Des centaines d’animaux marins devenus sans-abri du fait de la fermeture définitive de leur zoo

Par Louise Bevan
20 juin 2020
Mis à jour: 21 juin 2020

Des centaines d’animaux marins sont en train de perdre leur habitat du fait qu’un zoo côtier britannique ferme définitivement ses portes, invoquant des pertes financières irréparables à la suite du confinement durant la pandémie de coronavirus.

Le zoo Living Coasts, dans la ville de Torquay, dans le Devon, au sud-ouest de l’Angleterre, abrite toute une série d’animaux marins, dont des manchots du Cap, des gorfous dorés, des otaries à fourrure australe, des canards de mer, des combattants et des sternes ; tous ont perdu leur maison en raison de la fermeture définitive de l’attraction à partir de juin 2020.

Selon le Mirror, les 44 employés du zoo risquent également de perdre leur emploi. Le personnel du zoo de Paignton et du zoo de Newquay, deux autres attractions gérées par la même autorité, la Fondation Wild Planet Trust, risquent également de fermer.

Le zoo marin Living Coasts dans la ville de Torquay, dans le Devon, en Angleterre (Capture d’écran/Google Maps)

La Fondation a fait cette annonce regrettable sur le site web de Living Coasts. « La baisse du nombre de visiteurs et la fermeture forcée de tous les zoos [Living Coasts] en raison du Covid-19 ont obligé le site de Torquay à revoir sa base de coûts et à réaliser des économies », ont-ils déclaré.

« Après près de vingt ans de fonctionnement, le site nécessite également un entretien important que la Fondation [Wild Planet Trust] n’est plus en mesure de se permettre », ont-ils ajouté. « L’étape suivante consiste à trouver des foyers pour les animaux […] une fois les restrictions de mouvement levées. »

Le site de Torquay, programme de conservation marine et attraction zoologique ouvert en 2003, a été conçu pour reproduire les habitats sauvages de ses habitants marins. Le site comprend une « plage » pour les oiseaux marins, une mangrove tropicale et des zones d’observation sous-marine pour les visiteurs.

(Illustration – SAORI/Shutterstock)

Déplacer les centaines d’habitants du site ne sera pas chose facile, car tous les animaux auront besoin d’installations spécialisées. Living Coasts fait partie d’un réseau mondial de zoos et d’aquariums. Toutefois, le site web Living Coasts a fait part de son intention de déplacer les animaux vers un ou plusieurs autres sites de ce réseau.

« Notre priorité est le bien-être de nos animaux », ont-ils déclaré.

Dans le cas où un abri approprié ne pourrait être trouvé, le Trust a été franc sur le fait que son personnel pourrait devoir considérer l’euthanasie comme une mesure appropriée, mais a souligné qu’il ne prévoit pas que cela soit probable.

L’Association britannique et irlandaise des zoos et aquariums (BIAZA) a exprimé ses préoccupations dans une déclaration à l’Independent, affirmant que la fermeture de Living Coasts est un « coup dur » pour la communauté de la conservation.

Cependant, certains militants de la protection des animaux ont exprimé une façon différente de voir la question.

(Illustration – Ocskay Bence/Shutterstock)

Sam Threadgill, directeur de la campagne de l’organisation caritative Freedom for Animals, a émis l’hypothèse que la fermeture du zoo pourrait être une victoire pour les lobbies qui s’opposent à la détention des animaux en captivité. « La fermeture de Living Coasts est le premier pas vers une suppression complète des zoos », a-t-il déclaré.

M. Threadgill espère une « transition vers une société où les animaux ne sont pas des ‘objets d’exposition’ à garder en captivité et à admirer, mais des habitants de la terre qui sont respectés et conservés dans leur habitat naturel ».

Un certain nombre de sites touristiques britanniques, dont le zoo de Londres, le zoo de Chester et le parc safari de Longleat, ont rouvert leurs portes aux visiteurs le 15 juin, avec des restrictions de distanciation sociale en place. Pourtant, pour Living Coasts à Torquay, les portes restent fermées.

« Living Coasts est convaincu que de nouveaux foyers de qualité seront trouvés pour les animaux », déclare le Wild Planet Trust, « mais pour l’instant, on ne sait pas combien de temps ce processus pourrait prendre ».

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

RECOMMANDÉ