Des chats maltraités trouvent un foyer en prison dans le cadre d’un programme qui aide les détenus à apprendre à montrer de l’affection

Par Shanshan Hu
24 août 2019 Mis à jour: 24 août 2019

On ne peut qu’imaginer la triste vie d’un détenu (en supposant que nous n’y sommes pas allés nous-mêmes !) et comprendre que la prison doit sembler être un endroit désespéré et triste.

Pourtant, des lueurs d’espoir sont offertes dans certains programmes qui visent à réhabiliter et améliorer la vie en prison. À Anderson, dans l’Indiana, il y a une prison qui utilise des chats pour enseigner aux détenus à problèmes comment aimer.

L’État de l’Indiana s’est associé à la Animal Protection League du Pendleton Correctional Facility dans le cadre d’un programme intitulé Offenders Rehabilitation with Affection, Reformation and Dedication (FORWARD) en 2015. Le programme, qui est entièrement financé par des dons, place une dizaine de chats du refuge dans un ancien bureau de l’établissement, où les détenus peuvent s’occuper d’eux.

Ces chats, qui viennent généralement de milieux horribles, ont de la difficulté à faire confiance aux autres. Par conséquent, ils ne figurent pas en tête de la liste souhaitable à adopter. Au refuge, ils sont gardés dans des cages la plupart du temps, mais au bureau de la prison, les chats ont la chance d’être libérés de leurs cages et de se promener sous les soins humains des détenus.

Toute la pièce est leur terrain de jeu, où ils peuvent vivre librement jusqu’à ce qu’ils trouvent leur foyer permanent. Ils peuvent profiter de nombreux jouets amusants et grimper sur les meubles pour chats fabriqués par les détenus eux-mêmes.

Au fur et à mesure que les prisonniers les nourrissent et nettoient après eux, les félins commencent à s’attacher à leurs soignants et à apprendre à leur faire confiance. Non seulement les chats, les détenus ont eux aussi une autre chance d’être aimés.

« C’est la première fois qu’ils se souviennent qu’ils se permettaient de se soucier de quelque chose, d’aimer quelque chose », a dit Maleah Stringer, la directrice de la Ligue de protection des animaux à WISH-TV. « C’est une déclaration assez puissante. »

La Ligue pour la protection des animaux dit également sur son site Web que passer du temps avec les chats enseigne aux hommes la responsabilité et la façon d’interagir avec les gens en utilisant des méthodes non violentes pour résoudre les problèmes. Pour les détenus, le temps passé dans la salle des chats peut être le seul élément attrayant de leur vie solitaire en noir et blanc dans les cellules.

« J’ai toujours hâte de venir ici pendant ces neuf heures », a confié le détenu Lamar Hal à WISH-TV. « Ça enlève beaucoup de stress. Cela me permet de penser à de bonnes choses, à des choses positives, plutôt que de rester assis dans une cellule la plupart du temps… L’amour changera les caractéristiques du passé torturé d’une personne. C’est valable pour les animaux et les humains, vraiment. »

Barry Matlock, un autre détenu, a ajouté : « [Le programme] me donne une raison de m’efforcer de faire mieux qu’hier. »

Certains prétendent que les prisonniers, certains condamnés pour des crimes horribles, n’ont pas le sens des responsabilités nécessaire pour s’occuper des chats. De plus, certains s’opposent à ce que les hommes aient le privilège d’avoir des chats comme compagnie, puisque les détenus sont en prison pour être punis.

Mme Stringer pense que les hommes sont parfaits pour être avec les chats. Elle a dit au Anderson Herald Bulletin que le « devoir du chat » est entièrement volontaire. Elle s’entretient même personnellement avec chaque candidat pour s’assurer qu’il correspond bien à l’emploi.

Des programmes similaires s’étendent à d’autres régions des États-Unis, comme le partenariat entre le Monroe Correctional Complex-Special Offender Unit et Purrfect Pals. Purrfect Pals affirme sur son site Web que le programme contribue à réduire l’« oisiveté des prisonniers » et à les motiver à travailler plus fort et à respecter les règles de l’unité. Les programmes offrent une seconde chance d’amélioration sociale pour les chats des refuges ainsi que pour les détenus.

Le sanctuaire à l’intérieur des murs de la prison sert d’environnement idéal pour que les chats se socialisent davantage, augmentant leur chance d’adoption, peut-être même par le personnel de la prison ou les familles des détenus. C’est aussi une excellente source d’apprentissage de la compassion, de l’amour et de la responsabilité pour les détenus. « Cela me redonne un peu d’humanité, parce que je suis enfermé depuis plus de sept ans », a dit M. Matlock. « Ces animaux, ils aident à faire revenir cette [humanité]. »

RECOMMANDÉ