Des militants pacifiques anti-immigration reçoivent une peine plus lourde qu’un violeur de petite fille

Par Laurent Gey - Epoch Times
30 août 2019 Mis à jour: 30 août 2019

Le tribunal correctionnel de Gap a condamné jeudi 29 août à des peines de six mois de prison ferme trois responsables de Génération identitaire, après des actions anti-migrants menées dans les Alpes au printemps 2018. Deux poids deux mesures s’étonne la toile lorsque l’on sait par exemple qu’un jeune de 21 ans à Narbonne a eu en 2017 comme verdict de la prison avec sursis pour le viol d’une fillette de 4 ans.

Le 29 août, contre Clément Gandelin (dit Galant), 24 ans, président de Génération identitaire, son porte-parole Romain Espino, 26 ans, et un organisateur actif du mouvement, Damien Lefèvre (dit Rieu), 29 ans, le tribunal a prononcé 2.000 euros d’amende, ainsi que la privation de leurs droits civiques (interdiction de voter et de se présenter à des élections), civils et de famille pendant cinq ans – avec appel suspensif.

6 mois ferme pour avoir voulu défendre la frontière française, alors qu’entrer illégalement est un délit

Le 21 avril 2018, le groupe Génération identitaire avait monté une vaste opération au col de l’Échelle, point de passage de nombreux migrants dans les Hautes-Alpes. Une centaine de personnes vêtues de la même doudoune bleue s’étaient mobilisées, avec deux hélicoptères, une banderole géante, et une « frontière symbolique » matérialisée dans la neige par des grillages en plastique.

Sur Twitter les milieux conservateurs et traditionnels dénoncent une justice politique, condamnant « les opposants politiques » et étant laxiste avec ceux qui violent les lois.

« Juste un point de droit : le franchissement de frontière hors point de passage est un délit en application de l’article 5 du code frontières Schengen et de l’article L.621-2 du CESEDA, délit à constater en flag (art. 53) et donc interpellation possible par tout citoyen (art. 73). » commente Charles Prats, Ex-magistrat de la délégation nationale à la lutte contre la fraude.

« Pour comparer, 6 mois de prison ferme c’est la condamnation de Jawad Bendaoud pour agression de surveillant, d’un proxénète, d’un agresseur de pompier ou d’un violeur » tweete Damien Rieu, une des 3 personnes condamnées.

« La Justice française est politique ! Cédric Herrou fait rentrer illégalement des migrants, condamné à 4 mois de prison avec sursis… Les jeunes identitaires défendent symboliquement des frontières, 6mois fermes, amende record et de 5 ans de privations de droit » déclare le compte Twitter La France Libre.

Me Pierre-Vincent Lambert, avocat des prévenus, a qualifié près de l’AFP cette décision de « délirante » et « politique ». Selon lui, il y a « une volonté de dissuader [ses] clients de continuer leurs activités militantes ».

Me Lambert a immédiatement annoncé l’intention de ses clients d’interjeter appel. « On ira évidemment jusqu’au bout. Mes clients sont déterminés. (…) C’est quand même un dossier où il n’y a pas une seule victime. »

Sur Twitter, Damien Lefèvre a, lui, accueilli cette décision « politique » comme « un honneur, une médaille ». « L’État a donc décidé de persécuter les jeunes Français qui osent prouver symboliquement et pacifiquement que défendre nos frontières est possible. »

RECOMMANDÉ