Des liens politiques étroits entre l’État de New York et Pékin sont révélés avec la pandémie

Par Kelly Song
17 mai 2020
Mis à jour: 17 mai 2020

Depuis mars 2020, New York est devenu l’épicentre de la pandémie aux États-Unis.

Le régime chinois a dissimulé et mal géré l’épidémie, ce qui a mis en évidence les tactiques trompeuses de Pékin.

La pandémie a également incité certains pays et institutions à réexaminer leurs relations avec Pékin.

L’État de New York fera-t-il de même, compte tenu de ses liens politiques étroits avec Pékin ?

New York a toujours été une cible très convoitée à conquérir pour le Parti communiste chinois (PCC). Des finances à l’immobilier, du divertissement aux médias, des institutions de l’Ivy League aux conseils d’administration des écoles, du gouvernement de l’État aux organisations communautaires, le PCC a utilisé une approche globale pour étendre son influence dans toutes les couches de la société.

Nous allons maintenant examiner l’influence de Pékin à tous les niveaux du gouvernement de l’État de New York.

Investissement et coopération à tous les niveaux

Selon le rapport annuel du Comité parlementaire canadien de la sécurité nationale et du renseignement publié en 2019 : « Avec des caisses bien garnies et l’aide de facilitateurs américains, le PCC utilise l’argent, plutôt que l’idéologie communiste, comme une puissante source d’influence, créant des relations parasitaires entraînant une dépendance à long terme. »

À la fin de l’année 2015, les entreprises chinoises avaient investi un total de 9,5 milliards de dollars dans 95 projets de l’État de New York. Fin 2016, les chiffres sont passés à 15,5 milliards de dollars pour environ 120 projets dans tout l’État. La Chine est devenue le plus grand partenaire commercial de l’État de New York en dehors de l’Amérique du Nord, la Chine étant la première destination pour les exportations de l’État.

Depuis 2016, le gouvernement de l’État de New York a activement mis en place des relations de coopération en matière de commerce et d’investissement avec six provinces ou municipalités chinoises : Jiangsu, Zhejiang, Jiangxi, Yunnan, Pékin et Shanghai. L’ancien lieutenant-gouverneur de New York, Kathy Hochul, a rappelé que l’ampleur des économies américaine et chinoise « exige une intégration plus étroite ».

En outre, il y avait 10 jumelages de villes entre l’État de New York et la Chine en 2015.

Des facilitateurs américaines

Une telle relation n’est pas possible sans les « facilitateurs américains », qui sont des groupes favorables à Pékin et des entreprises américaines financées par Pékin. Par exemple :

– la Chambre générale de commerce de Chine (CGCC), présidée par Xu Chen, président et directeur général de la Bank of China USA

– la China Construction America (CCA), dirigée par Yuan Ning et basée dans le New Jersey, est une filiale de la société publique China State Construction Engineering Corp. Ltd. (CSCEC)

– le China Institute s’adresse à un grand nombre d’entreprises membres en leur donnant accès, entre autres, à des « conseils d’experts sur la façon de développer la promotion de l’image d’entreprises sur le marché chinois ». Il abrite également le premier Institut Confucius (CI@CI) à New York, depuis 2006.

– l’Asian American Community Empowerment (BRACE) a été créé en 2013. Son conseil d’administration est composé de dirigeants de communautés, de présidents d’associations et de diverses sociétés commerciales et d’affaires, avec un total de près de 10 000 membres.

– l’Association de l’amitié sino-américaine a invité Pékin à participer à la célébration du Nouvel An de Times Square depuis 2011, permettant ainsi aux groupes de performance chinois et aux membres du consulat chinois de donner une image positive du régime chinois.

Les efforts diplomatiques de Pékin

Depuis 2017, l’espionnage industriel du PCC, les investissements à l’étranger, y compris ses projets de la Ceinture et la route (Nouvelle route de la soie), le renforcement militaire en mer de Chine méridionale et les pratiques commerciales déloyales font l’objet d’une surveillance internationale croissante.

