Des dizaines de milliers de personnes en Mongolie intérieure protestent contre la suppression de leur langue par Pékin

Par Eva Fu
6 septembre 2020
Mis à jour: 6 septembre 2020

Des dizaines de milliers de Mongols de souche ont signé une pétition pour protester contre la nouvelle initiative de Pékin destinée à promouvoir la langue officielle du pays, le mandarin, en Mongolie intérieure, une initiative que certains ont qualifiée de « génocide culturel ».

Une colère générale a éclaté la semaine dernière dans le nord de la Chine, en Mongolie intérieure, lorsque les autorités ont annoncé qu’elles allaient introduire un enseignement en mandarin exclusivement dans les écoles locales et remplacer les manuels scolaires de langue mongole par des versions chinoises standardisées pour les cours de base allant de l’histoire à la littérature et à la politique.

Le mandarin est le dialecte officiel et la langue parlée par la majorité de l’ethnie Han en Chine. La nouvelle politique fait craindre aux populations mongoles de la région qu’elle n’anéantisse progressivement leur culture et ne mette en danger leur identité même.

Au cours de la semaine dernière, de nombreux étudiants, enseignants et parents se sont rassemblés dans les cours des écoles locales, chantant et scandant des slogans dans leur langue maternelle tout en refusant de retourner en classe, des vidéos des évènements ont circulé sur Internet.

Rien qu’à Hohhot, la capitale de la Mongolie intérieure, environ 20 000 personnes ont signé une pétition contre les nouvelles directives sur l’éducation, selon le groupe de défense des droits de l’homme de Mongolie du Sud (SMHRIC, Southern Mongolian Human Rights Information Center), basé à New York. Des vidéos diffusées par le groupe montrent plusieurs dossiers de feuilles de pétition remplis de signatures associées à des empreintes digitales rouges – une méthode d’identification courante en Chine.

Enghebatu Togochog, directeur du SMHRIC, estime que des centaines de milliers de Mongols de souche ont signé la pétition, notant qu’ils ont vu 2 700 signatures provenant d’une seule « petite communauté rurale isolée ». Le nombre d’étudiants qui ont participé à la grève des écoles est probablement d’environ 300 000, a-t-il précisé.

« Compte tenu de la mobilisation totale de l’ensemble de la société mongole du Sud, on peut dire sans risquer de se tromper que presque toute la population de Mongolie du Sud … a pris part à ce mouvement massif de désobéissance civile non violente sous une forme ou une autre », a-t-il déclaré au journal Epoch Times. Les dernières données gouvernementales pour la période 2010-2015 indiquent qu’environ 4,2 à 4,3 millions de Mongols de souche vivent dans la région, ce qui représente environ 17,1 % de la population.

Parmi les signataires figuraient quelque 300 membres du personnel de la télévision publique de Mongolie intérieure, la Radio et Télévision de Mongolie intérieure basée à Hohhot. Dans des séquences vidéo qui ont été diffusées, ils ont chacun signé de leur nom et apposé leurs empreintes digitales le long du contour d’un cercle – une façon populaire d’éviter de distinguer les leaders – dans une salle de conférence décorée d’une peinture calligraphiée sur laquelle on pouvait lire:« Les médias du Parti portent le nom de famille du Parti ».

Environ 2 600 étudiants de Mongolie intérieure ont signé une lettre commune au gouvernement chinois pour protester contre la nouvelle politique linguistique. (Capture d’écran/Centre d’information sur les droits de l’homme de Mongolie du Sud)

Répression

Le régime chinois a réagi rapidement face aux grèves en mobilisant la police locale et en arrêtant les militants.

Dans un seul district de la ville de Tongliao, près de 140 Mongols de souche ont été accusés de « provoquer des querelles et des troubles », une accusation courante utilisée contre les dissidents politiques. Leurs photos, apparemment prises à partir de vidéos de surveillance, ont été publiées sur des sites web du gouvernement, qui ont offert des récompenses en espèces pour leur capture.

