Des camions militaires transportent des corps hors d’une ville italienne d’un crématorium submergé

Par Simon Veazey
20 mars 2020
Mis à jour: 20 mars 2020

Des camions militaires ont transporté les corps des personnes tuées par le virus du PCC* hors d’une ville italienne où le crématorium a été submergé, le bilan national étant de 475 morts en un jour.

Bergame, une ville riche située à seulement 48 km de Milan, se trouve dans la région nord-est de la Lombardie, qui a été la plus durement touchée par la pandémie avec 300 décès en une journée.

Le crématorium local de Bergame a fonctionné 24 heures sur 24 mais n’a pas pu faire face à l’augmentation du nombre de victimes, selon les rapports locaux.

Des vidéos de camions militaires quittant la région ont circulé sur les médias sociaux jeudi, un porte-parole de l’armée a confirmé que 15 camions et 50 soldats ont été déployés pour déplacer les corps vers d’autres provinces, selon Reuters. Le crématorium ne pouvant pas suivre le rythme, le nombre de corps contenus dans des cercueils a augmenté dans la ville jusqu’à plus d’une centaine, certains ont été entreposés dans une église locale, selon un rapport des médias locaux.

L’Italie est le pays le plus touché en dehors de la Chine, avec un total de 35 713 cas confirmés et 2 978 décès à ce jour causés par le virus PCC, communément appelé le nouveau coronavirus.

Mercredi, 475 personnes sont mortes du virus au cours de cette seule journée. La veille, le nombre de décès en 24 heures a été de 345, selon l’ANSA.

Un peu plus de 8 % des professionnels de la santé du pays ont été infectés par le virus PCC, selon les autorités.

En Italie, l’armée a été engagée dans la lutte contre le virus de différentes manières.

Le ministère de l’Armée a montré des images d’hôpitaux de campagne militaires en cours d’installation dans la ville de Piacenza, à environ 64 km au sud-ouest de Milan.

Les hôpitaux du nord de l’Italie, où la pandémie a fait son apparition pour la première fois en Europe, ont atteint le point de rupture, alors que les cas se multiplient dans le reste du pays, mettant ainsi la pression sur le système de santé national.

Le gouvernement a annoncé mardi qu’il allait mettre en service 10 000 étudiants en médecine, en les dispensant de leurs examens de qualification, alors que le pays lutte pour faire face à l’épidémie. Ces diplômés seront envoyés dans des cliniques de médecine générale et des maisons de retraite, laissant aux médecins les plus expérimentés le soin de s’occuper des hôpitaux qui se remplissent rapidement.

En dehors de la Chine, l’Europe est devenue le deuxième épicentre du virus la semaine dernière, l’Espagne, l’Allemagne et la France ayant enregistré plus de 40 000 cas confirmés au total.

L’Espagne, la France et l’Italie, ainsi que d’autres pays européens, ont adopté diverses mesures de confinement strictes afin d’endiguer la propagation du virus.

* Epoch Times désigne le nouveau coronavirus de virus du PCC, car la dissimulation et la mauvaise gestion du Parti communiste chinois ont permis au virus de se propager dans toute la Chine et de créer une pandémie mondiale.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