Des députés canadiens s’expriment sur la persécution du Falun Gong en Chine

14 décembre 2015 Mis à jour: 14 décembre 2015

OTTAWA – Environ 700 personnes se sont rassemblées sur la Colline du Parlement le 9 décembre, la veille de la Journée des droits de l’homme, pour déposer une pétition de 95 000 signatures au premier ministre, Justin Trudeau, et pour demander au gouvernement d’exhorter Pékin à mettre fin à la persécution du Falun Gong.

Plusieurs députés ont participé à l’événement et ont parfois livré de profondes réflexions sur la cause.

La députée libérale Judy Sgro a transmis les salutations de M. Trudeau et a indiqué à la foule que le premier ministre a soulevé leur cause avec Pékin.

« Lors de récentes rencontres entre le premier ministre et des dirigeants chinois, M. Trudeau a soulevé la question des droits de la personne en Chine, et particulièrement celle du Falun Dafa, avec le président chinois », a-t-elle déclaré.

De ce fait, M. Trudeau rejoint ses prédécesseurs – Jean Chrétien, Paul Martin et Stephen Harper – qui ont tous soulevé la question du Falun Gong avec le régime chinois.

Mme Sgro a encouragé les pratiquants à continuer leurs efforts.

« Je sais que parfois vous vous découragez parce que la persécution se poursuit en Chine, mais vous devez rester forts et continuer de faire ce que vous faites. »

Le député conservateur nouvellement élu Garnett Genuis a affirmé que les gouvernements qui imposent des limites à la liberté de religion manquent fondamentalement de confiance.

« Ils estiment que ce processus naturel de liberté de pensée ébranle la stabilité sociale et politique. Mais la contemplation libre et sans entrave est essentielle à l’expérience humaine », a-t-il affirmé.

« Aussi longtemps que le gouvernement cherche à faire de ses citoyens quelque chose de moins qu’humain, il manquera toujours de confiance, parce que les hommes et les femmes regarderont dans leurs propres esprits et leurs propres cœurs et réaliseront qu’ils sont faits pour quelque chose de plus. »

Le député libéral Borys Wrzesnewskyj, qui a déposé le premier projet de loi au Parlement (l’ex-député libéral Irwin Cotler a déposé un projet de loi similaire également) pour empêcher les Canadiens d’aller en Chine pour recevoir une transplantation d’organe, a déclaré qu’il déposerait une telle législation à nouveau.

Il a dit qu’on devrait cesser de prélever les organes de force en Chine.

« N’ayons pas peur des mots – il s’agit d’un cas horrifiant de cannibalisme d’État. »

Principes universels

Le député conservateur Michael Cooper a dit que c’était un privilège de soutenir des gens qui défendent des principes comme l’authenticité, la compassion et la tolérance.

« Ces principes n’appartiennent pas seulement au Falun Gong, ce sont des principes canadiens, des principes universels. »

Le député conservateur et ex-ministre de l’Environnement, Peter Kent, est le président du groupe Les parlementaires amis du Falun Gong, il a fait des efforts pour sensibiliser d’autres députés et le premier ministre à la cause des pratiquants de Falun Gong en Chine.

« C’est un véritable honneur d’être avec vous à nouveau », a-t-il déclaré.

M. Kent a indiqué qu’il souhaite que le gouvernement canadien exhorte la Chine à accepter que les 200 000 plaintes criminelles déposées contre l’ex-dirigeant Jiang Zemin atteignent leur fin logique, soit un jugement de « criminalité extrême » contre Jiang pour sa campagne d’élimination du Falun Gong.

M. Cotler, un ex-ministre de la Justice et procureur général, a demandé aux autorités chinoises de mettre fin à la persécution du Falun Gong et aux « prélèvements d’organes forcés et illégaux […] qui ont été condamnés à l’unanimité par notre Sous-comité des droits internationaux de la personne ».

« Les autorités chinoises veulent définir leur relation avec le Canada dans le domaine du commerce, des affaires et des investissements, et oui nous voulons encourager le commerce, les affaires et les investissements entre nos pays. Cependant, il doit y avoir la constitutionnalité avec le commerce. Il doit y avoir le respect de la primauté du droit avec les affaires. »

Le député conservateur Scott Reid, qui a soulevé le cas du Falun Gong lors de sa première intervention à la Chambre en tant que député en 2001, a déclaré qu’il a toujours été touché par la réponse non violente des pratiquants de Falun Gong devant une telle persécution.

« Nos mots de soutien en votre faveur ne sont rien comparativement à ce que tant de pratiquants de Falun Gong ont démontré par leurs actions. »

Le député néo-démocrate Peter Julian a envoyé une lettre pour faire l’éloge de la démarche des pratiquants de Falun Gong qui suivent les principes d’harmonie, de tolérance, d’authenticité et de compassion.

« Votre bravoure et votre courage ont été indéfectibles, vous n’avez pas abandonné votre croyance et la promotion des droits de la personne », a-t-il écrit.

L’ex-député et secrétaire d’État David Kilgour a mentionné que lui et tous les autres intervenants étaient profondément touchés par la manière dont les pratiquants de Falun Gong ont résisté à la persécution en Chine.

M. Kilgour, un des premiers à avoir enquêté sur les prélèvements d’organes forcés sur des prisonniers de conscience vivants du Falun Gong en Chine, mentionne que d’autres ont mené leurs enquêtes et sont arrivés à des conclusions semblables.

« Les prélèvements d’organes ont commencé sur les prisonniers politiques ouïghours et se sont ensuite probablement étendus aux Tibétains et aux membres églises de maison chinoises en Chine. Cependant, c’est la persécution du Falun Gong qui a pour la première fois inondé les camps de travail avec des masses d’hommes et de femmes en santé, exploitables et très vulnérables. »

Version originale : Canadian MPs Speak Out on 16-Year Persecution of Falun Gong in China

RECOMMANDÉ