Des fonctionnaires du nord-est de la Chine sont licenciés alors que des habitants locaux décrivent l’escalade de l’épidémie du virus

Par Nicole Hao
18 mai 2020
Mis à jour: 18 mai 2020

Dans le contexte de l’épidémie croissante du virus du PCC* dans le nord-est de la Chine, six fonctionnaires locaux ont été licenciés pour n’avoir pas réussi à contenir le virus.

L’épidémie la plus récente de la deuxième vague a d’abord éclaté à Shulan, une municipalité du comté de la ville de Jilin, dans la province de Jilin.

Les habitants ont déclaré à Epoch Times que la situation était plus grave que ce que les autorités avaient décrit. Ils se sont également plaints de l’augmentation des prix des denrées alimentaires à la suite de l’épidémie.

Le virus du PCC (virus du Parti communiste chinois), communément appelé nouveau coronavirus, a fait son apparition dans la ville de Wuhan, dans le centre de la Chine, à la fin de l’année 2019. Le virus s’est rapidement répandu dans tout le pays.

Après une période en mars où les autorités locales de toute la Chine ont proclamé qu’il n’y avait que peu ou pas de nouvelles infections, depuis avril, les régions du nord-est de la Chine ont confirmé une deuxième vague d’épidémie.

CORONAVIRUS : CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR

L’épidémie

Le « patient zéro » de l’épidémie de Shulan a été diagnostiqué le 7 mai. Il s’agit d’une femme de ménage de 45 ans qui travaille au bureau de police de la ville.

Depuis lors, le virus s’est rapidement propagé au sein de Shulan, ainsi que dans les districts de la ville de Jilin et de Shenyang, la capitale de la province voisine du Liaoning.

Depuis le 12 mai, toutes les nouvelles infections annoncées par la Commission nationale chinoise de la santé sont liées à l’épidémie de Shulan et de Jilin.

Au cours du week-end, la commission sanitaire de la province de Jilin a annoncé cinq nouveaux patients diagnostiqués, qui sont originaires de Shulan, ainsi que des districts de Fengman et de Chuanying dans la ville de Jilin.

Le 17 mai, la commission a également annoncé qu’une personne âgée de la ville de Jilin avait été diagnostiquée avec le Covid-19, mais qu’elle n’avait pas été comptabilisée comme un nouveau cas de Covid, car elle était décédée avant l’annonce du résultat du test.

Le résultat du test a été annoncé le 16 mai, mais la personne était déjà décédée de problèmes cardiovasculaires, selon les autorités.

Les licenciements

Tard dans la soirée du 16 mai, Li Pengfei a été démis de ses fonctions de chef du Parti communiste chinois de Shulan. Zhang Jinghui, maire adjoint de la ville de Jilin, a été nommé pour le remplacer.

« Cette nouvelle nomination n’est pas conforme à la convention », a déclaré le commentateur des affaires chinoises Li Linyi, basé aux États-Unis.

Selon Li, le Parti promeut généralement un fonctionnaire de rang inférieur pour remplacer un fonctionnaire licencié. Mais dans l’affaire Shulan, le Parti n’a pas promu le second en ligne, le maire de Shulan, pour être le patron du Parti.

« Cela montre que les supérieurs du PCC n’ont pas confiance dans le fait que les dirigeants du Parti à Shulan puissent contrôler l’épidémie », a déclaré M. Li.

D’autres licenciements ont été annoncés par le gouvernement provincial de Jilin peu après : Liu Shijun, directeur adjoint de la commission de la santé de la ville de Jilin ; Yue Xiaoyan, directeur du bureau de la santé de Shulan ; Geng Jianjun, chef adjoint du Parti au bureau de police de Shulan ; Liu Hanyin, directeur du centre de contrôle et de prévention des maladies (CDC) de Shulan ; et Xu Zibiao, directeur du CDC du district de Fengman.

