Des fonctionnaires chinois tentent d’éviter d’être vaccinés contre le Covid-19 en invoquant des raisons de santé : documents ayant fait l’objet d’une fuite

Par Eva Fu
6 avril 2021
Mis à jour: 6 avril 2021

Alors que le régime chinois s’efforce de vacciner des dizaines de millions de personnes par le biais de politiques coercitives et d’une campagne de propagande, certains fonctionnaires locaux évitent discrètement de se faire vacciner.

Dans le cadre de la campagne agressive de vaccination de Pékin, des dizaines de fonctionnaires de certaines parties du Liaoning, une province du nord-est de la Chine, ont invoqué diverses raisons de santé pour ne pas recevoir le vaccin chinois Covid-19, selon des documents internes datés de la fin mars et obtenus par Epoch Times.

Dans une ville appelée Xintai, située dans le centre de la province, seuls trois fonctionnaires sur 66 se sont fait vacciner, et deux autres sont sur la liste d’enregistrement, ce qui montre un taux d’acceptation lamentable de moins de 10 %.

Cinquante fonctionnaires et ceux du bureau judiciaire local et des forces de l’ordre ont donné des raisons telles qu’une maladie sous-jacente, une allergie, une grossesse, une opération récente ou un rhume, selon un tableau du 29 mars qui résume les efforts de vaccination de la région.

L’allergie est la principale raison, citée 22 fois. Vingt personnes ont également cité l’hypertension artérielle et cinq le diabète, alors qu’il s’agit de deux maladies chroniques qui rend pourtant très vulnérable au virus du PCC (Parti communiste chinois).

Dans le comté de Tai’an, qui a juridiction sur la ville, seules quatre personnes du Bureau du logement et du développement urbain et rural, qui compte 56 membres, ont consenti à être vaccinées, et trois personnes se sont désistées pour cause de « mauvaise santé ». Dans le comité des affaires politiques et juridiques du comté, un organe du PCC bien financé qui supervise directement le système judiciaire, une personne a mentionné des maux de dents. Au centre de services fiscaux de Tai’an, certains ont dit qu’ils prenaient des médicaments chinois ou qu’ils souffraient de maladies non spécifiées.

L’acceptation de la vaccination n’est pas plus optimiste au Tai’an Occupation Education Center, le principal établissement d’enseignement technique du comté, où environ un tiers des personnes interrogées ont déclaré être de constitution allergique et beaucoup ont dit se remettre de la grippe saisonnière.

Le faible taux de participation des fonctionnaires, qui ont été chargés de « montrer l’exemple » dans la dernière campagne de vaccination de la Chine, semble indiquer un manque d’enthousiasme plus important dans le pays.

Le régime a fait la promotion de ses vaccins nationaux dans le pays et à l’étranger, en envoyant des doses gratuites à 69 pays et en célébrant le record de 100 millions de vaccins administrés en Chine à la fin du mois de mars. Gao Fu, directeur du Centre national de contrôle et de prévention des maladies, a récemment déclaré aux médias d’État que l’objectif était de vacciner 70 à 80 % de la population chinoise afin d’obtenir une immunité collective.

Un an après la levée du confinement à Wuhan

Une résidente reçoit le vaccin contre le Covid-19 dans un hôpital communautaire, le 2 avril 2021 à Wuhan, dans la province de Hubei, en Chine. (Photo par Getty Images)

Néanmoins, pour atteindre cet taux de vaccination, les cadres du Parti communiste se mobilisent dans tout le pays. Dans certains cas, des fonctionnaires trop zélés ont fait du porte-à-porte pour vacciner les habitants et ont même menacé de mettre sur une liste noire les personnes peu coopératives.

Entre-temps, la campagne a suscité des interrogations quant à la qualité du vaccin.

On sait encore très peu de choses sur ces vaccins chinois que le régime s’est empressé de distribuer. Le principal fabricant de vaccins, l’entreprise publique Sinopharm, a annoncé le 28 mars qu’il prévoyait d’effectuer des essais de troisième phase à l’étranger afin de déterminer la durée de la protection contre le virus. À Hong Kong, au moins 12 habitants sont décédés après avoir reçu des injections de Sinovac de Pékin, bien que les autorités aient déclaré que le vaccin n’était pas la cause directe de leur décès.

Aucune des deux sociétés n’a rendu publiques ses données cliniques, bien que l’Organisation mondiale de la santé se soit portée garante, le 31 mars, de niveaux d’efficacité supérieurs à 50 %, soit la barre minimale pour l’utilisation publique d’un vaccin.

« Nous ne savons rien de ce vaccin », a déclaré un habitant du continent nommé Li à l’édition en langue chinoise de la chaîne NTD, affiliée à Epoch Times. « Il n’y a pas de données d’essai de troisième phase ni d’analyse pour savoir s’il peut produire des anticorps, si nous pouvons toujours être infectés ou infecter d’autres personnes. Nous ne savons rien.

« Nous ferions mieux de nous contenter de quelques bols de soupe au poulet à la maison pour renforcer notre immunité, ne croyez-vous pas ? »

Face au scepticisme de la population, le régime a fait monter la pression. Les présentateurs des médias d’État ont repris à leur compte des slogans de vaccination invitant les gens à « prêter main forte ».

Dans la province méridionale de Hainan, une ville locale appelée Wancheng a dit aux habitants qu’ils ne pourraient pas prendre le bus ou aller dans les restaurants et les supermarchés sans certificat de vaccination.

Un avis publié à Wancheng, une ville de la province de Hainan, le 31 mars, avertissant les gens des conséquences s’ils refusent de se faire vacciner. (Capture d’écran via Weibo)

« Si vous ne vous faites pas vacciner, cela affectera la scolarité de vos enfants, leur travail, leur entrée dans l’armée et leur logement à l’avenir », selon un avis devenu viral sur les médias sociaux chinois. Face à la réaction négative de la population, les responsables se sont excusés et ont annulé le mandat.

M. Wu, de la ville de Wuhan, dans le centre de la Chine, a récemment reçu un SMS de son comité de quartier et de son lieu de travail lui demandant de se faire vacciner à une certaine date.

M. Wu, de la ville de Wuhan, dans le centre de la Chine, a récemment reçu un SMS de son comité de quartier et de son lieu de travail lui demandant de se faire vacciner à une certaine date.

Lui et son père, un fonctionnaire, considèrent qu’il n’est pas nécessaire de se faire vacciner, dit-il, citant les problèmes rencontrés avec les vaccins chinois précédents.

« Le Parti communiste chinois semble assez inquiet du manque d’intérêt des gens pour les vaccins », a-t-il déclaré lors d’une récente interview. « Beaucoup de gens soutiennent apparemment le Parti et détestent les États-Unis en temps normal, mais si vous leur demandez de prendre des vaccins nationaux, personne n’est d’accord. »

Un autre fonctionnaire de Pékin à la retraite a également exprimé des inquiétudes quant aux éventuelles réactions indésirables.

« De nombreux citoyens ordinaires sont inquiets à ce sujet, et moi aussi », a-t-il déclaré à Epoch Times lors d’une récente interview.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Vous pouvez nous aider à vous tenir informés

Pourquoi avons-nous besoin de votre soutien ? Parce que Epoch Times est un média indépendant ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Un journalisme indépendant et gratuit est de plus en plus difficile à obtenir en ces temps où la vérité est à la fois de plus en plus nécessaire et de plus en plus censurée. C’est pourquoi nous avons besoin de votre soutien. Chaque don est important et vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66%.

RECOMMANDÉ