Des centaines d’éléphants trouvés morts au Botswana lors d’une mystérieuse élimination massive

Par Isabel van Brugen
3 juillet 2020
Mis à jour: 3 juillet 2020

Des centaines d’éléphants dans le nord du Botswana sont morts mystérieusement au cours des deux derniers mois dans ce que les experts qualifient de « catastrophe pour la conservation ».

Depuis début mai, les carcasses de plus de 350 éléphants ont été repérées dans le delta de l’Okavango – la cause de leur mort est inconnue. Environ 70 % des éléphants sont morts autour des points d’eau, ont déclaré des sources locales à The Guardian.

« Il s’agit d’une mort collective à une échelle qui n’a pas été vue depuis très, très longtemps », a déclaré le Dr Niall McCann, directeur de la conservation de l’organisation caritative britannique National Park Rescue, à la presse. « En dehors des périodes de sécheresse, je ne connais pas d’autres cas de disparitions aussi importantes. »

Les premiers décès ont été signalés au début du mois de mai, lorsque 169 carcasses d’éléphants ont été repérées dans la zone humide du nord-ouest par des conservationnistes locaux, qui ont alors alerté le gouvernement.

« Ils en ont repéré 169 au cours d’un vol qui a duré trois heures », a déclaré McCann à la BBC. « Pouvoir voir et compter autant de carcasses lors d’un vol de trois heures était extraordinaire. Un mois plus tard, d’autres enquêtes ont permis d’identifier beaucoup plus de carcasses, portant le total à plus de 350. »

« C’est totalement sans précédent quant au nombre d’éléphants qui sont morts au cours d’un unique phénomène sans rapport avec la sécheresse », a-t-il ajouté.

Bien que la cause de la mort des éléphants reste à déterminer, le gouvernement du Botswana aurait exclu le braconnage, les carcasses ayant été retrouvées intactes, ce qui suggère qu’elles n’ont pas été victimes de braconnage.

Un troupeau d’éléphants dans la réserve de Mashatu à Mapungubwe, au Botswana, le 26 juillet 2010. (Cameron Spencer/Getty Images)

Des enquêtes complémentaires ont également exclu l’empoisonnement par l’homme ou l’anthrax – une maladie infectieuse grave – parmi les causes possibles de décès. L’anthrax était initialement considéré comme étant la cause la plus probable de la mort des éléphants. L’année dernière, plus de 100 éléphants sont morts dans la région en raison d’une épidémie suspecte d’anthrax.

L’anthrax est une bactérie qui se trouve naturellement dans le sol et qui affecte couramment les animaux domestiques et sauvages lorsqu’ils respirent ou ingèrent des spores dans des sols, des plantes ou de l’eau contaminés, selon les Centres américains de contrôle et de prévention des maladies. L’anthrax n’est pas contagieux et l’homme ne peut être infecté que par l’ingestion de la bactérie. La vaccination régulière permet de prévenir la maladie chez les animaux.

Des sources locales ont déclaré au Guardian que certains des animaux concernés tournaient en rond, ce qui, dans certains cas, révèle une déficience neurologique.

« Si vous regardez les carcasses, certaines d’entre elles sont tombées directement sur le visage, ce qui signifie qu’elles sont mortes très rapidement », a déclaré M. McCann. « D’autres sont manifestement mortes plus lentement, comme celles qui errent. Il est donc très difficile de dire quelle est cette toxine. »

Le Dr Cyril Taolo, directeur par intérim du département de la faune et des parcs nationaux du Botswana, a déclaré au Guardian que des échantillons ont été envoyés aux laboratoires pour y être testés, et que les résultats sont attendus dans les prochaines semaines.

La population globale d’éléphants d’Afrique diminue en raison du braconnage, mais le Botswana, qui abrite près d’un tiers des éléphants du continent, a vu son nombre passer de 80 000 à 130 000 à la fin des années 90, grâce à des réserves bien gérées.

Cependant, les agriculteurs les considèrent comme un fléau croissant, leurs récoltes étant détruites par les éléphants qui errent dans ce pays d’Afrique australe.

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

RECOMMANDÉ