Des infirmières maltraitent une patiente atteinte de démence âgée de 92 ans – le juge déclare que «ce n’était pas de la violence»

Par Louise Bevan
5 août 2019 Mis à jour: 5 août 2019

« Ma mère souffrait, évidemment, en levant les mains pour se protéger », déclare Ed Robins, un fils au cœur brisé.

Ed avait remarqué des ecchymoses et des déchirures cutanées sur le corps de sa mère de 92 ans. Craignant le pire, le fils consciencieux a caché une caméra dans la chambre de sa mère à la maison de retraite Morrison Lodge à Perth, en Australie. Ed pensait, potentiellement, que sa mère, Jean, était malmenée par le personnel.

Ses pires craintes ont été confirmées. Les images bouleversantes montraient sa mère frêle, qui souffre de démence et s’était fracturée la jambe au cours des semaines précédentes, en train d’être malmenée et épinglée par deux travailleurs sociaux.

Les images ont été filmées sur une période de trois semaines et ont ensuite servi à la réalisation du documentaire d’enquête Four Corners d’ABC. Le programme a permis d’avoir un meilleur regard dans la prise en charge de la communauté vieillissante de l’Australie.

Illustration – Shutterstock | lukas_zb

Ed Robins a expliqué que sa mère se réveillait parfois confuse, oubliant qu’elle était atteinte de démence, et qu’elle essayait de se lever du lit. Avec une jambe cassée, bien sûr, elle ne pouvait pas marcher. Dans les images de Ed, les soignants réagissent à la détresse de Jean en poussant avec force la femme âgée contre son matelas, en laissant tomber sa jambe cassée sur les barrières métalliques de son lit et même en lui jetant un ours en peluche sur le visage.

Après un geste brutal, la femme âgée crie : « Ne me tirez pas les cheveux ! » Elle agite également un bras, essayant d’éloigner l’aide-soignante incriminée de son chevet, mais la personne qui s’occupe d’elle rit en guise de réponse. Sur les images, à un moment donné, la mère de Ed reste couchée seule sur le sol, appelant à l’aide, pendant 20 minutes.

« Ma mère souffrait », a déclaré Ed Robins à ABC.

Ed a montré ses images au personnel supérieur du Morrison Lodge, qui a rapidement appelé la police de Perth.

Glenda Lua, 40 ans, et Luz Ando Freeman, 63 ans, ont chacune été accusées de 12 chefs d’agression contre Jean Robins entre septembre et octobre 2016. Les deux femmes ont perdu leur emploi en conséquence.

Cependant, malgré la nature choquante des preuves par caméra cachée, le magistrat Gregory Smith a acquitté les soignantes de toutes les accusations au début de 2019.

Il a conclu que les soignantes ont été « également malmenées ». Jean Robins, a-t-il supposé, était « souvent violente et abusive envers le personnel ». Le magistrat Smith a ensuite comparé le traitement d’un patient âgé difficile à celui d’un enfant difficile, et il a autorisé la force pour que le travail soit fait.

Illustration – Shutterstock | Rawpixel.com

« Si un enfant est désobéissant, il faut faire usage d’une certaine force, mais pas beaucoup », a déclaré le magistrat. « Si l’enfant résiste, poursuit-il, il faut plus de force. Si l’enfant fait une crise de colère, il faut évidemment encore plus de force pour accomplir ce qui doit l’être. »

Il a admis que les soignantes auraient pu, et peut-être dû, être un peu plus douces. Toutefois, le magistrat a conclu que leur comportement n’était pas suffisamment criminel pour justifier une condamnation. Glenda Lua a reçu une amende de 17 000 $ (15 000 €) et Luz Ando Freeman a reçu une amende de 20 759 $ (18 500 €).

Illustration – Shutterstock | Nicky J Graham

Les soignantes, cependant, ont montré peu de remords pour leurs actions, affirmant qu’elles étaient elles-mêmes les victimes de toute cette épreuve. « Ils pensent que nous sommes de mauvaises personnes, mais nous sommes les victimes ici », a déclaré Lua à l’extérieur de la salle d’audience, comme l’a cité le Daily Mail. « Nous congédier au travail, ce n’est pas juste, parce que nous travaillons dur, nous nous soucions de tout le monde. »

Jean Robins vit toujours à la maison de soins infirmiers Morrison Lodge. Son fils, cependant, a décidé de ne pas retirer la caméra.

En réponse à l’enquête, l’agence australienne Aged Care Quality a suspendu le financement gouvernemental pour les nouveaux résidents du Morrison Lodge pendant trois mois. Cependant, la réprimande financière a été de courte durée. Selon l’ABC, la cote d’agrément de 100 % de la maison de soins a été rapidement rétablie.

À partir de ce moment, les membres de famille qui consultent le site internet de l’agence pour obtenir des renseignements sur les foyers de soins potentiels pour leurs parents bien-aimés n’en seraient pas plus avisés. « Je ne pense pas que beaucoup d’Australiens savent ce qui se passe là-bas », affirme Ed Robins.

« Il devrait y avoir des caméras dans chaque pièce. »

RECOMMANDÉ