Des milliers de Hongkongais défient les interdictions imposées par la police pour commémorer le massacre de la place Tian’anmen

Par Frank Fang
5 juin 2020
Mis à jour: 5 juin 2020

Cet article a été mis à jour selon les dernières informations.

Des milliers de Hongkongais ont ignoré l’interdiction imposée par la police et ont organisé une veillée aux chandelles au parc Victoria pour commémorer les victimes du massacre de la place Tian’anmen survenu la nuit du 4 juin 1989.

La veillée annuelle à Hong Kong est la seule commémoration publique de l’événement sur le territoire chinois, les manifestations pro-démocratiques de 1989 ayant été brutalement réprimées par le régime chinois en tant que sujet tabou en Chine continentale. La police de Hong Kong avait interdit l’événement, invoquant des inquiétudes quant à la propagation du virus du PCC*.

Les populations locales craignent que ce soit la dernière fois qu’un événement public puisse être organisé, compte tenu de la décision de Pékin de promulguer une loi sur la sécurité nationale à Hong Kong pour pénaliser toute activité que le régime chinois considérerait comme « sécession, subversion, infiltration ou sabotage ».

L’Alliance de Hong Kong qui soutient les mouvements démocratiques patriotiques en Chine, organisatrice du rassemblement annuel depuis 1990, a allumé les premières bougies vers 18 h 30, heure locale, près d’une fontaine dans le parc, avant de pénétrer sur les terrains de football du parc malgré les barricades mises en place par les autorités locales.

Les membres de l’alliance ont été rejoints par des centaines de citoyens locaux, malgré la présence de policiers anti-émeutes sur les routes situées à proximité du parc.

La veillée a officiellement commencé à 20 heures, heure locale. Un moment de silence a été observé pour les victimes à 20 h 09.

Contrairement aux veillées des années passées, les citoyens ne se sont pas contentés de se souvenir des victimes. Ils ont également saisi l’occasion pour exprimer leurs revendications au sein d’un mouvement local pro-démocratie contre les atteintes à la liberté d’expression perpétrées par Pékin, qui ont débuté en juin 2019 à la suite de l’abandon du projet de loi sur l’extradition.

Joe, qui a participé à une veillée dans le quartier de Tsim Sha Tsui, a déclaré que les objectifs du mouvement de Hong Kong et des manifestants de la place Tian’anmen en 1989 étaient les mêmes.

« Nous aspirons tous à la démocratie et à une vie de liberté. Si nous ignorons l’histoire, dans une dizaine d’années peut-être, cette situation se reproduira », a-t-il déclaré.

Mme Lam avait la gorge serrée en se souvenant de cette nuit, il y a 31 ans, lorsqu’elle est restée debout à regarder la télévision sur ce qui s’est passé à Pékin.

« Je ne pouvais pas dormir », a-t-elle déclaré au journal Epoch Times. « Comment des êtres humains peuvent-ils être aussi durs ? Je ne pensais pas qu’ils seraient si cruels. »

Elle a exprimé sa frustration face à l’interdiction imposée par la police de participer à un rassemblement officiel.

« Pourquoi réprimer un si humble espoir ? » a-t-elle déclaré, bien qu’elle soit optimiste quant à l’avenir du mouvement de Hong Kong. « La vérité prévaudra toujours. Je fais confiance aux Hongkongais. »

Des gens brandissent des pancartes portant les mots « Le ciel détruira le Parti communiste chinois » lors de la veillée organisée au parc Victoria, à Hong Kong, le 4 juin 2020. (Song Bilung/The Epoch Times)

Les participants présents dans le parc Victoria ont crié des slogans tels que « Libérez Hong Kong, la révolution de notre temps », « Réparez ce qui s’est passé le 4 juin », « Mettez fin à la dictature du parti unique » et « Opposition à la loi de sécurité nationale ».

« Glory to Hong Kong » (gloire à Hong Kong), l’hymne officieux du mouvement démocratique, a également été joué.

Vers 21 heures dans le district de Mong Kok, des manifestants ont tenté de dresser des barrières routières, selon les médias locaux. Des policiers en civil ont rapidement déployé du gaz poivré et ont maîtrisé plusieurs individus.

Plus tôt dans la journée, l’assemblée législative de la Ville, avec une majorité favorable à Pékin, a adopté un projet de loi controversé sur l’hymne national, qui permettrait de punir toute personne coupable d’avoir manqué de respect envers l’hymne national chinois. Ce projet prévoit également l’obligation dans les écoles d’enseigner l’histoire de l’hymne et « les règles protocolaires du Parti communiste chinois pour jouer et chanter l’hymne national ».

Les participants ont exprimé leurs inquiétudes quant à l’avenir de Hong Kong compte tenu du récent changement d’attitude de Pékin. « Nous pouvions autrefois dire ce que nous voulions à Hong Kong. […] À moins que vous ne vouliez annuler l’existence même [de l’entente] ‘un pays, deux systèmes’, c’est une erreur de ne pas permettre aux gens de s’exprimer », a déclaré Joe.

Mme Lee, qui a également assisté à la veillée au Tsim Sha Tsui, a expliqué qu’elle estimait qu’il était de sa responsabilité de rappeler à la prochaine génération « à quel point le régime [chinois] est autoritaire ».

« Le régime chinois devient de plus en plus tyrannique, il veut même nous réduire au silence, mais la voix du peuple ne fait que s’amplifier », a-t-elle déclaré, en référence au mouvement de protestation en cours. « Plus vous leur interdisez de manifester, plus les voix de la résistance se font entendre. »

À Taipei (Taïwan), environ 2 000 personnes se sont rassemblées pour une veillée sur la place de la liberté (One Liberty Plaza).

Wu Renhua, qui a été témoin du massacre et a fui la Chine avec l’aide des habitants de Hong Kong, a déclaré qu’il était heureux de voir la veillée organisée dans le parc Victoria. Selon lui, si le régime continue, il utilisera des tactiques similaires pour réprimer la dissidence.

« Le massacre du 4 juin n’est pas de l’histoire, c’est une réalité », a-t-il déclaré dans un discours.

* Epoch Times désigne le nouveau coronavirus, responsable de la maladie du Covid-19, comme le « virus du PCC », car la dissimulation et la mauvaise gestion du Parti communiste chinois (PCC) ont permis au virus de se propager dans toute la Chine et de créer une pandémie mondiale.

CHINE : CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

RECOMMANDÉ