Le Brexit risque de causer un déficit de 145 millions d’euros pour les ONG britanniques

5 juillet 2016
Mis à jour: 5 juillet 2016

En 2015, les ONG britanniques ont reçu 145 millions d’euros de l’Office humanitaire de la Communauté européenne (ECHO). Lorsque le Royaume-Uni quittera effectivement l’Union européenne (UE), les organismes à but non lucratif immatriculés dans ce pays ne pourront plus bénéficier de ces financements. Le budget annuel de l’ECHO risque lui aussi de se réduire en l’absence de contribution du Royaume-Uni.

L’aide humanitaire publique britannique étant totalement « déliée » – c’est-à-dire que les entreprises et organismes caritatifs britanniques ne peuvent prétendre à aucun avantage dans l’obtention de subventions – le renouvellement de la contribution du ministère britannique du Développement international (DFID) à l’ECHO ne pourra être garanti sans un changement majeur de politique.

L’année dernière, les branches britanniques d’ONG internationales ou de fédérations d’ONG – dont le Comité international de secours, Oxfam et Save the Children – faisaient partie des principaux bénéficiaires du financement de l’aide humanitaire versé par l’ECHO. Ces ONG ont des branches dans d’autres pays de l’UE.

En 2015, 25 ONG britanniques ont reçu 11 % des dépenses totales de l’ECHO, soit 145 millions d’euros (près de 209 millions CAD). (ECHO)
En 2015, 25 ONG britanniques ont reçu 11 % des dépenses totales de l’ECHO, soit 145 millions d’euros (près de 209 millions CAD). (ECHO)

Selon Toby Porter, PDG d’HelpAge, ONG britannique ayant contracté une subvention de 1,6 million d’euros de l’ECHO en 2015, les regroupements internationaux d’ONG peuvent contourner le problème. « La solution la plus simple, a-t-il écrit dans un article de blogue, sera que les [organismes des grandes alliances mondiales immatriculés dans des pays membres de l’UE] reprennent les contrats de financement d’EuropeAid et de l’ECHO passés par leurs pendants britanniques. »

Ceci étant dit, parmi les 25 organisations ayant reçu des fonds de l’ECHO l’année dernière, plusieurs ne disposent pas d’un dispositif réglementaire aussi élaboré. Les conséquences sont plus graves pour les petites ONG, dont une proportion plus importante du revenu provient de l’UE et qui risquent de devoir s’en passer. Un responsable d’une ONG britannique a dit à IRIN que son organisation faisait face à une grande incertitude, que la perte de financement de la part de l’UE n’était que l’un des nombreux problèmes auxquels elle se retrouvait confrontée et que les fluctuations du taux de change en étaient un autre. IRIN a demandé à d’autres ONG de commenter la question, mais n’a reçu aucune réponse avant la publication de cet article.

Les financements de l’ECHO ne représentent en moyenne que 6 % du revenu total des 25 bénéficiaires. Voici la liste complète de ces organismes et les montants reçus en euros et en dollars canadiens :

Classement par ONG en euros et en dollars canadiens. (ECHO)
Classement par ONG en euros et en dollars canadiens. (ECHO)

Le budget alloué par l’UE au développement international ne se limite pas aux dépenses de l’ECHO pour l’aide humanitaire d’urgence. Il finance aussi les organismes à but non lucratif et les fournisseurs britanniques. BOND, regroupement britannique d’ONG, a indiqué qu’en moyenne, 39 % du revenu de ses 400 membres provenaient de fonds publics, dont 12 % de l’UE.

Source : IRIN News

Le Brexit risque de causer un déficit de 145 millions d’euros pour les ONG britanniques

Le point de vue dans cet article est celui de son auteur et ne reflète pas nécessairement celui d’Epoch Times.

RECOMMANDÉ