Des députés LREM proposent de faciliter l’accès à l’emploi des migrants sur le territoire français

Par Séraphin Parmentier
8 octobre 2019 Mis à jour: 8 octobre 2019

Alors que l’Assemblée nationale vient à peine d’entamer un débat sur l’immigration, dix-huit députés de la majorité ont cosigné une tribune dans laquelle ils proposent de faciliter l’accès à l’emploi des immigrés.

Relayé le lundi 7 octobre dans les colonnes du Point, le texte intitulé Le débat immigration : avec attention et pragmatisme, pour la solidarité, le partage et l’intégration entend démontrer « qu’une immigration maîtrisée est une chance pour notre société ».

Les parlementaires de la majorité présidentielle souhaitent ainsi « élargir les possibilités de séjourner en France avec un titre de séjour pour le travail » et mettre en place des « mesures spécifiques de collaboration avec les autorités de pays sûrs, tels que l’Albanie, la Géorgie…, de façon à informer les candidats au départ, dans leur pays d’origine, de ce qu’est réellement la demande d’asile ».

« Le statut de réfugié ne sera accordé qu’aux personnes en danger de mort ou en grand danger. Lorsque ces migrants recherchent l’accès à la santé et à l’éducation, nous pouvons travailler avec leurs gouvernements pour qu’ils les trouvent dans leur pays et ne se retrouvent pas sur les routes de l’exil où les attendent l’incertitude et l’insécurité », ajoutent les dix-huit députés LREM.

Si les élus affirment comprendre « que l’afflux de demandes en provenance de pays sûrs est une anomalie », ils estiment néanmoins que « la société française sur nos territoires est prête à accepter des travailleurs et leurs familles ».

« Dans nos territoires, l’étranger qui travaille et vit paisiblement est respecté par la population », ajoutent-ils.

« Trouver chez l’autre ce que nous n’avons plus chez nous »

Et les députés de mettre en avant « trois moyens » destinés à « élargir l’accès du marché du travail aux migrants ».

Parmi ceux-ci, les parlementaires envisagent par exemple de « réactualiser la liste des métiers sous tension, devenue largement obsolète ». Cette réactualisation permettrait selon eux de « trouver chez l’autre ce que nous n’avons plus chez nous », tout en fournissant aux immigrés « un formidable vecteur d’intégration » capable d’enrichir « l’économie française de demain ».

« Les personnes âgées séjournant à l’hôpital, en maison de retraite ou celles qui sont dépendantes à domicile peuvent bénéficier des qualités humaines de personnes pétries du respect des plus âgés », expliquent ainsi les députés.

« Les patrons du BTP recrutent parmi les réfugiés qu’ils considèrent comme particulièrement motivés, travailleurs et fiables. Lorsque c’est nécessaire, ils assortissent leur démarche d’un encadrement pour la langue française, la formation professionnelle et le logement », poursuivent-ils.

« Réduire les pénuries de main-d’œuvre rencontrées dans certains métiers »

Les élus de la majorité présidentielle veulent également « permettre des séjours courts, via des visas à entrées multiples ». Une possibilité qui existe déjà mais qui « mériterait d’être élargie » selon eux.

Enfin, « dans les bassins d’emplois à faible attractivité », les députés LREM souhaitent promouvoir « un accompagnement global (conjoints, enfants) pour faciliter l’intégration ».

Une mesure qu’ils considèrent à même d’encourager une diminution sensible des « demandes venant de pays ‘sûrs’, donc de désengorger le circuit des demandes d’asile et de réduire les pénuries de main-d’œuvre rencontrées dans certains métiers ».

RECOMMANDÉ