles ont tendance à replier leurs plumes sur leur dos pour rester hors de vue. Malgré cela, leurs plumes sont parfois si longues qu’elles semblent dépasser.

Comme on peut s’y attendre, les plumes jouent un rôle important. Lorsque le mâle essaie d’impressionner son double femelle pendant la saison des amours, il descend des grands arbres pour montrer ses plumes allongées derrière lui. En plus de parader, les mâles chantent aussi pour les femelles.

(Wang LiQiang/Shutterstock)

Les plumes de la queue de l’oiseau ont une signification culturelle. En capturant des Quetzals, en leur arrachant les plumes de la queue, puis en les libérant, les gens ont créé des coiffes pour la classe dirigeante aztèque.

Quant au peuple maya, le Quetzal avait également un statut quasi divin. Leur incapacité à domestiquer l’oiseau et à le faire se reproduire en captivité en faisait un puissant symbole de liberté. Les rares plumes qui tombaient ou étaient arrachées devenaient une forme de monnaie précieuse, ce qui faisait du « Quetzal » l’unité parfaite pour la monnaie du Guatemala, introduite en 1925.

(Mirek Srb/Shutterstock)

Malheureusement, la population de Quetzal diminue en raison de la perte d’habitat attribuable à la déforestation ainsi que du braconnage pour les collectionneurs d’animaux exotiques et de ses plumes. L’IUCN estime sa population à environ 50 000 individus et place le Quetzal dans la catégorie de «presque menacée ». Heureusement, dans des réserves, comme El Jaguar au Nicaragua et le parc national de Los Quetzales au Costa Rica, l’habitat de la forêt tropicale de l’oiseau est protégé.

Alors qu’on savait que les Quetzals refusaient, dans le passé, de se reproduire en captivité, ZooMAT, dans le sud du Mexique, s’est associé à l’Aquarium mondial de Dallas pour faire éclore plus d’une douzaine d’œufs depuis 2003. La libération de ces oiseaux dans les forêts tropicales de la réserve de biosphère d’El Triunfo, dans l’État du Chiapas, pourrait être un petit pas vers le rétablissement de la population sauvage.

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

RECOMMANDÉ