Délits de compassion : leur impact sur les enfants

Par Paul Adams
30 avril 2021
Mis à jour: 30 avril 2021

Il est naturel et normal de ressentir de la tristesse et de la sympathie face à la souffrance d’autrui et de vouloir l’atténuer. Le paradoxe de la compassion dans ce sens est qu’elle devient souvent un artifice rhétorique pour justifier une action qui nuit à ceux qu’elle est censée aider. Si vous aviez de la compassion, selon ce genre de défenseur moralisateur, vous soutiendriez ma politique. Si vous la remettez en question, vous êtes insensible ou cruel.

Les enfants utilisent cette forme de manipulation pour amener les parents à leur donner ce qu’ils veulent.

De leur côté, les parents ne sont pas toujours aussi compatissants envers leurs propres enfants qu’ils le semblent dans leurs relations avec les autres. Dans le personnage ridicule de Mme Jellyby, dans son roman Bleak House, paru au milieu du XIXe siècle, Charles Dickens met en garde contre une compassion perverse et mal orientée, qu’il appelle « philanthropie télescopique ». Mme Jellyby combine une compassion sans relâche à distance, en travaillant ostensiblement pour soutenir un projet improbable pour une tribu en Afrique, avec une grave négligence de ses propres enfants à la maison à Londres.

Quand aider fait mal

Ces dernières années, l’abus de compassion a pris d’autres formes, certaines moins évidentes mais non moins nuisibles. Nombreux sont ceux qui suivent le déclin de grandes villes libérales telles que San Francisco, Portland ou Seattle, où la loi et l’ordre semblent avoir disparu, où l’on trouve des seringues, des excréments et de l’urine sur les trottoirs de certaines zones commerciales.

Ils se demandent pourquoi ces villes se sont transformées en un aimant pour les sans-abri du monde entier, attirés dans ces lieux par l’absence de forces de l’ordre et de services. Pourquoi une ville ferait-elle cela ?

J’ai posé la question et on m’a répondu par un seul mot : compassion. Mais une telle approche est-elle compatissante pour les personnes qui ont besoin d’un soutien, peut-être sous forme de foyer, qui ont besoin de repères et de structuration ? Est-elle compatissante pour les propriétaires de petits commerces qui doivent tolérer et nettoyer le désordre devant leurs portes, dont les affaires ont décliné à cause du manque de clients prêts à entrer dans une telle zone ?

Migration de masse

Les gouvernements, les médias libéraux et la gauche, tant en Europe qu’aux États-Unis, ont permis et accueilli à bras ouverts l’immigration clandestine massive. Au nom de la compassion. Il y avait d’autres motivations, bien sûr, comme le désir de faire baisser les salaires ou d’augmenter une future base électorale, mais la compassion était la seule mentionnée publiquement.

Dans certains cas, les jeunes hommes célibataires qui dominent le mouvement de masse des migrants étaient des réfugiés fuyant la persécution et le danger chez eux. Dans beaucoup d’autres, ils n’étaient pas en danger mais cherchaient de meilleurs revenus. Ils ne se sont pas installés dans l’État le plus proche où ils seraient en sécurité, comme le permet le droit international, mais dans des pays lointains où les conditions semblaient plus favorables (comme pour les Somaliens en Suède, en Allemagne ou aux États-Unis).

Les enfants, qu’ils soient immigrants ou membres de la population d’accueil, ont joué un rôle particulier dans ce processus. Les enfants ont attiré la sympathie et ont fait la une des journaux en tant que victimes innocentes. Ils ont servi de tremplin pour l’entrée d’adultes au nom du regroupement familial. Étant donné que tous étaient (délibérément dans la plupart des cas) dépourvus de documents, les mêmes « mineurs non accompagnés » pouvaient entrer, sortir et entrer à nouveau avec un groupe différent d’adultes se présentant chaque fois comme des membres de la famille. Des bandes criminelles, comme le MS-13 au Mexique, ont organisé des marches vers la frontière et le trafic d’enfants.

