Des lions tuent trois enfants près du Ngorongoro en Tanzanie

Par Epoch Times avec AFP
7 août 2021
Mis à jour: 7 août 2021

Trois jeunes enfants âgés de 9 à 11 ans ont été tués par des lions près de la réserve naturelle du Ngorongoro, en Tanzanie, alors qu’ils essayaient de retrouver du bétail perdu.

Des enfants venaient de rentrer de l’école et s’étaient introduits dans une forêt proche de la zone de conservation du Ngorongoro pour y chercher les animaux, a déclaré Justine Masejo, le chef de la police d’Arusha.

« C’est là que les lions ont attaqué et tué trois enfants, en blessant un (autre) », a-t-il ajouté.

M. Masejo a appelé les communautés environnantes à « prendre leurs précautions contre les bêtes féroces, particulièrement quand elles demandent à leurs enfants de s’occuper du bétail ».

Conflits entre les éleveurs de bétail et la faune sauvage

Situé au nord de la Tanzanie, le Ngorongoro (809,440 ha), comprend un spectaculaire cratère mondialement connu pour ses paysages, sa faune sauvage, il est classé au patrimoine mondial de l’Unesco.

Les autorités autorisent les éleveurs à vivre dans les parcs nationaux et à faire paître leur bétail aux côtés de la faune sauvage. Mais les conflits entre humains et animaux, notamment avec les lions et les éléphants, sont fréquents, ces derniers attaquant parfois les habitants, le bétail ou bien détruisant les cultures.

L’année dernière, la Tanzanie a dû extraire 36 lions du parc national du Serengeti, proche du Ngorongoro, après des attaques sur des humains et du bétail.

 

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