Des pluies torrentielles s’abattent alors que les inondations submergent les régions de Chine

Par Nicole Hao
30 juin 2020
Mis à jour: 30 juin 2020

De fortes pluies ont provoqué de graves inondations dans 26 provinces de la Chine, et plus de 11 millions de personnes ont perdu leurs biens dans la catastrophe, selon les autorités.

En outre, la population locale soupçonnait déjà que les autorités déversaient aussi secrètement de l’eau dans les réservoirs qui s’étaient remplis d’eaux pluviales, aggravant ainsi les inondations.

Le ministère chinois des Ressources en eau (MWR) a annoncé que depuis le mois de juin, le niveau d’eau de plus de 198 rivières du pays avait atteint son seuil d’alerte, signifiant qu’on ne pouvait assurer la stabilité des berges qui risquent d’éclater si l’eau ne peut être déversée.

Il a également affirmé que les niveaux d’eau de 25 rivières avaient atteint un niveau supérieur à leur seuil d’alerte le 28 juin, ce qui signifie que des vies humaines sont en danger.

Des pluies plus abondantes sont prévues dans ces régions. L’Administration météorologique chinoise (CMA) a publié un avis d’ « alerte jaune » le 28 juin, deuxième des quatre niveaux d’alerte. Au cours des six dernières heures, les précipitations ont donc atteint 50 millimètres ou plus.

De fortes pluies prévues dans les prochaines 24 heures, les régions les plus touchées seront plus précisément les provinces du Guizhou, du Hunan, du Hubei, du Henan, de l’Anhui et du Jiangsu, ainsi que Shanghai. Ces pluies peuvent atteindre 200 millimètres.

Le 27 juin, Yichang, la ville située en aval du barrage des Trois-Gorges à Hubei, subit de graves inondations en raison des précipitations.

L’eau a rempli les sous-sols de nombreuses structures de la ville. Les internautes ont partagé des vidéos de piétons tombés dans les égouts et de voitures emportées par les inondations.

Les Trois-Gorges abritent le plus grand barrage du monde sur le fleuve Yang-Tzé. Depuis la mi-juin, les régions en amont du fleuve ont connu de fortes précipitations, remplissant son réservoir.

Les habitants ont avoué à l’édition chinoise d’Epoch Times qu’ils soupçonnaient les autorités d’avoir secrètement déversé de l’eau du réservoir des Trois-Gorges.

Soupçonnant un acte illicite, M. Zhang, lors d’un entretien téléphonique le 28 juin, a confié : « Il pleut chaque année pendant cette saison. Cette année, les précipitations ne sont pas plus importantes que les années précédentes. Pourquoi les inondations ont-elles touché Yichang cette année ? » Il a ajouté que l’excès d’eau du réservoir a probablement rendu difficile l’écoulement des eaux de pluie dans le Yang-Tsé, causant ainsi l’inondation.

Wang Weiluo, un hydrologue chinois résidant actuellement en Allemagne, a déjà précisé à Epoch Times dans une interview : « Le réservoir est un système très fragile. Lorsqu’il est confronté à des risques de sécurité en raison d’une trop grande quantité d’eau, il se décharge sans avertissement. »

L’opérateur du barrage, China Three Gorges Corporation, a indirectement confirmé qu’il avait déversé de l’eau du réservoir. Le 23 juin, la société a déclaré dans une annonce qu’à 10 h ce jour-là, « les 82 unités de production d’énergie hydroélectrique appartenant à notre société aux Trois-Gorges, aux barrages de Gezhouba, de Xiluodu et de Xiangjiaba ont été mises en service. C’est la première fois en 2020 qu’ils fonctionnent tous ».

Pour produire de l’électricité, le barrage doit évacuer de l’eau. Bao Zhengfeng, directeur du Département des ressources en eau de la filiale de la société China Yangtze Power Co., a déclaré à l’agence de presse d’État Xinhua que la raison pour laquelle le barrage des Trois-Gorges a été mis en service est que « la quantité d’eau qui est entrée dans le réservoir répondait aux exigences pour que l’unité de production d’électricité soit en fonctionnement ».

Ni la société ni l’agence de presse n’ont mentionné le risque d’inondation dû au déversement de l’eau.

Jusqu’à présent, les autorités n’ont pas annoncé le nombre de décès.

Inondations meurtrières

Le 28 juin, le lac Tai, dans la province du Jiangsu, a été inondé pour la première fois cette année.

Le MWR a averti que le niveau d’eau du lac Tai continuerait à monter au cours des deux prochains jours en raison des pluies torrentielles. Le fleuve Huai, qui traverse les provinces de l’Anhui et du Jiangsu, va probablement sortir de son lit, a-t-il prédit.

Les autorités avertissent également que le fleuve Wusuli dans la province du Heilongjiang, dans le nord-est de la Chine, le fleuve Dadu dans la province du Sichuan dans le sud-ouest, le fleuve Qi dans la ville de Chongqing, située dans le sud-ouest, le fleuve Jialing dans le Sichuan et à Chongqing, le fleuve Wu dans la province du Guizhou, située dans le sud-ouest, le fleuve Ruan dans la province du Hunan en Chine centrale, le fleuve Yang-Tsé dans la province du Hubei, le fleuve Zhang dans l’Anhui, et plusieurs autres sont « en danger ».

Le Sichuan est l’une des provinces les plus touchées.

Dans la soirée du 26 juin, de fortes pluies ont provoqué des inondations dans le canton de Mianning, comptant au moins 12 mortalités, selon les autorités locales. Le 28 juin, au moins 10 personnes étaient portées disparues.

Mme Wang, une touriste de la ville de Mianyang en visite de la région avec ses amis, a partagé son expérience avec l’édition chinoise d’Epoch Times. « À 2 h ou 3 h du matin le 27 juin, nous avons entendu quelqu’un frapper à notre fenêtre. En ouvrant la fenêtre, nous avons vu qu’un vieil homme se tenait dans les eaux de crue », a-t-elle dit. « Nous avons aidé le vieil homme à entrer dans notre chambre et nous avons constaté qu’il était blessé de partout. Ses jambes saignaient. »

Mme Wang a ajouté que l’hôtel où elle logeait ne l’a pas alertée lorsque l’inondation s’est produite, mais a retiré tous ses employés à l’avance.

Mme Wang et ses amis ont appelé la police à minuit, mais n’ont été secourus que quelques heures plus tard, vers 6 h. « L’eau est aussi profonde que 1,5 à 1,6 mètres », a-t-elle souligné, ajoutant que les petites structures sur la propriété de l’hôtel ont toutes bougé en raison de l’inondation.

Le saviez-vous ?

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

RECOMMANDÉ