Des législateurs, des experts et des organisations condamnent l’attaque de la journaliste d’Epoch Times à Hong Kong

Par Li Hai
13 mai 2021
Mis à jour: 13 mai 2021

Des législateurs, des experts et des organisations du monde entier ont condamné la dernière attaque brutale contre une journaliste d’Epoch Times à Hong Kong, exprimant leur soutien aux efforts d’Epoch Times pour dire la vérité sur les horreurs du Parti communiste chinois (PCC).

Sarah Liang, journaliste pour l’édition hongkongaise d’Epoch Times, a été battue par un homme non identifié avec une batte de softball en aluminium, mardi après-midi. On pense que cette attaque a été orchestrée par le régime chinois dans sa dernière tentative de réduire au silence les reportages de la publication.

« Cette attaque est probablement un autre exemple flagrant de l’utilisation de la violence par le Parti communiste chinois pour faire taire ses critiques et ceux qui cherchent à le tenir responsable des violations des droits de l’homme et de l’oppression à Hong Kong », a déclaré le représentant Greg Steube (Parti républicain, Floride) dans un courriel adressé à Epoch Times.

Le représentant Greg Steube (Parti républicain, Floride) s’exprime devant la commission judiciaire de la Chambre des représentants, au Capitole, à Washington, le 4 décembre 2019. (Saul Loeb-Pool/Getty Images)

« Cependant, malgré la destruction de son imprimerie et la menace qui pèse sur ses journalistes, Epoch Times n’a jamais renoncé à dire la vérité sur les horreurs du PCC, et nous les félicitons pour leur courage. Les agents communistes chinois responsables de cette attaque doivent être tenus pour responsables, et nous continuerons à faire notre part au Congrès pour défendre la démocratie et la liberté de la presse à Hong Kong », a ajouté M. Steube.

Le mois dernier, l’imprimerie de l’édition de Hong Kong a également été attaquée par des intrus armés de marteaux, ce qui a obligé l’établissement à suspendre ses activités pendant quelques jours.

L’imprimerie d’Epoch Times incendiée

Le personnel de l’imprimerie qui imprime l’édition honkongaise d’Epoch Times réagit à un incendie déclenché par quatre hommes masqués, le 19 novembre 2019.

L’homme politique britannique David Alton, Lord Alton of Liverpool, a également condamné l’attaque.

« L’attaque répréhensible et brutale contre Sarah Liang est déplorable. Elle démontre la nature violente d’une idéologie qui cherche à contraindre, effrayer et terroriser ceux qui disent la vérité. Cette attaque survient quelques jours seulement après la Journée mondiale de la liberté de la presse, qui souligne les principes fondamentaux de la liberté de la presse. Ceux qui ont le privilège de vivre dans des sociétés démocratiques et libres doivent toujours défendre les médias contre les atteintes à leur indépendance, en particulier ceux qui ont été assassinés ou attaqués alors qu’ils faisaient simplement leur travail. »

« Cette attaque lâche contre Sarah Liang devrait nous rendre encore plus déterminés à défendre ces libertés, célébrées dans l’article 19 de la Déclaration universelle des droits de l’homme », a poursuivi Lord Alton.

Benedict Rogers s’exprime dans le cadre du programme American Thought Leaders d’Epoch Times en juillet 2019. (Epoch Times)

Le militant des droits de l’homme et écrivain britannique Benedict Rogers a condamné l’attaque comme « choquante et scandaleuse ».

« Cette attaque est choquante et scandaleuse, et constitue une nouvelle illustration des dangereuses menaces qui pèsent sur la liberté des médias, la liberté d’expression et la liberté de religion ou de croyance à Hong Kong », a dit Benedict Rogers à Epoch Times dans un courriel. Il est le directeur général et fondateur de Hong Kong Watch et également cofondateur de la Commission des droits de l’homme du Parti conservateur au Royaume-Uni.

« Je demande instamment à la communauté internationale de s’exprimer et d’exiger que l’agresseur soit traduit en justice », a ajouté M. Rogers.

Le Comité pour la protection des journalistes a déclaré le 11 mai que la police de Hong Kong devait mener une enquête rapide et approfondie sur l’agression et tenir les auteurs responsables.

« La police de Hong Kong ne peut pas permettre que l’attaque éhontée et anarchique contre Sarah Liang, journaliste d’Epoch Times, ne soit pas résolue », a déclaré Steven Butler, coordinateur du programme Asie du Comité de protection des journalistes, à Washington, D.C. « Les autorités ne doivent pas perdre de temps pour traduire les auteurs en justice et doivent assurer la sécurité de tous les journalistes travaillant à Hong Kong. »

Sarah Liang, reporter pour l’édition de Hong Kong d’Epoch Times, montre ses jambes meurtries à son domicile à Hong Kong le 11 mai 2021. (Sarah Liang/Epoch Times)

L’Association des journalistes de Hong Kong a publié une déclaration condamnant l’attaque et exhortant la police à ouvrir une enquête sérieuse.

Reporters sans frontières (RSF), une organisation internationale à but non lucratif visant à défendre la liberté de la presse dans le monde, a condamné l’attaque dans une déclaration sur Twitter.

« @RSF_inter condamne l’agression dont a été victime aujourd’hui la journaliste de @EpochTimesHK @SarahLiangHk1, qui a été hospitalisée après qu’un inconnu l’a agressée avec une batte de baseball à #HongKong. En avril, Mme Liang avait signalé qu’elle avait été suivie par un homme non identifié », a écrit le groupe. Il rappelle que les locaux de l’édition hongkongaise d’Epoch Times ont récemment été saccagés. Reporters sans frontières appelle le chef de l’exécutif, Carrie Lam, à « prendre des mesures immédiates ».

Dans un communiqué, le journal Epoch Times a déclaré qu’il « déclare solennellement qu’il ne reculera pas et qu’il continuera à faire des reportages véridiques et à servir les meilleurs intérêts de Hong Kong ».

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