Quelques heures avant l’annonce, la ville de Jilin a ordonné la fermeture de toutes les cliniques privées et des services de consultations externes de la ville. Tous ceux qui ont besoin de consulter un médecin doivent s’inscrire dans les hôpitaux publics.

Avec ce règlement, toute personne présentant des symptômes de Covid-19 ne peut se rendre que dans les hôpitaux publics.

Témoignages de citoyens

Les habitants ont déclaré à Epoch Times qu’il y avait plus d’infections à Jilin que ce qui avait été annoncé officiellement. Ils ont entendu parler de personnes qui ont été diagnostiquées comme étant des porteurs asymptomatiques, mais qui n’ont pas été comptées dans le décompte des autorités.

Plusieurs ont donné plus de détails sur les patients confirmés que les autorités de Shulan ont annoncés. Il s’agit notamment de quatre officiers de police, d’un membre du personnel travaillant au gouvernement Shulan, d’un réceptionniste à l’hôpital populaire Shulan et d’un professeur de lycée.

M. Peng, un résident de la ville de Jilin, a également décrit l’état de panique actuel : « Les gens font des achats fous de nourriture et de médicaments […] Les prix ont augmenté de façon spectaculaire. »

M. Peng a déclaré que certains légumes étaient trois fois, voire cinq fois plus chers qu’avant l’épidémie. Le prix de la farine de blé a augmenté de plus de 10 % au cours de la semaine dernière.

Les habitants de Shulan ont précédemment déclaré à Epoch Times le 13 mai que le bureau de la police de Shulan avait été fermé en raison du diagnostic de Covid-19 chez plusieurs policiers.

La femme d’un officier de police a déclaré à Epoch Times : « Tous les patients diagnostiqués [au bureau de police de Shulan] sont dans un état léger, mais nous sommes paniqués parce que le virus se propage si rapidement. »

M. Li vit dans le complexe résidentiel de Sihe Tianyuan dans le district de Fengman, à Jilin, où il a déclaré que plusieurs résidents avaient été diagnostiqués avec le virus.

Il a indiqué que l’un de ces résidents était M. Hao, un chauffeur qui est récemment revenu de Shulan et a dîné avec des parents et des amis dans le district de Fengman.

M. Hao a transmis le virus à son oncle et à son cousin de 23 ans, selon M. Li. Le cousin travaille au service d’entretien des véhicules des trains à grande vitesse à Shenyang, la capitale voisine de la province de Liaoning. Le cousin est retourné à Shenyang et a transmis le virus à d’autres personnes.

M. Li, résident de Shenyang (sans rapport avec la personne mentionnée ci-dessus), a déclaré à Epoch Times que l’hôpital Shenyang 463, un hôpital géré par l’armée de l’air, avait été fermé en raison d’un foyer infectieux.

« Tout l’hôpital est fermé à clé. Les personnes et les véhicules ont l’interdiction d’entrer ou de sortir de l’hôpital. Ils [les autorités locales] ont dit qu’une personne avait été infectée à l’intérieur, mais vous ne connaissez pas la situation réelle. Vous ne savez pas combien de personnes sont déjà mortes du virus », a ajouté Li.

Les habitants se sont également plaints du fait que les autorités facturent des frais très élevés pour les personnes qui sont obligées de se mettre en auto-quarantaine dans des hôtels transformés en centres de quarantaine à Shenyang, allant de 6 860 yuans à 8 286 yuans (environ 966 à 1 167 dollars) pour une durée de 14 jours.

* Epoch Times qualifie le nouveau coronavirus, à l’origine de la maladie covid-19, de « virus du PCC » parce que la dissimulation et la mauvaise gestion du Parti communiste chinois ont permis au virus de se propager dans toute la Chine et de créer une pandémie mondiale.

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant. Il est différent des autres organisations médiatiques, car nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre public. Nous n’avons pas d’autres agendas que d’informer nos lecteurs et les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant nos principes de vérité et de tradition comme guide dans notre travail.

RECOMMANDÉ