Des mystérieux tuyaux vieux de 150 000 ans défient les connaissances des scientifiques en Chine 

22 juillet 2015 Mis à jour: 5 septembre 2017

L’univers est plein de mystères qui défient notre connaissance actuelle. Dans « Au-delà de la science », Epoch Times collecte des histoires sur ces étranges phénomènes afin de stimuler l’imagination et envisager des possibilités auxquelles on n’osait rêver. Sont-elles vraies ? À vous de décider.

OoPart (out of place artifact – objet fabriqué ailleurs) est un terme appliqué à des dizaines d’objets préhistoriques trouvés à travers le monde et montrant un niveau technologique inadapté avec l’époque à laquelle ils ont été faits. Ces Ooparts frustrent souvent les scientifiques conventionnels, et ravivent la curiosité des chercheurs ouverts à des théories alternatives, et prêts à en débattre.

Au sein d’un mystérieuse pyramide découverte dans la province du Qinghai en Chine près du mont Baigong, trois grottes ont été trouvées avec des tuyaux menant à un lac d’eau salée à proximité. Il y avait aussi des tuyaux sous le lit du lac et sur la rive. Les tuyaux, en fonte, variaient en taille, le plus petit étant aussi grand qu’un cure-dent. Le plus étrange dans cette découverte est qu’ils semblent être âgés d’environ 150 000 ans.

La datation effectuée par l’Institut de géologie de Pékin a déterminé que ces tuyaux en fer avaient été fondus il y a environ 150 000 ans, si tant est qu’ils aient été effectivement fabriqués par les humains, selon Brian Dunning de Skeptoid.com.

Si effectivement ils avaient été faits par l’homme, l’histoire telle qu’elle est présentée habituellement devra être entièrement réévaluée.

La datation a été réalisée en utilisant la thermoluminescence, une technique qui détermine depuis combien de temps les minéraux cristallins n’ont pas été exposés à la lumière du soleil ou chauffés. Les humains ne sont pas censés avoir habités la région avant nos 30.000 dernières années. Même au sein de l’histoire connue de la région, les seuls humains à habiter la région étaient des nomades dont le mode de vie ne laissait pas de telles structures derrière eux

.

L’agence de média chinois d’État Xinhua a rapporté que la recherche sur la pyramide et ces tuyaux avait commencé en 2002 par l’envoi d’une équipe de scientifiques sur place.

Bien que certains aient depuis tenté d’expliquer la présence de tuyaux comme un phénomène naturel, Yang Ji, chercheur à l’Académie chinoise des sciences sociales, a déclaré à Xinhua que la pyramide pourrait avoir été construite par des êtres intelligents. Il n’a pas écarté la théorie que des anciens extraterrestres pouvaient en être responsables, en ajoutant que cette théorie était « compréhensible et utile pour la recherche … mais que des moyens scientifiques devaient être employés pour prouver si oui ou non cela était vrai. »

Il y a quelque chose de mystérieux avec ces tuyaux.

Une autre théorie indique que la pyramide aurait été construite par des humains préhistoriques avec des techniques perdues par les humains des périodes ultérieures.

Les tuyaux de plomb mènent dans un lac salé, tandis que deux lacs à proximité contiennent de l’eau douce. Le paysage environnant est parsemé de ce que Xinhua décrit comme « des pierres aux formes étranges ». Les pierres dépassent en effet du sol comme des piliers brisés.

Le chef du département de la communication du gouvernement local de Delingha a déclaré à Xinhua que les tuyaux avaient été analysés dans une fonderie locale et que 8% de la matière ne pouvait pas être identifiée. Le reste était constitué d’oxyde ferrique, de dioxyde de silicium et d’oxyde de calcium. Le dioxyde de silicium et l’oxyde de calcium sont les produits d’une longue interaction entre le fer et le grès environnant, confirmant l’âge reculé de la tuyauterie. Liu Shaolin, l’ingénieur ayant réalisé l’analyse a déclaré à Xinhua : « ce résultat fait que le site est encore plus mystérieux. »

« La nature est dure ici » a-t-il dit. « Il n’y a pas de résidents capables de construire seuls une industrie moderne dans la région, il y a seulement quelques bergers nomades au nord de la montagne. »

Pour ajouter encore au mystère, Zheng Jiandong, chercheur en géologie de l’Administration sismique de Chine a déclaré au journal d’État Le Quotidien du Peuple en 2007 que certains des tuyaux avaient été mesurés comme hautement radioactifs.

Les autres théories

Zheng Jiandong a avancé qu’un magma riche en fer pourrait avoir monté du plus profond de la Terre, poussant le fer dans les fissures où il se serait solidifié sous forme de tubes. Mais il a admis « qu’il y avait quelque chose de mystérieux avec ces tuyaux. » Il a cité la radioactivité comme un exemple des qualités étranges de ces tuyaux.

D’autres chercheurs ont soutenu que des sédiments de fer étaient venus s’infiltrer à l’intérieur de fissures, apportés par la pression de l’eau pendant les crues.

Bien que Xinhua et d’autres publications en Chine aient publié plusieurs articles sur cette mystérieuse pyramide dans laquelle avaient été trouvés des tuyaux, certains ont dit qu’il s’agissait d’une formation naturelle ayant pris la forme d’une pyramide.

Une autre théorie avance que les tuyaux seraient des racines d’arbres fossilisés. Xinmin Weekly a rapporté en 2003 que les scientifiques avaient trouvé de la matière végétale dans une analyse des tuyaux, et qu’ils avaient également trouvé ce qui ressemblait aux cernes d’un arbre. L’article rapportait une théorie géologique selon laquelle dans certaines conditions chimiques et de températures, les racines d’un arbre pouvaient avoir subi une diagenèse (transformation du sol dans la roche) et d’autres processus pouvant produire des formations de fer.

Les recherches sur de soit-disant racines d’arbre expliquant l’existence des tuyaux de Baigong sont les seules « plausibles » se référant aux connaissances actuelles de la science. On ne sait pas à quel point cette théorie peut expliquer vraiment la découverte des tuyaux de Baigong.

Un article publié dans le Journal of Sedimentary Research en 1993 décrit des découvertes de racines des arbres fossilisés dans le sud de la Louisiane aux États-Unis.

Article original : 150,000-Year-Old Pipes Baffle Scientists in China: Out of Place in Time?

RECOMMANDÉ