Des lance-pierres contre les AK-47 des terroristes, c’est le moyen utilisé pour se défendre dans l’État du Plateau au Nigeria

Par Masara Kim
10 août 2021
Mis à jour: 10 août 2021

Des civils armés de lance-pierres et de fusils de chasse artisanaux dans le nord du Nigéria se démènent pour repousser les terroristes armés de fusils d’assaut, selon le chef d’un groupe qui a combattu les assaillants dans la nuit du 31 juillet.

« Nous nous sommes couchés dans l’herbe en tirant des pierres avec nos lance-pierres et en tirant avec les quelques fusils danois[fusils de chasse] en notre possession pour effrayer les attaquants », selon un chef de veille civil, qui a refusé de donner son nom.

« Les fusils fabriqués localement ne tirent que des plombs et non des balles. Les tirs ne vont pas au-delà de 50 mètres et ne peuvent pas être automatiques, contrairement aux AK47/9 [utilisés par les terroristes] qui peuvent tirer jusqu’à 3 balles/seconde et à une distance de 300-400 m », a dit Gabriel Ad’Ofikwu, un major retraité de l’armée nigériane, dans un SMS. « Ils sont de loin inefficaces pour repousser les assaillants. »

Malgré leur faible puissance de feu, les justiciers ont été inflexibles pendant l’invasion, bloquant les terroristes suffisamment longtemps pour que les femmes et les enfants puissent évacuer, a dit le jeune chef de la surveillance citoyenne à Epoch Times.

Des civils portant des fusils de chasse artisanaux à Jebbu, dans l’État du Plateau, au Nigeria, le 3 août 2021. (Masara Kim/Epoch Times)

Cette attaque semble être la dernière en date d’une campagne sectaire menée par l’ethnie musulmane Fulani contre des agriculteurs majoritairement chrétiens au Nigeria.

Plusieurs heures avant cet assaut brutal, une unité militaire se trouvait dans le village de Jebbu, qui était presque encerclé par les terroristes, mais les militaires ont quitté la zone dans l’après-midi pour des raisons inconnues. Jebbu se trouve à 21 km à l’ouest de Jos, la capitale de l’État du Plateau.

« L’armée et la police étaient dans la zone lorsque les menaces ont commencé [le 31 juillet] », a dit Mallison Davidson, porte-parole de l’association tribale Irigwe, « mais ils se sont retirés avant que les véritables violences ne commencent quelques heures plus tard. »

« Dans la matinée, nous avons eu des menaces de sécurité de la part de nos agresseurs – des bergers bulgares – qui ont tenté d’envahir ces villages, mais avec l’aide des agents de sécurité, ils ont été mis en échec. Mais vers 19 heures, ils sont repartis, se sont renforcés et remobilisés, et sont venus ici en nombre.

« Ils ont commencé à mettre le feu à ces maisons de Zanwhra à Kpatenvie dans le [district] de Jebbu Miango. Ils ont mis le feu à plus de 250 maisons – c’est une estimation. Ils ont détruit plusieurs terres agricoles. Ils ont emporté des animaux domestiques et des articles ménagers », a dit Mallison.

Le 1er août, on a vu des femmes et des filles sortir à pied en portant de petits sacs de vêtements, tandis que des garçons et des hommes gardaient les maisons encore fumantes avec des fusils de chasse, des gourdins et des lance-pierres.

Les terroristes ont lutté pendant des heures pour s’approcher des résidences jusqu’à ce que des hommes en uniforme militaire les aident à briser la résistance, selon un témoin oculaire. Sept civils, principalement des membres des volontaires civils, ont été tués après l’arrivée des militaires sur les lieux.

Des femmes portant leurs biens fuient leurs maisons dans l’État du Plateau, au Nigeria, le 3 août 2021. (Masara Kim/Epoch Times)

L’armée a affirmé que le dernier incident était un affrontement communautaire, qu’elle a évité.

« Les troupes de l’opération Safe Haven (OPSH), déployées pour maintenir la paix et la sécurité dans l’État du Plateau et ses environs, ont déjoué ce qui aurait pu être un affrontement mortel entre les jeunes Irigwe et les éleveurs Fulani à Rafin Bauna et dans la communauté d’Ijebu Miango, dans la zone de gouvernement local de Bassa, dans l’État du Plateau », selon un communiqué publié par le porte-parole de l’armée, le major Ishaku Takwa, le 1er août.

La police a fait un récit similaire.

« Le 31 juillet 2021, le commandement a été informé d’un conflit entre des hommes armés soupçonnés d’être des miliciens fulanis et des jeunes irigwe à Jebbu Miango, dans la région locale de Bassa, dans l’État du Plateau. Malheureusement, 50 maisons ont été incendiées et 4 indigènes ont été abattus. Dès réception du rapport, l’équipe tactique du commandement a été immédiatement déployée sur les lieux afin de renforcer la sécurité de la zone et de rétablir la paix », a écrit le surintendant adjoint de la police Gabriel Uba, porte-parole du commandement de la police de l’État du Plateau, dans un message texte.

Cependant, 10 autres villages ont été détruits dans la région, et les attaques se sont étendues au comté voisin de Riyom, moins de 3 heures après la diffusion des deux déclarations.

Selon Solomon Dalyop, avocat spécialisé dans la défense des droits de l’homme, les déclarations des responsables sont une tentative de couvrir leurs crimes.

« Tout d’abord, il n’y a jamais eu d’affrontement entre les Fulanis et les indigènes qui les ont accueillis, partageant avec eux leur nourriture et leurs terres pendant des années. Et on ne peut pas parler d’un affrontement quand les gens sont attaqués et tués dans leur sommeil.

« Je suis heureux que les militaires admettent qu’ils étaient là, mais des dizaines de personnes ont été tuées, des centaines de maisons ont été rasées et des exploitations agricoles ont été fauchées. Toutes ces pertes ont été enregistrées du côté des agriculteurs indigènes de Bassa et pas du côté des Fulanis, qui ont quitté leurs campements pour venir attaquer par centaines, et pourtant aucune arrestation n’a été effectuée.

« Les militaires ont confirmé nos craintes quant à leur implication dans cette affaire, d’autant plus qu’ils sont allés arrêter les autochtones qui protégeaient leurs maisons, alors que les meurtres et les destructions se sont poursuivis pendant 3 jours », a dit Me Dalyop à Epoch Times.

Un véhicule blindé de transport de troupes de l’armée nigériane dans le comté de Bassa, État du Plateau, Nigeria, le 3 août 2021. (Masara Kim/Epoch Times)
Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