Tout cela a poussé Pékin à intensifier ses efforts pour améliorer son image à l’étranger, notamment dans l’État de New York.

Un transfert inattendu

En novembre 2018, l’ambassadeur chinois au Zimbabwe alors en poste, Huang Ping, a été transféré de manière inattendue au consulat chinois à New York pour devenir consul général.

Le South China Morning Post a cité Robert Kapp, ancien président du Conseil des affaires américano-chinois, qui a déclaré que cette initiative était destinée à contrecarrer la position plus agressive adoptée à l’égard de Pékin depuis l’entrée en fonction du président Donald Trump. « C’est une période de crise dans les relations américano-chinoises », a déclaré M. Kapp.

Le CGCC a organisé un événement de bienvenue pour M. Huang en décembre 2018. Plus de 100 chefs d’entreprises locaux étaient présents, dont Andy Purdy, ancien directeur de la division nationale de la cyber-sécurité du ministère américain de la Sécurité intérieure et aujourd’hui directeur de la sécurité chez Huawei Technologies USA ; Ed Amoroso, ancien directeur de la sécurité d’AT&T ; et Tony Scott, ancien directeur de l’information chez Microsoft et Walt Disney Company.

Le président Xu Chen s’est engagé à ce que le CGCC « collabore avec le consul général pour amener davantage d’entreprises chinoises dans les dix États de l’Est, et pour ouvrir une nouvelle ère dans le commerce sino-américain ».

Des réunions, des réunions et d’autres réunions

En mars 2019, M. Huang a rencontré plus d’une douzaine de législateurs en Albanie et a visité plusieurs bureaux du conseil municipal.

M. Huang a exhorté le gouvernement de l’État de New York et les autorités municipales à soutenir les échanges et la coopération avec la Chine.

En retour, une délégation de législateurs de l’État, dirigée par Toby A. Stavisky, vice-président de la Conférence de la majorité au Sénat, a rendu visite à M. Huang au consulat chinois de New York au mois de mai. M. Huang a demandé aux législateurs de « traiter les questions sensibles de manière appropriée », selon un article publié sur le site web du consulat chinois.

La résolution dite « China Day »

Cette diplomatie a abouti à la résolution dite « China Day » du Sénat de New York, la première du pays à commémorer le 1er octobre, date du 70e anniversaire de la prise de pouvoir du PCC en Chine.

Le 18 juin 2019, des représentants du consulat chinois et des organisations pro-Pékin ont été invités à assister à l’adoption de la résolution au Sénat de New York.

Les groupes qui ont contribué à rendre cette résolution possible sont l’American Chinese Commerce Association, l’Asian American Community Empowerment (BRACE) et l’American Chinese Development Center.

Ces groupes ont organisé une célébration de la « Résolution de la Journée de la Chine » à Brooklyn le 20 juillet 2019. Des sénateurs d’État, des membres de l’assemblée et des membres du conseil municipal y ont assisté. Le sénateur James Sanders était le parrain de cette résolution.

Selon un post sur le site web de BRACE, James Sanders a déclaré qu’il souhaitait qu’à travers la résolution, l’État de New York devienne le leader de la coopération américaine avec la Chine.

Une autre célébration organisée par 17 groupes locaux pro-Pékin a eu lieu un mois plus tard au théâtre David H. Koch du Lincoln Center. Lors de cet événement, M. Sanders a fait l’éloge de la Chine en déclarant : « Les Chinois américains ont construit les États-Unis, la Chine a construit le monde. »

Voyages en Chine

Le président de BRACE, John S. Chan, a déclaré au journal pro-Pékin China Press que le groupe travaillait depuis des années sur la résolution.

En avril 2017, BRACE a mis sur pied une « délégation de l’amitié des relations économiques de New York », composée de 18 personnes, qui s’est rendue à Pékin et à Shanghai. La délégation était composée de cinq législateurs de l’État de New York.

