Des parents enferment une jeune fille enceinte dans un asile psychiatrique, puis 44 ans plus tard, une lettre arrive

Par Epoch times
2 juillet 2019 Mis à jour: 5 septembre 2019

Julie Mannix Von Zemeck, 19 ans, a dû choisir entre interrompre sa grossesse ou être placée dans un établissement psychiatrique. Une décision qui allait changer le reste de sa vie.

Julie attendait un enfant avec son petit ami, Frank, qui, a-t-on découvert, était marié à quelqu’un d’autre. L’avortement était illégal en 1963, et donner naissance à un enfant hors mariage était un scénario que les parents de Julie n’étaient pas prêts à envisager. Ils ont décidé de protéger la réputation de la famille ; ils ont placé Julie à l’hôpital pour les personnes atteintes de troubles mentaux et les criminels fous, seule, pendant six longs mois.

Traduction : « La Main Line est connue pour ses excentriques qui sont accueillis comme des gens normaux. Une douairière se rendant au Bellevue la nuit de l’Assemblée dans une voiture vieillie et abîmée, avec un manteau de poils de chameau sur les épaules couvrant sa robe de brocart vieille d’un quart de siècle pourrait être une Biddle, une Chew, une Pew, une Wetherill, une Wannamaker ou une Roosevelt et représenter une fortune… C’est le seul endroit élégant où vous pouvez observer quelques papillons volant dans le secteur. »

Julie était « une débutante de la Main Line de Philadelphie », et son père et sa mère étaient respectivement journaliste et écrivain. Décrivant ses parents comme « étranges et glamour », la jeune femme enceinte subissait de fortes pressions pour se plier à leurs désirs.

Cependant, elle a choisi de sauver son bébé et a enduré des mois de solitude désespérée pour le faire. « Le 19 avril 1964, dans un hôpital de la Catholic Charities près de Philadelphie, j’ai donné naissance à une petite fille magnifique et en bonne santé », écrivait Julie, partageant son histoire avec le magazine féminin Cosmopolitan. « Je n’ai eu le droit de la voir qu’une seule fois, à 1,50 m de distance, avant de l’abandonner. »

Julie a signé à contrecœur les papiers d’adoption pour abandonner sa fille, nommée Aimée. « Je voulais désespérément que mon enfant, un bébé conçu par amour, avec un homme que j’aimais, vive », écrit Julie. « [Mais] mon cœur s’est déchiré », confesse-t-elle. « J’ai posé le stylo, je me suis détournée et, les jambes tremblantes, j’ai laissé mon bébé derrière moi. »

Voir cette publication sur Instagram

#mothersanddaughters #adoptionreunion #MothersDay #love #losttime

Une publication partagée par Julie and Kathy, Authors (@secret_storms_memoir) le

Julie a reçu son congé de l’hôpital le lendemain de son accouchement. De retour à la maison familiale, Julie a découvert que ses parents avaient menti au sujet de son absence de six mois et qu’ils avaient caché sa grossesse à tout le monde. « C’est sans cœur », partagea Julie en se souvenant de sa détresse. « C’est une chose horrible. »

Frank a divorcé pendant le placement de Julie, et le couple, très amoureux, s’est marié en 1965. Ils ont déménagé à New York et Julie est devenue actrice. Chaque année, le couple marié célébrait l’anniversaire de leur Aimée le 19 avril, avec le cœur lourd, et leurs alliances étaient même marquées de la date spéciale.

Ils ont eu deux autres enfants ensemble : Danielle et Frank Junior.

Aimée, qui a été rebaptisée Kathleen Marie Wisler par sa famille adoptive, a connu une enfance pleine d’amour. Sa mère adoptive est décédée tragiquement alors que Kathy n’avait que 6 ans, mais un second mariage raté et un séjour dans la pauvreté ont en fait rapproché Kathy, son père et ses frères et sœurs adoptifs.

Lorsque Kathy a eu ses propres enfants, elle a commencé à penser à sa mère biologique. Miraculeusement, avec l’aide des services sociaux catholiques de Philadelphie, Kathy a pu retrouver Julie et Frank. Elle est restée sans réagir pendant 10 ans avant que le moment ne soit venu, puis elle leur a écrit une lettre sincère.

Julie a téléphoné à sa fille deux jours seulement après l’envoi de la lettre. Kathy était stupéfaite. « Je n’aurais jamais imaginé que je me sentirais à nouveau comme une fille », a partagé Kathy, ajoutant son point de vue à l’histoire de sa maman Julie, « et pourtant je suis ici, chérie par deux parents forts et attentionnés qui se font du souci quand mes enfants sont malades et qui appellent sans raison. »

Kathy s’est arrangée pour rencontrer ses parents biologiques, et leur connexion a été instantanée. « J’ai l’impression que nous n’avons jamais été séparées », dit Kathy. La mère et la fille se sont reconnectées d’une manière si significative qu’elles ont même écrit ensemble un mémoire intitulé Tempêtes secrètes : Une mère et sa fille, perdues puis retrouvées.

Leur histoire incroyable a même été couverte par la série Les secrets de famille bouleversants (Shocking Family Secrets) du canal Discovery Life. Dans le domaine des histoires, celle-ci a tout, y compris, surtout, une fin heureuse.

« C’est comme si nous étions tombés dans le dernier chapitre d’un conte de fées », dit Kathy, « et nous savons tous comment les contes de fées finissent. »

RECOMMANDÉ