Selon un professeur de droit à Harvard : Joe Biden n’est pas le président élu

Par Mimi Nguyen-ly
19 novembre 2020
Mis à jour: 22 novembre 2020

Alan Dershowitz, professeur de droit à Harvard, a affirmé que Joe Biden n’est pas le président élu mais qu’il est en droit de se décrire comme tel.

« Le président élu n’est pas nommé comme tel avant d’avoir obtenu au moins 270 certifications d’électeurs de l’État ou que son adversaire ne cède. Rien de tout cela n’est arrivé jusqu’à présent », a déclaré l’avocat très en vue au journal télévisé NTD News.

« Je pense qu’il est en droit de se décrire comme président élu. Pour l’instant, il a remporté environ 305 voix électorales et le président Donald Trump est en droit de le contester. C’est la liberté d’expression. C’est de la politique. Ni l’un ni l’autre n’ont le droit, en vertu de la loi ou de la constitutionnalité, de se déclarer président élu. »

Alan Dershowitz, qui a fait partie de l’équipe juridique de Donald Trump lors du procès de destitution du Sénat au début de l’année, a déclaré penser que l’équipe de Donald Trump cherche à imposer l’élection à la Chambre des représentants, en ne laissant pas Joe Biden atteindre les 270 voix du Collège électoral nécessaires pour assurer la présidence. Les républicains ont une majorité de 26-23-1 à la Chambre des représentants.

Un moyen possible pour l’équipe de campagne Trump d’obtenir légalement que les électeurs ne votent pas est que si les contestations devant les tribunaux n’ont pas été résolues, certains secrétaires d’État, dont beaucoup sont républicains, peuvent refuser de confirmer le vote avant la mi-décembre, a déclaré M. Dershowitz.

« Cela sera contesté devant les tribunaux. Et ce sera un gâchis, cela créerait une crise constitutionnelle d’un genre que nous n’avons jamais eu auparavant », a-t-il déclaré.

Il a noté que les avocats de M. Trump comptent sur une disposition constitutionnelle qui déplace l’élection à la Chambre des représentants s’il n’y a pas de vainqueur définitif au sein du Collège électoral d’ici la mi-décembre.

« Je comprends pourquoi l’équipe juridique de Donald Trump essaie de faire passer l’élection à la Chambre des représentants. C’est leur droit constitutionnel. Et je ne peux pas les condamner pour avoir utilisé tous les recours juridiques possibles. C’est ce que font les avocats. »

« Je pense que les poursuites judiciaires, en fin de compte, n’entraîneront pas de revers outre-mesure pour Donald Trump », a-t-il déclaré. « Je pense que le 20 janvier, Joe Biden sera élu président et intronisé à la présidence des États-Unis, mais je ne reproche pas à l’équipe de Donald Trump de se battre et d’essayer de faire tout ce qu’elle peut légalement, éthiquement, constitutionnellement et politiquement pour essayer de préserver sa présidence. »

L’équipe de campagne de Donald Trump ou son équipe juridique n’ont pas rendu public le type de stratégie spécifique qu’ils sont en train de mettre en œuvre. En gros, selon Alan Dershowitz, l’équipe de campagne de Donald Trump a engagé deux types de poursuites judiciaires dans plusieurs États.

« Je compare le premier type de procès constitutionnel au marché de gros, comme en Pennsylvanie, où ils contestent légalement la nécessité d’écarter toutes les voix qui sont arrivées après le jour des élections, même si elles ont été exprimées, même si elles ont été présentées avant le jour des élections », a-t-il déclaré. « C’est une contestation constitutionnelle fondée sur l’article 2 de la Constitution. Elle englobe tout le territoire et implique plusieurs milliers de votes. Et cela a de bonnes chances de réussir. »

« L’autre type de contestations est comme le commerce de détail. Ce sont des contestations qui se font au cas par cas chez quelques personnes qui n’auraient pas dû avoir le droit de vote, de voter. Y a-t-il eu fraude ? Y a-t-il eu un pépin informatique ? Ces contestations sont beaucoup plus difficiles, car elles nécessitent de véritables procès, des témoignages, et elles prendront du temps, et il sera très difficile pour eux de réussir », a-t-il déclaré.

Il dit être conscient que les avocats de Donald Trump ont parlé d’anomalies informatiques potentielles qui, si elles s’avèrent vraies, pourraient déclencher une « perturbation et un revirement de situation majeurs ».

« Nous n’avons jamais rien vu de pareil auparavant, car jamais les ordinateurs n’ont joué un rôle aussi important pendant des élections […] Le grand défi est de savoir si oui ou non des dysfonctionnements informatiques ont détourné des milliers de voix de Donald Trump vers Joe Biden, et si cela s’est avéré vrai. Et encore une fois, je n’ai pas encore vu les preuves. Je viens d’entendre les avocats en parler. Cela changerait beaucoup de choses. »

« Et, bien sûr, le public américain serait très contrarié parce que les chaînes de télévision lui ont déjà annoncé le nom du gagnant. N’oubliez pas que les chaînes de télévision ne peuvent pas déclarer le vainqueur, légalement et constitutionnellement. »

Focus sur la Chine – Trump met fin au financement de l’armée de Chine

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

RECOMMANDÉ