Les législateurs ont été accueillis par de hauts responsables de la législature de Pékin.

Le 15 septembre 2019, la délégation de l’amitié des relations économiques de New York, parrainée par BRACE et l’Association américaine du commerce chinois de Hong Kong, s’est à nouveau embarquée pour un voyage de deux semaines en Chine. La délégation, conduite par le sénateur Sanders, a visité huit villes. Selon un article de China Press, ils ont discuté de la coopération entre l’État de New York et la Chine dans des domaines tels que le commerce, l’éducation et la technologie Internet.

Le soutien de Bloomberg

Michael Bloomberg, maire de la ville de New York de 2002 à 2013, soutient l’initiative de la Ceinture et la Route (également connue sous le nom de la Nouvelle Route de soie) et d’autres intérêts chinois.

Deux semaines après que M. Trump a retiré les États-Unis de l’accord de Paris sur le changement climatique en juin 2017, M. Bloomberg s’est exprimé lors d’une réunion au sommet réunissant des hauts responsables chinois et étrangers, dont l’ambassadeur de Chine Cui Tiankai, l’ancien chef de l’exécutif de Hong Kong C.H. Tung, le président de l’Asia Society Policy Institute et ancien Premier ministre australien Kevin Rudd, et la présidente de l’Asia Society Josette Sheeran.

Dans son discours, M. Bloomberg a fait l’éloge des initiatives de la Chine en matière de changement climatique, en déclarant : « Il faut reconnaître le mérite de la Chine pour son rôle prépondérant qui sert d’exemple aux autres pays. »

Sur le plan financier, Bloomberg Philanthropies a accueilli le premier forum commercial sino-américain de grand standing en avril 2017. Il a déclaré : « Au cours de l’année dernière (2016), j’ai présidé un groupe de travail chargé de faciliter le change et la liquidation de la monnaie chinoise (RMB) aux États-Unis. »

Il a évoqué les grandes étapes de la coopération entre la Chine et les États-Unis dans le secteur financier. « L’année dernière, la branche new-yorkaise de la Banque de Chine est devenue la première banque de compensation aux États-Unis. La première licence américaine pour le commerce d’actions et d’obligations chinoises a été émise. En mars, Bloomberg est devenu le premier fournisseur de données financières à proposer des obligations et des indices à revenu fixe chinois ».

Il a poursuivi en parlant de la Ceinture et la Route : « Investir dans les infrastructures est le meilleur moyen de stimuler la croissance économique. Notre entreprise a organisé une série d’événements dans le monde entier, intitulés ‘La Chine sur la Nouvelle Route de la soie’. Cette année, elle s’est tenue à Genève, Hong Kong, Francfort, Londres, en présence de l’ambassadeur de Chine du pays concerné. »

Construction chinoise à New York

Bien que les États-Unis ne participent pas à l’initiative de la Ceinture et la Route, la Chine a investi dans de nombreux projets de construction aux États-Unis.

En février 2019, le consul général de New York, Huang Ping, a visité le siège de China Construction America (CCA) dans le New Jersey.

La CCA est une filiale de la China State Construction Engineering Corporation, qui appartient à l’État chinois. Un article sur le site web de la Chambre générale de commerce de Chine (CGCC) décrit l’ACC comme « assumant la responsabilité majeure de la mondialisation du secteur chinois de la construction, et jouant un rôle actif dans la stratégie relative à la Nouvelle Route de la soie ».

M. Huang a déclaré au président de la CCA, Yuan Ning : « Malgré les difficultés provoquées par la guerre commerciale, la CCA devrait continuer à tirer parti des infrastructures vieillissantes présentes aux États-Unis pour développer votre marché. »

Le CCA a des contacts étroits avec le consulat chinois et les groupes locaux favorables à Pékin. En 2017, le PDG de la CCA, Yuan Ning, a reçu un prix « Blue Cloud » de l’Institut chinois pour « ses contributions significatives » aux relations sino-américaines.

