Des centaines de comptes Twitter liés à la Chine ont semé la discorde lors des élections américaines

Par Tom Ozimek
3 février 2021
Mis à jour: 3 avril 2021

Un rapport de l’Université de Cardiff a révélé qu’une opération sophistiquée sur les médias sociaux, présumée comme liée au régime communiste chinois, a joué un rôle clé dans la diffusion de la désinformation, ce qui aurait semé la discorde et amplifié les appels à la violence pendant et après les élections de novembre.

L’Institut de recherche sur la criminalité et la sécurité (CSRI), une unité interdisciplinaire de l’Université de Cardiff dont les recherches visent à « s’attaquer aux problèmes locaux, nationaux et mondiaux de criminalité et de sécurité », a publié le 27 janvier un rapport en deux parties (première partie – PDF, deuxième partie – PDF), décrivant l’opération d’influence liée à la Chine sur Twitter qui a été menée dans le cadre de l’élection présidentielle et ayant semé la discorde.

L’institut a constaté que le réseau a diffusé une propagande antiaméricaine, a cherché à présenter le sentiment anticommuniste qui est présent à Hong Kong sous un jour négatif et a amplifié les appels à la violence avant et après les infractions au Capitole du 6 janvier. Alors que certains des messages Twitter diffusés par le réseau faisaient écho aux « thèmes utilisés par les communautés ‘patriotes’ de droite aux États-Unis dans leurs messages », la « grande majorité des tweets faisant référence au président Trump étaient négatifs », selon le rapport.

Le 6 janvier 2021, des manifestants défoncent une entrée du Capitole à Washington. (Jon Cherry/Getty Images)

L’équipe du CSRI a découvert plus de 400 comptes se livrant à des activités suspectes connexes, les comptes ayant été fermés par Twitter après avoir été signalés par les chercheurs et transmis à la société de médias sociaux.

Le professeur Martin Innes, directeur du CSRI, a déclaré dans un communiqué que bien que seul Twitter puisse certifier pleinement l’attribution d’un compte donné, une analyse effectuée par l’une des unités de recherche de l’institut qui a utilisé des traces open source « suggère fortement des liens multiples avec la Chine ».

De solides preuves de liens avec la Chine incluent l’utilisation de la langue chinoise, et lorsque l’anglais était utilisé, il y avait des preuves qu’il provenait d’outils de traduction automatique, a déclaré le CSRI. D’autres facteurs qui indiquent des liens avec la Chine sont l’accent mis sur des sujets d’intérêt pour les intérêts géopolitiques chinois, l’activité du compte uniquement pendant les heures de bureau chinoises, et une activité limitée pendant un jour férié national chinois.

« Le comportement des comptes était sophistiqué et discipliné, et apparemment conçu pour éviter d’être détecté par les contre-mesures de Twitter », a déclaré M. Innes, ajoutant que le réseau semble avoir été géré comme une série de cellules presque autonomes, avec des liens minimaux entre elles conçus pour protéger le réseau dans son ensemble.

M. Innes a déclaré que les preuves que son équipe a recueillies sur l’activité du groupe « marquent le réseau comme une tentative significative d’influencer la trajectoire de la politique américaine par des acteurs étrangers ».

Un thème clé lié à l’incident du Capitole poussé par les acteurs liés à la Chine était de présenter les États-Unis comme une « nation chaotique au bord de l’effondrement politique et du désordre majeur », a constaté le rapport. Parfois, cette présentation était associée à un sentiment anti-Trump, le rapport citant le message comme exemple : « La folie finale de Trump ne peut pas arrêter son apocalypse. »

Un autre motif important avancé par les acteurs liés à la Chine était « le dénigrement de Hong Kong », qui comprenait la description de Hong Kong comme étant entaché par l’instabilité liée aux émeutes, « ingrat face aux efforts de la Chine » et comme luttant pour faire face à l’épidémie de Covid-19, selon le rapport. Les efforts diplomatiques britanniques et américains concernant la crise à Hong Kong ont également été décrits comme une « ingérence ».

Les propagandistes ont également mis l’accent sur le Covid-19, notamment en « utilisant le virus pour diffamer plusieurs gouvernements comme incompétents », en utilisant des messages contre l’ancien président Donald Trump, en particulier en critiquant ses références au « virus de la Chine ». Les récits ont également poussé l’histoire selon laquelle le virus du PCC (Parti communiste chinois) provenait de l’extérieur de la Chine, le rapport citant comme exemple les efforts pour relier le virus à un laboratoire américain à Fort Detrick.

Alors que le CSRI a déclaré qu’il ne peut pas être certain que le réseau était soutenu par le régime chinois, le rapport a noté que le poids des preuves suggère fortement qu’il l’était et que, « selon la prépondérance des probabilités, il est peu probable que le réseau fonctionne sans une certaine sensibilisation et/ou orientation officielle. Ceci est significatif étant donné les niveaux d’influence et d’interférence dans la politique américaine dans lesquels les comptes se sont engagés ».

John Ratcliffe lors d’une audition de nomination à la commission sénatoriale du renseignement au bâtiment Dirksen du bureau du Sénat sur la colline du Capitole à Washington le 5 mai 2020. (Gabriella Demczuk-Pool/Getty Images)

Il fait suite à une évaluation de l’ancien directeur du renseignement national (DNI), John Ratcliffe, selon laquelle la Chine s’est immiscée dans les élections de 2020 aux États-Unis.

« Sur la base de toutes les sources de renseignements disponibles, avec des définitions appliquées de manière cohérente, et indépendamment de considérations politiques ou de pressions indues, la République populaire de Chine a cherché à influencer les élections fédérales américaines de 2020 », a écrit M. Ratcliffe dans une lettre au Congrès (PDF).

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