Déploiement de l’armée australienne pour aider des koalas en voie de disparition dans un parc animalier

Par Robert Jay Watson
1 février 2020 Mis à jour: 1 février 2020

Pour les hommes et les femmes du 16e régiment des forces de soutien d’urgence de l’armée australienne, nourrir et donner des médicaments aux animaux sauvages ne fait pas partie de la description habituelle de leurs tâches.

Cependant, les feux de brousse de 2019-2020 ont dévasté une grande partie de l’habitat des koalas dans le sud et l’est du pays, et les koalas menacés ont besoin de toute l’aide possible.

C’est pourquoi ces soldats, qui ont combattu les incendies dans les collines d’Adélaïde, se sont portés volontaires dans le parc animalier voisin de Cleland, qui « abrite certains des habitants les plus emblématiques de l’Australie méridionale », notamment des kangourous, des wombats et, bien sûr, des koalas.

Les photos des soldats en uniforme en train de nourrir les koalas en voie de guérison et de leur construire de nouvelles structures d’escalade ont ému de nombreux Australiens et des personnes dans le monde entier préoccupées par le sort de l’une des plus grandes victimes des feux de brousse.

Tandis que les koalas recevaient l’attention des réservistes, un message de l’armée sur Facebook a noté que les soldats fatigués ont aussi beaucoup profité de cette interaction. Le message expliquait que passer du temps avec les animaux en convalescence contribuait à « stimuler le moral de notre équipe qui travaille fort dans les collines d’Adélaïde ».

Avec des dizaines de milliers de témoignages, il était clair que les gens du monde entier étaient heureux de voir les soldats s’occuper des koalas déshydratés et construire de nouveaux habitats pour remplacer ce qui avait été décimé lors des incendies.

C’était émouvant de voir des adultes bercer des koalas et les nourrir avec soin avec des seringues, comme l’a commenté un internaute : « L’homme au premier plan sur la photo… c’est le visage et le regard d’un père… qui s’occupe de bébés… [vous] ne pouvez pas simuler ce regard… l’amour et la compassion pour le petit dans ses bras… tout comme ses propres bébés. »

La crise des feux de brousse s’est prolongée pendant des mois, les forces de défense australiennes ont fait appel à toutes leurs réserves pour aider à combattre le feu, à nettoyer les zones brûlées et à assurer un passage sûr aux personnes piégées par l’incendie. Le capitaine Garnet Hall de la 13e brigade de l’armée australienne, vétérinaire dans la vie civile, a été récompensé pour avoir apporté son aide aux koalas blessés, à d’autres animaux sauvages et aux animaux de ferme sur l’île Kangourou.

L’île, au large de la côte sud de l’Australie, était un important refuge sans maladies pour les koalas jusqu’à ce qu’elle soit brûlée par des incendies dévastateurs en janvier 2020. Selon la BBC, on estime qu’environ la moitié des 50 000 koalas de l’île ont péri dans l’incendie.

Le capitaine Hall a expliqué au site web Bored Panda : « Lorsqu’ils sont menacés, leur instinct les pousse à grimper aux arbres. Cependant, face à un incendie, cette réaction mène à la tragédie. »

Un koala blessé est soigné pour des brûlures par un vétérinaire au parc animalier de l’île Kangourou en janvier 2020. (©Getty Images | PETER PARKS)

« Les koalas ne peuvent pas échapper à ces flammes et, par conséquent, la plupart de ceux qui se trouvaient dans les zones touchées par les incendies sont morts », ajoute le capitaine Hall. « Certains ont survécu, mais ils ont d’horribles brûlures aux mains, aux pieds et à la tête. »

En travaillant au parc animalier de l’île Kangourou, le capitaine Hall a fait appel aux ressources de son unité pour aider à traiter le plus grand nombre d’animaux possible dans ces circonstances extraordinaires.

Des koalas blessés et déplacés, sauvés sur l’île Kangourou, dorment dans des paniers improvisés. (©Getty Images | PETER PARKS)

Comme il l’a dit dans une vidéo de YouTube pour l’armée australienne, M. Hall a été aidé par « des soldats privés qui travaillaient avec l’équipe vétérinaire en tant que chauffeurs ». « En fait, je les ai utilisés comme aides-vétérinaires et ils m’ont beaucoup aidé en offrant des mains supplémentaires pour tenir les animaux et m’aider à soigner leurs blessures. »

Une partie de l’attrait pour les soldats dans ce nouveau rôle est de pouvoir faire quelque chose en dehors de leurs tâches habituelles. « C’est complètement différent de leur travail [civil] de jour », ajoute-t-il. « C’est en fait complètement différent même de leur travail dans l’armée, donc ceci ajoute comme une troisième dimension à leur profession. »

RECOMMANDÉ