Des plongeurs repèrent une raie manta blessée qui « demande » de l’aide. Ils voient alors des hameçons et se précipitent à son secours

Par Louise Bevan
24 février 2020
Mis à jour: 24 février 2020

Trop souvent, des créatures marines sont tourmentées par les détritus de l’industrie humaine.

Dans les eaux du récif de Ningaloo, au sud-ouest de l’Australie, un gentil géant s’est retrouvé en détresse. Heureusement, un humain consciencieux l’a croisé juste à temps.

En juillet 2019, Jake Wilton, un photographe sous-marin de Ningaloo Marine Interactions, plongeait avec le biologiste marin britannique Monty Halls. Soudain, les deux hommes ont remarqué qu’ils étaient suivis par une énorme créature marine.

La raie manta était une raie que M. Wilton avait déjà vue. Surnommée « Freckles» par les habitants pour son ventre caractéristique, M. Wilton a regardé la raie de plus près et s’est rendu compte qu’elle le poursuivait pour une raison : Freckles était en détresse et « demandait » de l’aide.

M. Halls a filmé l’interaction qui s’en est suivie. Il l’a ensuite qualifiée de « l’une des meilleures choses que j’ai jamais vues sous l’eau » dans une vidéo qu’il a partagée sur Facebook.

Les images en mouvement montrent la raie manta de 30 ans s’approchant de M. Wilton, comme si elle demandait de l’aide pour enlever les hameçons qui s’étaient enfoncés dans son œil droit. Elle semblait connaître le plongeur et lui faire confiance. M. Wilton a immédiatement compris ce qu’il devait faire.

« Je guide souvent des plongeurs dans la région, a-t-il confié à People, et c’est comme si elle me reconnaissait et me faisait confiance pour l’aider. Elle s’est rapprochée de plus en plus, puis a commencé à se déployer pour me regarder. Je savais qu’il fallait lui enlever les hameçons de l’œil, sinon elle aurait eu de gros problèmes. »

L’instinct de M. Wilton était juste. Les corps étrangers qui perforent la peau des créatures marines peuvent provoquer des infections mortelles. Si Freckles n’avait pas trouvé M. Wilton ce jour-là et si les hameçons avaient bougé, elle aurait pu perdre la vue.

M. Wilton a travaillé avec diligence. M. Halls a dit que la raie manta est restée parfaitement immobile pendant toute la procédure. « Je suis descendu pour une dernière tentative et la raie est restée complètement immobile dans l’eau », a-t-il dit.

Après avoir terminé sa mission de retirer les hameçons, M. Wilton a nagé triomphalement jusqu’à la surface de l’eau. Freckles, libérée de l’emprise dévastatrice des hameçons, s’est éloignée gracieusement à la nage.

« Cette raie manta a absolument compris ce qui se passait », s’est exclamé M. Halls au Daily Mail. « Jake est redescendu encore et encore, et elle est restée immobile pour lui. Je suis sûr qu’elle savait que Jake essayait de lui enlever les hameçons. »

Si les grandes raies manta peuvent paraître menaçantes, elles n’ont pas de pic externe comme les raies pastenagues et sont totalement inoffensives pour l’homme. En fait, elles ont le plus gros cerveau de tous les poissons et sont réputées pour leur intelligence.

Cet épisode d’interaction entre Freckles et M. Wilton est réconfortant, mais une réalité plus sombre se cache sous la surface. Chaque année, d’innombrables créatures marines sont blessées par les débris laissés par les humains et peu d’entre elles sont sauvées comme l’a été Freckles.

Des initiatives telles que le programme Marine Debris Program de la National Oceanic and Atmospheric Administration, qui comprend une application conviviale de suivi, « vous permettent de contribuer à faire quelque chose d’utile et de positif en vous enregistrant lorsque vous trouvez des déchets sur nos côtes et nos voies navigables », disent-ils.

C’est un pas dans la bonne direction pour protéger des créatures marines innocentes comme Freckles.

Depuis, M. Wilton a pris des nouvelles de Freckles. Le plongeur a dit à la BBC News qu’elle se portait bien. « Elle s’est arrêtée et est restée environ 30 secondes au-dessus de moi ; c’était assez spécial », a-t-il dit. « Les mantas ont une conscience de soi et peuvent reconnaître les raies manta individuellement… »

« Elle m’a peut-être reconnu. »

RECOMMANDÉ