Démission d’une dirigeante allemande de la BCE

Par Epoch Times avec AFP
25 septembre 2019 Mis à jour: 25 septembre 2019

L’Allemande Sabine Lautenschläger, membre du directoire de la Banque centrale européenne, a annoncé mercredi soir sa démission alors que règne un climat de division croissant au sein du conseil des gouverneurs de l’institution sur la politique monétaire.

La banquière centrale « a informé le président Mario Draghi qu’elle démissionnerait de ses fonctions le 31 octobre 2019, avant la fin de son mandat » qui était prévu fin janvier 2022, selon un communiqué laconique de la BCE qui ne donne pas de raison à ce soudain départ.

Interrogée, la BCE n’a pas souhaité commenter cette décision.

Seule femme au sein du directoire de la BCE, fort de six membres, Mme Lautenschläger est connue pour ses prises de position en faveur d’une politique monétaire orthodoxe, à l’opposé de celle qui a cours depuis des années en zone euro pour tenter de dynamiser l’économie et les prix.

Le 12 septembre dernier, elle faisait partie des sept membres au sein du conseil des gouverneurs de l’institution, comprenant 25 membres en tout, à s’être opposée à un nouveau paquet de mesures de grande ampleur pour soutenir l’activité économique, selon des sources proches de la banque centrale contactées par l’AFP.

Les critiques à l’égard de la politique monétaire généreuse en zone euro conduite sous l’impulsion du président italien Mario Draghi sont particulièrement fortes en Allemagne. Les banques du pays et une partie de l’opinion accusent la BCE de ruiner les épargnants par sa politique de taux bas.

Plusieurs grandes banques allemandes comme Deutsche Bank ou Commerzbank ont récemment annoncé des plans de suppressions d’emplois.

Mercredi, dans le communiqué, Mario Draghi l’a « remerciée pour son rôle déterminant dans la mise en place et la direction de la surveillance bancaire à l’échelle européenne », ainsi que « pour son engagement indéfectible envers l’Europe ».

Mme Lautenschläger a été par ailleurs vice-présidente du superviseur unique des banques depuis ses débuts fin 2014 jusqu’à février 2019. Depuis, elle s’occupait au sein du directoire de diverses fonctions liées aux systèmes de paiements, aux billets de banque et aux statistiques.

Son ou sa remplaçante devra être désigné par le Conseil européen, après consultation du Parlement européen et du conseil des gouverneurs de la BCE.

RECOMMANDÉ