Des maisons de retraite spécialement conçues pour des patients atteints de démence pour rappeler les années 1940

Par Louise Bevan
28 février 2020
Mis à jour: 29 février 2020

Jean Makesh est le PDG de trois maisons de retraite pour personnes atteintes de démence, il a une approche novatrice pour aider ses résidents à vivre confortablement. Ses maisons ont été conçues avec un design de villégiature du milieu des années 1940 et ainsi réduire les symptômes d’anxiété et de dépression.

Les trois maisons de soins pour personnes âgées « Lantern », sont situées dans l’Ohio et ont chacune une « aile de soins de mémoire » spécialement conçue dans le but de reproduire le milieu familier des quartiers ou des résidences de vacances avec lesquels les résidents ont grandi, ce qui contribue à atténuer une partie de la confusion, de la peur ou de la panique que les résidents peuvent ressentir en raison de leur démence.

Photo avec l’aimable autorisation de Jean Makesh

Les ailes de soins de mémoire utilisent des lumières intelligentes à fibres optiques, contrairement aux lampes fluorescentes, ce qui imite le lever et le coucher du soleil, tandis que l’architecture intérieure est conçue avec des façades imitant les maisons, avec des balcons, des lampadaires, des arbustes et des tapis ressemblant à de l’herbe.

« J’adore cet endroit, c’est calme », a déclaré un résident à Fox 8 Cleveland.

Jean Makesh, PDG de Lantern (Photo avec l’aimable autorisation de Jean Makesh)

« En vieillissant, on travaille tellement dur et pour essayer d’économiser de l’argent et avoir une retraite très confortable », a déclaré à Today M. Makesh, ancien ergothérapeute, « alors j’ai pensé : rendons cet endroit amusant et excitant pour ces gens, comme un centre de villégiature ou un hôtel ».

« Le design présent dans toutes mes communautés est influencé par les clients âgés que j’ai servis au fil des années et que je sers encore », a expliqué le PDG à Bored Panda. « J’ai pris la décision consciente et difficile de n’écouter que mes clients âgés. Ils m’ont appris tout ce que je sais aujourd’hui. »

Photo avec l’aimable autorisation de Jean Makesh

Les maisons de soins utilisent aussi des sons ambiants – comme des gazouillis d’oiseaux lorsque les résidents quittent leur domicile le matin – et des odeurs. « Au petit déjeuner ou au déjeuner, nous voulons qu’ils mangent », a déclaré M. Makesh à Today, « nous leur insufflons donc certains arômes appétissants comme la menthe poivrée ou les agrumes. »

M. Makesh encourage également ses résidents à amener des animaux domestiques pour vivre avec eux dans les maisons de soins Lantern, s’ils le souhaitent, pour une stimulation mentale et thérapeutique supplémentaire. Les foyers proposent également à leurs résidents des événements communautaires tels que des cours de danse et de cuisine.

Photo avec l’aimable autorisation de Jean Makesh

Lantern of Madison, construite en 2012, a été le fleuron. Selon Cleveland.com, la dernière édition de la franchise, Lantern of Chagrin Valley, une entreprise de 7 millions de dollars de South Russell, possède une cour intérieure, un village comprenant plusieurs résidences individuelles, un terrain de golf et même un salon de coiffure.

La conception bien étudiée de la franchise de maisons de soins Lantern « aide à réduire l’anxiété et la dépression », a expliqué M. Makesh à Fox 8.

Photo avec l’aimable autorisation de Jean Makesh

Selon Alzheimer’s News Today, rien qu’aux États-Unis, on estime que 5,5 millions de personnes de tous âges vivent avec cette maladie cognitive, la forme de démence la plus répandue. La plupart de celles-ci ont besoin de soins de longue durée. La confusion est un symptôme majeur, qui « fige » souvent les personnes atteintes dans une époque du passé, le plus souvent leur propre adolescence ou le début de l’âge adulte.

Il est impératif, selon M. Makesh, que les familles des résidents de Lantern, le personnel de soutien et les professionnels de la santé comprennent les limites et les exigences de la démence si l’on veut que les résidents des foyers aient les meilleures chances de s’améliorer grâce au traitement et à la réhabilitation.

Photo avec l’aimable autorisation de Jean Makesh

Il n’y a pas de remède à la démence. Cependant, selon Cleveland.com, Jean Makesh affirme que les maisons de soins Lantern font tout ce qu’elles peuvent pour ralentir la progression de la maladie dégénérative.

« L’espoir donne la vie », a conclu M. Makesh, en s’adressant à Bored Panda. « L’espoir ouvre la voie à de nouvelles idées. »

« Si tous les soignants et fournisseurs de soins commencent à penser à chaque personne atteinte de la maladie d’Alzheimer et souhaitent avoir une approche du point de vue des traitements et soins  », dit-il, « imaginez ce que nous pourrons faire collectivement pour impacter leur bien-être général ».

RECOMMANDÉ