Des dirigeants du monde dénoncent la censure du président Donald Trump par Big Tech

Par Victoria Kelly-Clark
13 janvier 2021
Mis à jour: 13 janvier 2021

Les élites du monde politique entier ont reproché aux grandes entreprises de technologie d’avoir banni le président américain Donald Trump de leurs plateformes de réseaux sociaux.

À l’heure actuelle, le président a été banni de Twitter, Facebook, Pinterest, Snapchat, Reddit et Instagram.

Twitter a définitivement supprimé le compte de Trump, en disant que ses récents posts étaient en violation de la « politique d’apologie de la violence ».

La chancelière allemande Angela Merkel a qualifié la suspension du compte Twitter de Trump de « problématique », et a déclaré que la liberté d’opinion est un droit essentiel « d’importance fondamentale », a déclaré son porte-parole, Steffen Siebert, le 11 janvier.

« Ce droit fondamental peut faire l’objet d’une intervention, mais selon la loi et dans le cadre défini par les législateurs et non sur décision de la direction des plateformes de réseaux sociaux », a déclaré Steffen Siebert.

« Vu sous cet angle, la chancelière considère qu’il est problématique que les comptes du président américain soient maintenant bloqués de façon permanente », a-t-il déclaré.

Les membres du gouvernement français sont du même avis.

Clément Beaune, le ministre junior des Affaires européennes, s’est dit « fâché » qu’une société privée prenne une telle décision.

« Cela devrait être décidé par les citoyens, et non par un PDG », a-t-il déclaré à Bloomberg TV lundi. « Il faut une réglementation publique des grandes plateformes en ligne. »

Le ministre français des Finances, Bruno Le Maire, a également condamné cette décision et a déclaré que les géants de la technologie faisaient partie d’une oligarchie numérique qui constitue une menace pour la démocratie.

Manfred Weber, le leader du Parti populaire européen, un parti politique de centre-droit, a fait écho à Beaune et a appelé à la réglementation des entreprises de haute technologie.

« Nous ne pouvons pas laisser les grandes entreprises technologiques américaines décider de la manière dont nous pouvons ou non discuter en ligne. Les mécanismes actuels détruisent la recherche de compromis et l’établissement de consensus qui sont cruciaux dans les sociétés libres et démocratiques. Nous avons besoin d’une approche réglementaire plus stricte », a-t-il écrit sur Twitter le 11 janvier.

Nous ne pouvons pas laisser aux grandes entreprises technologiques américaines le soin de décider la manière dont nous pouvons ou non discuter en ligne. Les mécanismes actuels détruisent la recherche de compromis et l’établissement de consensus qui sont essentiels dans les sociétés libres et démocratiques. Nous avons besoin d’une approche réglementaire plus stricte. #CapitolHill @POLITICOEurope https://t.co/ouJwTCT5B1
— - Manfred Weber (@ManfredWeber) 11 janvier 2021

Pendant ce temps, Jonas Gahr Støre, le leader du Parti travailliste de gauche en Norvège, a déclaré que la censure des grandes technologies menaçait la liberté politique dans le monde entier.

Il a déclaré que Twitter doit appliquer les mêmes normes au niveau mondial que celles appliquées à Trump.

« C’est un sujet à propos duquel la liberté d’expression est également en jeu », a déclaré M. Støre. « Si Twitter commence avec ce genre de choses, cela signifie qu’ils doivent passer le monde en revue et s’attarder sur les autres personnes complètement dévoyées, et les exclure elles aussi. »

Le vice-Premier ministre Michael McCormack au Parlement à Canberra le 16 décembre 2020. (Sam Mooy/Getty Images)

Le gouvernement australien a également qualifié l’interdiction de Trump d’acte de « censure ».

Le Premier ministre intérimaire Michael McCormack a déclaré : « Beaucoup de gens ont dit et fait beaucoup de choses sur Twitter auparavant qui n’ont pas reçu ce genre de condamnation ou même de censure. Je ne suis pas de ceux qui croient au bien fondé de ce genre de censure. »

Le trésorier Josh Frydenberg a déclaré qu’il n’était pas à l’aise avec la suspension du compte Twitter de Trump. « Ces décisions ont été prises par des sociétés privées, mais personnellement, je me suis senti mal à l’aise avec ce qu’elles ont fait », a-t-il déclaré.

Citant la célèbre phrase de Voltaire : « Je ne suis peut-être pas d’accord avec ce que vous dites, mais je défends le droit de le dire », M. Frydenberg a déclaré que la liberté d’expression est fondamentale dans une société démocratique.

Un autre membre du Parti libéral et sénateur, Alex Antic, a déclaré qu’il fera pression pour qu’une commission sénatoriale spéciale se penche sur l’influence des Big Tech et la censure des idées politiques lorsque le Parlement australien reprendra ses travaux le mois prochain.

M. Antic a déclaré à Epoch Times le 12 janvier qu’il était préoccupé par le fait que Big Tech puisse si facilement censurer un aspect du débat.

« Notre processus démocratique est fondé sur notre capacité à partager librement des idées et à être exposés à des points de vue divergents et opposés. Il est crucial pour l’intégrité de ce processus que les grandes entreprises de technologie ne censurent pas un aspect du débat », a déclaré M. Antic.

Le président mexicain Manuel López Obrador s’est également fait l’écho de ses homologues mondiaux, Reuters rapportant qu’il a déclaré que c’était un mauvais signe lorsque des entreprises privées essayaient de censurer l’opinion.

M. Obrador a qualifié cela de « tribunal de censure comparable à une inquisition pour gérer l’opinion publique ».

« Je n’aime pas que quelqu’un soit censuré ou qu’on lui retire le droit de poster un message sur Twitter ou Facebook », a-t-il déclaré.

En Russie, le leader de l’opposition, Alexey Navalny, qui est un fervent défenseur de la lutte contre la corruption, a déclaré qu’il pensait que l’interdiction était une forme inacceptable de censure et qu’elle était basée non pas sur un besoin réel mais plutôt sur les préférences politiques de Twitter.

Dans un fil de discussion posté sur la plateforme le 10 janvier, M. Navalny a déclaré : « Ne me dites pas qu’il a été banni pour avoir violé les règles de Twitter. Je reçois des menaces de mort ici tous les jours depuis de nombreuses années, et Twitter ne bannit personne. »

Il a comparé cette façon de procéder à la Russie et à la Chine, où les grandes entreprises utilisent leur position pour devenir l’exécutant de l’État et le facilitateur des lois de censure étatiques.

« Ce précédent sera exploité par les ennemis de la liberté d’expression dans le monde entier. En Russie aussi. Chaque fois qu’ils auront besoin de faire taire quelqu’un, ils diront : ‘C’est une pratique courante, même Trump a été bloqué sur Twitter' », a-t-il écrit sur Twitter.

Focus sur la Chine – L’alliance de la Chine avec les ex-pays communistes


Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

Faire un don à Epoch Times

Vous pouvez nous aider à vous tenir informés

Pourquoi avons-nous besoin de votre soutien ? Parce que Epoch Times est un média indépendant ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Un journalisme indépendant et gratuit est de plus en plus difficile à obtenir en ces temps où la vérité est à la fois de plus en plus nécessaire et de plus en plus censurée. C’est pourquoi nous avons besoin de votre soutien. Chaque don est important et vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66%.

RECOMMANDÉ