Des démocrates omettent les paroles «que Dieu nous vienne en aide» lors de l’assermentation des témoins devant le comité de la Chambre

3 mars 2019 Mis à jour: 3 mars 2019

Aux États-Unis, des démocrates omettent l’énoncé « que Dieu nous vienne en aide » lors de l’assermentation de personnes témoignant devant un comité, le 28 février, suscitant la critique d’un républicain.

Un extrait vidéo du sous-comité judiciaire de la Chambre sur la Constitution et les droits civils et les libertés montre le représentant Steve Cohen (D-Tenn.) débutant l’audience en demandant à trois personnes de témoigner pour être assermentées.

« Jurez-vous ou affirmez-vous, sous peine de parjure, que le témoignage que vous êtes sur le point de donner est vrai et exact au meilleur de vos connaissances, informations et croyances ? », demanda le représentant Cohen au trio. Tous ont dit oui.

Le représentant Johnson a partagé la vidéo sur Twitter le 1er mars. « Je n’abandonnerai pas cette question. Restez à l’affût », a-t-il dit.

S. Cohen se préparait à poursuivre, mais le représentant Mike Johnson (R-La.) s’est interposé en disant : « Je pense que nous avons omis de dire ‘avec l’aide de Dieu’. »

« Effectivement », a admis M. Cohen.

Mike Johnson, 47 ans, a demandé aux témoins de réaffirmer le serment avec la phrase traditionnelle, pour le compte-rendu, demande à laquelle M. Cohen a répondu « Non ».

« S’ils veulent le faire, mais certains d’entre eux ne veulent pas le faire, et je ne pense pas que ce soit nécessaire, et je n’aime pas imposer ma volonté à d’autres », a répondu M. Cohen.

M. Johnson a répondu : « Eh bien, cela remonte à notre histoire fondatrice, cela fait partie de nos traditions depuis plus de deux siècles et je ne sais pas si nous devons l’abandonner aujourd’hui. »

« Puis-je demander aux témoins s’ils souhaiteraient choisir d’utiliser cette expression ? », a-t-il demandé.

Avant que les témoins ne puissent répondre, le représentant Jerrold Nadler (D-N.Y.) demande la parole. Il dit : « Si un témoin s’y oppose, on ne devrait pas lui demander de s’identifier. Nous n’avons pas de tests religieux comme pré-requis ou quoi que ce soit d’autre. »

« Et nous devrions laisser tomber », a-t-il ajouté.

M. Cohen a ensuite poursuivi l’audience sans qu’aucun des témoins n’ait prêté serment avec l’ajout « que Dieu me vienne en aide ».

Le 6 février, Mike Johnson a partagé un autre extrait montrant le représentant Nadler demandant à des témoins de prêter serment tout en omettant « avec l’aide de Dieu » lors d’une audience du Comité des ressources naturelles de la Chambre plus tôt dans le mois. M. Johnson s’y est opposé et M. Nadler a finalement répété le serment en ajoutant la phrase.

Ces cas sont survenus après qu’un projet de règlement du comité a montré que les démocrates de la commission des ressources naturelles prévoyaient supprimer la référence à Dieu dans le serment.

Le projet (pdf) comportait entre crochets rouges les mots « avec l’aide de Dieu », indiquant que ces mots seront supprimés si le projet de règlement est approuvé. Au lieu de cela, les démocrates prévoient d’ajouter les mots « sous peine de loi » au serment.

Une députée républicaine de haut rang a qualifié les modifications apportées au serment d’indication d’un déplacement vers la gauche au sein du Parti démocrate.

« Il est incroyable, mais non surprenant, que les démocrates tentent de soustraire Dieu aux travaux du comité dans l’un de leurs premiers travaux en contexte majoritaire », a déclaré à Fox News Liz Cheney (R-Wyo.), présidente de la Conférence des républicains de la Chambre des représentants.

« Ils sont vraiment devenus le parti de Karl Marx », dit-elle.

Une horloge et la devise « In God We Trust » (en Dieu nous croyons) sur l’estrade du président de la Chambre des représentants des États-Unis à Washington le 8 décembre 2008. (Photo par Brendan Hoffman/Getty Images)

Un certain nombre de démocrates se sont ouvertement présentés comme socialistes au cours des élections de 2018. Alors que la plupart ont perdu, Alexandria Ocasio-Cortez, membre des Socialistes démocrates d’Amérique, a remporté la course au Congrès à New York.

Le projet de règlement du comité présente d’autres connivences avec le marxisme culturel. Dans le texte entier, les mots « son et sa » sont remplacés par « leur » et toutes les références au « président » sont remplacées par « présidence ».

Le marxisme culturel, une ramification du marxisme, se concentre sur la culture plutôt que sur l’économie. L’idéologie est imprégnée d’athéisme et prétend que la race et le sexe n’ont pas lieu d’être. Le marxisme culturel se voue principalement à détruire la culture traditionnelle et, en particulier, les valeurs familiales, la foi et l’amour pour son pays qui lui sont rattachés.

Dans une série exclusive, Epoch Times démontre comment le marxisme culturel est une forme de communisme utilisée pour infiltrer l’Occident. Le reportage montre spécifiquement comment la campagne pour supprimer les références à Dieu remonte à l’idéologie communiste.

Version originale

RECOMMANDÉ