Pendant deux mandats, M. Yuan a été le président du CGCC. Cui Tiankai, ambassadeur aux États-Unis, a fait l’éloge de M. Yuan pour avoir « construit le pont le plus important – le CGCC – une plate-forme parfaite pour le commerce sino-américain ».

L’autre lauréat notable du prix Blue Cloud pour l’année 2017 est le gouverneur de l’État de New York, Andrew Cuomo.

Parmi les projets que le CCA a réalisés à New York, on peut citer le remplacement du premier pont ferroviaire du projet d’extension de la LIRR (Long Island Rail Road). Le lieutenant-gouverneur de New York, Kathy Hochul, a rendu visite à l’équipe du projet pendant la construction.

Le CCA a également construit une tour de location de luxe au bord de l’Hudson dans la ville de Yonkers. M. Yuan, le consul général Huang et le maire de Yonkers, Mike Spano, étaient présents lors de la cérémonie d’inauguration en mai 2019. M. Huang a profité de l’occasion pour plaider en faveur de la coopération entre les deux pays : « Ce projet a démontré une fois de plus qu’en coopérant ensemble, nous pouvons créer un résultat gagnant-gagnant », a-t-il déclaré.

En juin 2019, des représentants de Yonkers, menés par le maire Mike Spano et le maire adjoint Jim Cavanaugh, ont visité le consulat chinois à New York « pour promouvoir et renforcer les relations commerciales et la communication culturelle entre la Chine et la ville de Yonkers. China Construction America et d’autres entreprises à capitaux chinois ont également été encouragées à participer à des projets locaux et à contribuer davantage au développement sain des relations sino-américaines », a écrit le consulat chinois de New York sur son site web.

Résolutions pro-Pékin

Le 7 mars 2017, le Sénat et l’Assemblée de l’État de New York ont tous deux adopté une résolution pour accueillir le général Zhang Qiyue, alors consul, et les membres du CGCC.

Avant la visite prévue du dirigeant du PCC Xi Jinping aux États-Unis en septembre 2015, le Sénat de l’État de New York a adopté deux résolutions : l’une pour accueillir Xi Jinping aux États-Unis, l’autre pour « réaffirmer l’engagement visant à renforcer les liens entre l’État de New York et la République populaire de Chine ». L’Assemblée de l’État a également adopté une résolution similaire.

Manifestations destinées à promouvoir la coopération avec Pékin

En décembre 2018, BRACE, l’organisation pro-Pékin, a tenu son cinquième gala anniversaire à Brooklyn. Cinq sénateurs d’État, deux membres du conseil municipal et des représentants du consulat chinois ont assisté au gala.

La conférence sur la promotion des investissements et du commerce entre la Chine (Guizhou) et les États-Unis a eu lieu en juin 2017. La conférence a permis de promouvoir la coopération dans les secteurs de la fabrication haut de gamme, de la science des données et de l’industrie de la santé. Le vice-gouverneur de la province du Guizhou, Lu Yongzheng, le général Zhang, alors consul, et les législateurs de l’État de New York ont assisté à l’événement.

En juillet 2017, un forum sur le commerce et les investissements entre la Chine et l’État de New York s’est tenu dans la ville de Buffalo. M. Zhang, le vice-président exécutif du développement économique de l’État de New York, Jeff Janiszewski, et le maire de Buffalo, Byron Brown, ont assisté à la réunion.

En juillet 2014, le gouverneur Cuomo a lancé une initiative touristique mondiale pour promouvoir les entreprises new-yorkaises sur le marché touristique chinois. M. Cuomo a annoncé un partenariat avec China Southern Airlines, qui a débuté le 6 août 2014 avec la célébration du vol direct inaugural de la compagnie China Southern Airlines de Guangzhou, en Chine, à l’aéroport international JFK de New York.

