Des ONG déclarent qu’il faut prévenir et lutter contre le prélèvement forcé d’organes

Par Frank Fang
29 septembre 2021
Mis à jour: 29 septembre 2021

Le groupe de défense américain Doctors Against Forced Organ Harvesting (DAFOH) et quatre autres ONG appellent les gouvernements et le public à soutenir une nouvelle initiative visant à mettre fin à la pratique du prélèvement forcé d’organes, sanctionnée par l’État chinois.

Ensemble, les groupes ont lancé une déclaration (PDF) intitulée « Déclaration universelle sur la prévention et la lutte contre le prélèvement forcé d’organes » le 26 septembre, à l’issue d’un sommet mondial de deux semaines, qui a attiré des experts, des politiciens et des témoins de 19 pays pour des discussions en ligne sur cette pratique abusive.

Une vidéo accompagnant la déclaration appelait les gens à ajouter leur signature à la déclaration pour « arrêter l’atrocité la plus perverse de ce siècle », puisque le régime chinois « a transformé les médecins en bourreaux » pour tuer des innocents pour leurs organes.

La déclaration « appelle tous les gouvernements à combattre et à prévenir le prélèvement forcé d’organes en prévoyant la criminalisation de certains actes, et à faciliter, tant au niveau national qu’international, la poursuite pénale lors de prélèvement forcé d’organes », a déclaré Arthur Caplan, professeur de bioéthique à l’université de New York (NYU), lors d’une session en ligne du sommet le 26 septembre.

Selon M. Caplan, ces actes consistent à contraindre des personnes à donner leurs organes et à prélever des organes sur des donneurs vivants ou décédés sans leur consentement.

M. Caplan est également directeur de la division de l’éthique médicale de la faculté de médecine Grossman de l’université de New York.

Selon lui, les gouvernements devraient adopter une législation criminalisant ces actes, comme le suggère la déclaration.

Selon M. Caplan, il est temps de faire en sorte que les prélèvements forcés d’organes reposant sur des consentements forcés ou faux cessent.

« Les nations engagées dans de telles pratiques doivent être identifiées, appelées à rendre des comptes, tenues responsables, voire boycottées, jusqu’à ce que la transplantation fonctionne dans un cadre moral de libre choix et de respect. Je pense que cette déclaration le fait ».

Les quatre autres ONG sont l’Association taïwanaise pour le soin international des greffes d’organes, l’Association coréenne pour une transplantation d’organes éthique en Corée du Sud, l’Association de recherche sur le tourisme de transplantation au Japon et CAP Liberté de conscience en France.

Le Parti communiste chinois (PCC) fait de la Chine une destination de choix pour les transplantations d’organes, car les hôpitaux chinois peuvent souvent trouver des patients ayant un organe compatible dans un délai extraordinairement court. Le régime a rejeté les allégations concernant son engagement dans le prélèvement d’organes comme des « rumeurs » et a déclaré que le pays disposait d’un système national de dons pour l’obtention d’organes.

En 2006, des allégations de prélèvements forcés d’organes sur des pratiquants du Falun Gong détenus sont apparues pour la première fois. Les pratiquants, qui sont devenus la cible des persécutions de la Chine en 1999, sont encore aujourd’hui les victimes des politiques oppressives de Pékin.

Un tribunal indépendant basé à Londres a conclu dans un rapport de 2019 que les prélèvements d’organes forcés sanctionnés par l’État ont eu lieu en Chine pendant des années « à une échelle significative ». En outre, il a déclaré qu’il était ‘certain’ que les organes provenaient de pratiquants du Falun Gong emprisonnés et qu’ils étaient « probablement la source principale ».

« [Le] système volontaire actuel de la Chine pour obtenir des organes semble fonctionner parallèlement à l’utilisation continue de donneurs non volontaires. Le plus plausible est qu’il s’agit de prisonniers et de personnes qui sont ainsi faussement classées comme prisonniers, et comme donneurs volontaires afin de maintenir le rythme auquel la Chine effectue des transplantations », a déclaré M. Caplan.

Le régime chinois a qualifié les Ouïghours d’ « extrémistes » pour rationaliser sa politique consistant à les jeter dans des camps d’internement dans la région du Xinjiang, à l’extrême ouest de la Chine. De même, Pékin a créé une propagande sur les adeptes du Falun Gong, dans le but de susciter la haine du public contre le groupe et de pousser les citoyens à soutenir sa campagne de persécution.

David Curtis, professeur honoraire de génétique à l’université de Londres, a également appelé à une forme de boycottage de la Chine lors de la session en ligne de dimanche.

« Il est temps pour nous, en Occident, de penser à des boycottages professionnels plus formels, en particulier parmi les médecins et les scientifiques, en partant du principe que les professions médicales et scientifiques en Chine sont impliquées à un niveau institutionnel dans ces pratiques », a déclaré M. Curtis.

Une autre intervenante, Elisabetta Zamparutti, avocate et ancienne membre du Parlement italien, a appelé les Nations unies, l’Organisation mondiale de la santé, le Conseil de l’Europe et le Parlement européen à s’élever contre la coopération sanitaire avec la Chine.

Le Dr Torsten Trey, directeur général de DAFOH, a déclaré que la déclaration « aborde la pratique abominable du prélèvement forcé d’organes. »

« Nous vous demandons de nous soutenir en vous joignant à nos efforts pour mettre fin à ce déraillement de l’éthique médicale », a déclaré Dr Trey.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