Des observateurs repèrent une orque blanche ultra rare chassant au large des côtes de l’Alaska

Par Michael Wing
26 octobre 2020
Mis à jour: 26 octobre 2020

Le 7 août dernier, un bateau d’observation des baleines en Alaska a repéré une orque blanche très rare, nageant avec un banc de baleines, près des îles de Kuiu et Kupreanof au large de la manche de l’Alaska.

Dennis Rogers le propriétaire du bateau Alaska Sea Adventures, était parti avec un groupe de huit observateurs à bord du charter Northern Song près du détroit de Keku à l’ouest de Petersburg.

Les orques, qui présentent généralement des motifs en noir et blanc, « disparaissent » normalement sous l’eau et sont difficiles à suivre, explique Dennis Rogers. La pâle apparition de cette orque blanche inhabituelle a cependant attiré leur attention.

« Vous pouviez le voir à trois mètres sous la surface, cette grande forme blanche se déplaçant par là », a déclaré plus tard Dennis Rogers à la station de radio locale KFSK.

(Avec l’aimable autorisation de Stephanie Hayes)

Le second capitaine du bateau, Stephanie Hayes, étudiante en biologie marine à l’université d’Alaska Fairbanks, a pu prendre des photos incroyables de l’orque.

« J’ai vu une sorte de lueur sous l’eau et je me dis, wow c’est une orque terriblement blanche, cela produit un drôle d'[effet] », a-t-elle déclaré.

Jared Towers, de Pêches et Océans Canada, pense que c’est la première fois que l’orque blanche se rend dans les eaux de l’Alaska.

En se basant sur certaines marques uniques près de la nageoire dorsale du spécimen, le groupe a pu identifier l’animal, qui avait été précédemment catalogué par le ministère des Pêches et des Océans et avait reçu le nom « T46-B1B ». Cependant, les chercheurs lui ont donné le surnom plus inspiré de « Tl’uk » (prononcé tee-uk), le mot salish du littoral pour « lune », pour décrire son aspect gris lumineux.

Tl’uk a été identifié comme étant une orque de Bigg, âgé de 2 ans. Son aspect gris-blanc n’est pas dû à l’albinisme, comme on pourrait le penser, car les orques albinos ont la peau blanche et les yeux roses. Il a plutôt ce qu’on appelle un « leucisme », qui décrit un large éventail de déficiences de pigmentation chez différents animaux et provoque une peau, une fourrure ou des plumes tachetées ou pâles.

Les orques de Bigg sont des orques prédateurs parmi une variété d’espèces d’orques différentes. Leur dentition possède des canines comme celles d’un grizzly et leur permet de chasser les marsouins, les dauphins, les otaries et les phoques, selon la station de radio.

Deux autres épaulards (à la pigmentation normale) accompagnaient Tl’uk dans le groupe : sa mère et sa grand-mère.

Malgré son apparence très visible, Tl’uk semble être capable de tirer son épingle du jeu pendant la chasse. Le groupe a ensuite été repéré au large des côtes près de Petersbourg, à la recherche de nourriture. « Elle semblait être un membre sain du groupe et chassait les phoques avec succès, ce qui est excellent », a déclaré Mme Hayes.

La famille des orques a été plus fréquemment observée autour de l’île de Vancouver, bien que la mère et la grand-mère de Tl’uk soient connues pour avoir migré le long de la côte Pacifique. Les épaulards de Bigg voyagent continuellement et habitent les eaux de l’Alaska jusqu’en Californie.

Après la rencontre incroyable du 7 août, Dennis Rogers était au bord de l’océan, lorsque sa famille a reçu une visite improbable au large de la côte devant leur maison. Sa belle-fille a aperçu un groupe d’orques nageant à proximité et a crié, et bien sûr, la rare orque blanche Tl’uk était dans le groupe.

Les orques blanches comme Tl’uk ont une signification spirituelle pour les tribus indigènes locales, a déclaré Dennis Rogers à Epoch Times. Un ancien du village l’a informé que les orques blanches sont censées apporter la paix aux gens, a-t-il ajouté.

Pourtant, les orques leucistiques sont très rares. Il n’y a eu que cinq ou six observations au cours des 80 dernières années, et il n’y a actuellement que deux spécimens documentés vivants, a déclaré la station de radio.

Focus sur la Chine – Des investisseurs cachés derrière des sociétés-écrans de Hong Kong

Le saviez-vous ? 

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

RECOMMANDÉ