Les gouverneurs mis en garde contre les infiltrations chinoises

Lors de la réunion de la National Governors Association début février 2020, le secrétaire d’État américain Mike Pompeo a déclaré : « Le régime chinois a été méthodique en analysant notre système […] il a évalué nos vulnérabilités et a décidé d’exploiter nos libertés, pour obtenir un avantage sur nous au niveau fédéral, au niveau de l’État et au niveau local. »

« Si la majorité d’entre vous parmi le public ne subissait pas directement les pressions du Parti communiste chinois, je serais surpris. »

M. Pompeo a mis en garde les gouverneurs des États face à l’infiltration du régime chinois, en évoquant une lettre d’un diplomate du consulat chinois à New York adressée au président d’une assemblée législative d’État non nommée, qui conseille aux fonctionnaires américains de ne pas avoir de relations indépendantes avec Taïwan.

« Un diplomate chinois, affecté ici aux États-Unis, représentant du Parti communiste chinois, à New York, a envoyé une lettre pour demander avec insistance à un élu américain de ne pas exercer son droit à la liberté d’expression », a expliqué M. Pompeo.

Depuis le 16 octobre 2019, les diplomates chinois aux États-Unis doivent informer le Département d’État à l’avance des « réunions officielles avec les représentants des gouvernements d’État, locaux et municipaux, des visites officielles dans les établissements d’enseignement et des visites officielles dans les établissements de recherche ».

Épicentre du virus du PCC

Le 22 janvier, le consul général Huang a sonné la cloche de clôture du NASDAQ pour marquer le Nouvel An chinois. Au même moment, la ville chinoise de Wuhan s’est mise en quarantaine complète pour freiner la propagation du virus du PCC*, également connu sous le nom de nouveau coronavirus. Pourtant, le monde n’a pas été suffisamment alerté sur la gravité de l’épidémie apparue en Chine, ni sur le mode de transmission du virus. La vie s’est largement poursuivie comme d’habitude.

Le 1er mars, le gouverneur de New York, M. Cuomo, a confirmé le premier cas de virus du PCC dans l’État. À ce moment-là, plus de 70 cas avaient été signalés aux États-Unis, la plupart sur la côte ouest. Cependant, au cours des semaines suivantes, l’État de New York est devenu l’épicentre de l’épidémie aux États-Unis et la ville de New York a été la plus touchée. À ce jour, on dénombre plus de 353 000 cas confirmés dans l’État et plus de 27 000 décès.

Lorsque le virus s’est propagé dans d’autres pays, le PCC est rapidement passé à la « diplomatie du masque », se présentant comme le sauveur du monde en vendant des EPI (équipements de protection individuelle) souvent défectueux à des pays d’importance stratégique. En outre, le PCC attendait la reconnaissance du monde entier.

Le consulat chinois à New York s’est associé à Jack Ma, fondateur du géant technologique chinois Alibaba, et a fait don de 1000 respirateurs artificiels aux hôpitaux de New York. M. Cuomo a fait l’éloge du régime chinois qui a apporté son aide. Au mois d’avril, le Sénat de l’État a adopté une résolution pour exprimer « sa sincère gratitude au régime chinois pour son précieux cadeau ».

* Epoch Times désigne le nouveau coronavirus, responsable de la maladie du Covid-19, comme le « virus du PCC », car la dissimulation et la mauvaise gestion du Parti communiste chinois (PCC) ont permis au virus de se propager dans toute la Chine et de créer une pandémie mondiale.

CORONAVIRUS : CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant. Il est différent des autres organisations médiatiques car nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsable envers notre public. Nous n’avons pas d’autres agendas que d’informer nos lecteurs et les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant nos principes de vérité et de tradition comme guide dans notre travail.

Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l’auteur et ne reflètent pas nécessairement celles d’Epoch Times.

RECOMMANDÉ