Les libéraux ont reproché de manière moralisatrice au président Donald Trump de « garder les enfants dans des cages » construites par le président Barack Obama, mais c’est Trump qui a apporté rapidement et efficacement une solution humaine à la crise frontalière. Il a résolu le problème en suivant et en appliquant les lois existantes et par une collaboration internationale avec le Mexique et les pays du Triangle Nord de l’Amérique centrale. Rich Lowry, de National Review, montre avec minutie « comment Trump a pris le contrôle de la frontière », ajoutant, comme le sous-titre l’indique, « et comment Biden a créé une crise en gâchant tout ». L’un des résultats a été l’utilisation accrue d’enfants pour des activités criminelles, de la traite des êtres humains à l’entrée illégale aux États-Unis.

Compassion et politique

La compassion est un élément naturel et nécessaire de toute réponse politique adéquate face à la souffrance. Mais ressentir (ou prétendre ressentir) de la compassion ne produit pas en soi une ligne de conduite sage. De même, l’opposition à une politique proposée ou en cours n’est pas en soi une preuve d’insensibilité ou de cruauté.

Pourtant, les appels à la compassion fonctionnent souvent de cette manière, pour fermer la discussion ou l’examen sérieux des effets réels de la politique sur la vie des gens (coûts rarement supportés par ceux qui élaborent la politique en question) et pour faire taire ou annuler les critiques. Vous pouvez soutenir une ligne d’action par un sentiment sincère de compassion pour ceux qui souffrent de l’adversité que votre politique est censée améliorer. Mais les intentions et les sentiments ne sont pas les mêmes que les résultats ou les effets.

Même les sentiments de compassion peuvent être très sélectifs, compatissants envers certaines des personnes concernées et insensibles envers d’autres.

Pour qui est-il compatissant d’encourager l’utilisation d’enfants par les cartels et les bandes criminelles, d’encourager leur utilisation dans la traite des êtres humains ? En Europe et au Royaume-Uni, la compassion s’est souvent transformée en un déni généralisé de l’impact grave sur les femmes et les enfants dans le pays d’accueil. Une série d’incidents d’agressions sexuelles et de viols de femmes et de filles locales par des hommes immigrés en Suède, en Angleterre et en Allemagne a été couverte par les médias et la police, tandis que ceux qui étaient au courant de ce qui se passait, comme la police locale, les travailleurs sociaux, voire les parents, avaient peur d’être ignorés et dénoncés comme racistes s’ils parlaient.

La compassion s’est mêlée à la crainte officielle de provoquer un retour de bâton raciste pour produire un silence honteux. En Angleterre, il a fallu des dizaines d’années pour que les pratiques de prédation sexuelle, de trafic, de viol et d’abus de jeunes filles locales par des gangs pakistanais soient révélées et fassent l’objet d’une enquête sérieuse, d’abord dans la ville de Rotherham, contrôlée par les travaillistes, puis dans d’autres villes du pays. En Suède et en Allemagne, les agressions sexuelles de femmes locales par des groupes d’hommes célibataires ont atteint leur paroxysme à Cologne lors des célébrations du Nouvel An en 2015-2016, lorsque pas moins de 1 000 femmes allemandes ont été encerclées et agressées.

Lorsque la compassion est utilisée pour permettre la victimisation de cette manière, ce n’est plus de la compassion mais une couverture pour les abus.

Paul Adams écrit sur l’éthique, le mariage et la famille, et la politique sociale. Il est professeur émérite de travail social à l’université d’Hawaï. Il a également enseigné à la Case Western University et à l’Université du Texas.

Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l’auteur et ne reflètent pas nécessairement celles d’Epoch Times.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Vous pouvez nous aider à vous tenir informés

Pourquoi avons-nous besoin de votre soutien ? Parce que Epoch Times est un média indépendant ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Un journalisme indépendant et gratuit est de plus en plus difficile à obtenir en ces temps où la vérité est à la fois de plus en plus nécessaire et de plus en plus censurée. C’est pourquoi nous avons besoin de votre soutien. Chaque don est important et vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66%.

RECOMMANDÉ