Déçus que Trump se soit remis si vite du Covid-19, les médias d’État chinois diffusent de fausses nouvelles

Par Nicole Hao
8 octobre 2020
Mis à jour: 9 octobre 2020

Le président américain Donald Trump s’est remis rapidement de son infection au Covid-19, la maladie causée par le virus du PCC, en sortant de l’hôpital trois jours après avoir été diagnostiqué.

La nouvelle semble avoir déçu les médias publics chinois, qui reflètent souvent l’opinion officielle du Parti communiste chinois (PCC).

Les médias publics Xinhua ont rapporté la nouvelle deux heures et demie après la sortie de M. Trump du centre médical Walter Reed, le 5 octobre au soir : « L’équipe médicale de Donald Trump a déclaré qu’il n’était pas complètement rétabli. […] Il recevra 24 heures de soins médicaux à la Maison-Blanche. […] Il travaillera en ligne ou reportera toutes les campagnes électorales. »

À l’époque, l’équipe médicale de M. Trump avait déclaré lors d’un briefing que le président n’avait pas eu de fièvre depuis plus de 72 heures et que son niveau d’oxygène était normal.

M. Trump a également écrit dans un tweet avant de quitter l’hôpital qu’il reprendrait bientôt ses activités de campagne.

Xinhua n’a pas publié de photo en gros plan de Donald Trump revenant à la Maison-Blanche ce soir-là et a choisi à la place une photo prise depuis une vue aérienne.

Le 7 octobre, Zhong Yuan, commentateur des affaires politiques chinoises basé aux États-Unis, a analysé : « Xinhua a intentionnellement évité d’utiliser la photo de Trump qui révélerait qu’il était plein d’énergie. Cela montre à quel point les médias d’État ont été déçus. »

De plus, de fausses nouvelles concernant l’état de santé de Trump se répandaient sur les médias sociaux chinois.

Fausses nouvelles

Depuis le 6 octobre, une fausse nouvelle circule largement sur l’internet chinois.

Le post comprend une capture d’écran de D. Trump donnant un discours télévisé, avec les sous-titres suivants : « Les médecins ont dit qu’ils n’avaient jamais vu un corps tuer le coronavirus comme mon corps. Ils ont testé mon ADN et ce n’était pas de l’ADN. C’était les États-Unis. »

Epoch Times a fait une recherche en ligne et a trouvé que la photo provenait d’un post sur Twitter paru le 3 octobre par Keaton Patti, un écrivain et comédien vivant à New York.

Les médias sociaux chinois ont affirmé qu’elle provenait d’un discours prononcé par Trump le 4 octobre au centre médical, mais Trump n’a pas fait de tels commentaires.

Les plateformes de médias sociaux chinois ont également répandu d’autres rumeurs, comme que plus de 30 personnes ont contracté le virus du président américain ; que le retour de M. Trump à la Maison-Blanche a provoqué un chaos ; et une théorie de conspiration selon laquelle M. Trump n’était pas réellement infecté.

Dans le même temps, de nombreux internautes chinois ont envoyé à Donald Trump leur souhait qu’il remporte les élections et ont déclaré qu’ils attendaient avec impatience le débat entre Donald Trump et le candidat à la présidence du Parti démocrate Joe Biden, le 15 octobre.

Le 7 octobre, Sean Conley, le médecin de M. Trump, a déclaré dans un communiqué que le président avait développé des anticorps contre le virus du PCC et qu’il n’avait pas eu de fièvre depuis plus de quatre jours ni de symptômes depuis plus de 24 heures.

Le président américain Donald Trump quitte la Maison-Blanche pour le Walter Reed National Military Medical Center sur la pelouse sud de la Maison-Blanche à Washington le 2 octobre 2020. (Drew Angerer/Getty Images)

Commentaires du PCC

Hu Xijin, le rédacteur en chef du journal d’État chinois Global Times, a également publié sur le média social chinois Weibo : « Le président Trump a reçu son congé de l’hôpital. Il est difficile de dire que son cas peut être un exemple modèle de lutte contre le coronavirus [aux États-Unis], car le traitement qu’il a reçu est quelque chose auquel un Américain ordinaire n’a pas du tout accès. »

L’opinion de Hu a fait écho à celle d’autres responsables chinois. Hua Chunying, porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, a déclaré sur Twitter qu’elle espérait que tous les patients américains pourraient recevoir le même traitement et les mêmes soins « de qualité » que M. Trump.

Les messages de Hu et Hua ont été critiqués par les Chinois et d’autres internautes.

L’internaute chinoise Yonggan Shuohuaba a déclaré sur Weibo qu’un fonctionnaire typique du Parti communiste aurait également reçu un traitement spécial.

Des centaines d’internautes ont parlé du privilège dont jouissent les fonctionnaires chinois, et se sont plaints de la difficulté pour les Chinois ordinaires d’obtenir un traitement hospitalier en raison des coûts élevés et des capacités limitées – ce qui aurait donné la priorité aux fonctionnaires du Parti.

Sous le tweet de Hua, les utilisateurs ont également critiqué le traitement injuste en Chine, tout en notant l’ironie de Hua étant autorisé à utiliser Twitter, une plateforme qui est interdite en Chine.

Eilwek a écrit : « Twitter et Facebook sont interdits en Chine. Mais le porte-parole du PCC les utilise pour parler au monde. C’est le summum de l’hypocrisie. »

Krishna Prasanth a exhorté Hua : « Arrêtez de propager le virus à travers le monde. Tout le monde sera plus que content. »

L’internaute Shanye Zhiren a publié une vidéo, qui aurait montré un patient sautant d’un bâtiment du premier hôpital de l’université médicale de Harbin, dans la ville de Harbin, dans le nord-est de la Chine. Shanye a déclaré que le patient s’était suicidé parce qu’il était trop pauvre pour payer la facture de l’hôpital.

FOCUS SUR LA CHINE – Touché par le virus, Trump pourrait désormais s’affermir davantage face à la Chine



Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

RECOMMANDÉ