Les avis du gouvernement et des écoles examinés par le journal Epoch Times ont montré que les fonctionnaires d’origine mongole de plusieurs régions ont reçu l’ordre de renvoyer leurs enfants à l’école et ont été menacés de mesures disciplinaires sévères s’ils ne s’y conformaient pas.

Du 29 août au 2 septembre, le chef de la police nationale du régime, Zhao Kezhi, a fait le tour des différents bureaux de police en Mongolie intérieure. Dans un discours qui semble présager une répression sévère, il a demandé à la police locale de « suivre les directives du Parti communiste chinois quelles que soient les circonstances » et de « prendre des mesures strictes pour empêcher toute forme de terrorisme ». Ils doivent mener la « dure bataille » qui les attend avec une « poigne de fer », a-t-il déclaré.

Deux parents, une enseignante et son mari, se seraient suicidés, selon Bitter Winter, un magazine en ligne sur la liberté religieuse et les droits de l’homme en Chine. Selon Togochog, le bilan actuel est de quatre morts.

Une « chasse à l’homme massive et des arrestations massives sont en cours. Mais, les Mongols du Sud sont déterminés à risquer leur vie pour faire face à tous les défis à venir », a déclaré M. Togochog.

Les médias d’État montrent des élèves en tenue traditionnelle dans la salle de classe d’une école primaire de Mongolie intérieure, qui, selon les habitants, a été mise en scène. (Capture d’écran)

Fausse propagande

Les médias publics ont publié des photos qui montrent des enfants en robe traditionnelle mongole ou en uniforme scolaire lisant ou jouant dans différentes écoles primaires de Hohhot, soi-disant le premier jour de leur retour des vacances d’été.

Les habitants de la région ont cependant qualifié ces images de mises en scène. Les autorités ont « emprunté » des étudiants originaires de la région de Han comme acteurs, ont-ils déclaré.

« Ces enfants se produiraient d’un endroit à l’autre », a déclaré Mme Suwdaa (alias) de la Ligue Xilingol, à l’est de la région, au journal Epoch Times. Certains des enfants, a-t-elle noté, étaient habillés avec des vêtements destinés aux spectacles plutôt qu’en tenue de tous les jours.

« De nombreuses écoles mongoles de Mongolie intérieure sont vides car les enfants ne sont pas revenus », a-t-elle ajouté.

Alors que les responsables chinois ont déclaré que la nouvelle politique n’affecterait pas l’enseignement de la langue mongole, il y a eu des « changements majeurs » dans les nouveaux manuels scolaires qui ont fait que les promesses semblaient vaines, a déclaré Mme Suwdaa.

Elle a déclaré qu’un couplet populaire affirmant la fierté de leur culture et de leur langue, que de nombreux jeunes de l’ethnie mongole pouvaient réciter par cœur, a été retiré des manuels scolaires. Les chansons qui faisaient l’éloge de leurs héros historiques ont également disparu et ont été remplacées par des ballades chinoises.

Une jeune fille vêtue d’un costume traditionnel mongol attend avec sa mère lors du discours du candidat mongol à l’élection présidentielle, Battulga Khaltmaa, du Parti de la démocratie mongole, lors d’un rassemblement à Oulan-Bator, le 23 juin 2017. (Fred Dufour/AFP via Getty Images)

Les enseignants ont reçu pour instruction de parler à chaque parent pour que les enfants retournent à l’école. « Il y a eu des appels sans fin et des SMS sans fin. Les parents ne veulent tout simplement pas l’accepter », a-t-elle déclaré.

Un enseignant de la Ligue Xilingol qui s’est exprimé sous le couvert de l’anonymat a déclaré qu’un policier mongol de souche locale avait été suspendu pour s’être opposé à cette politique. Les responsables de la discipline ont également recherché les enseignants de leur école un par un pour une « discussion ». En privé, certains se sont préparés à un éventuel licenciement.

« Nous sommes maintenant un seul cœur – parents, étudiants, enseignants et Mongols dans tous les secteurs sociaux. Nous n’avons jamais été aussi unis ».

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

RECOMMANDÉ