Les produits capillaires humains saisis en provenance du Xinjiang fournissent des preuves de persécution dans des « camps de rééducation »

Par Venus Upadhayaya
3 août 2020
Mis à jour: 4 août 2020

Dans un geste qui pourrait contribuer à donner un aperçu des violations des droits de l’homme en Chine, les douanes américaines (CBP) ont saisi 13 tonnes de produits capillaires humains provenant de la province occidentale du Xinjiang au cours de la première semaine de juillet. Le 20 juillet, le ministère du Commerce a sanctionné une entreprise chinoise d’accessoires capillaires.

Produits capillaires provenant d’une cargaison chinoise saisie par le service des douanes et de la protection des frontières des États-Unis le 1er juillet 2020. (Avec l’aimable autorisation du CBP)

Des survivants, des enquêteurs et des groupes d’activistes ouïghours ont déclaré que les cheveux saisis proviennent de femmes hébergées dans divers camps de concentration et de travail du Xinjiang et que, pour la première fois, les autorités américaines disposent d’une preuve solide pour poursuivre l’enquête sur la persécution du groupe minoritaire musulman.

« Mon calcul sommaire est que cet envoi représente les cheveux d’environ 90 000 femmes, incarcérées dans des ‘camps de rééducation’. Bien que ce genre de cheveux longs et exotiques – châtains, mèches rouges – soient généralement identifiés dans les catalogues chinois par l’euphémisme ‘mongol’, les cheveux sont rasés sur la tête des femmes ouïgoures, kazakhes, kirghizes et huis », a récemment déclaré le journaliste d’investigation Ethan Gutmann, qui a rendu visite à plusieurs survivants de camps en Turquie et au Kazakhstan, dans un courriel à Epoch Times.

Le gouvernement américain a pris une série de mesures pour répondre à la répression au Xinjiang.

Plus récemment, le 20 juillet, le ministère du Commerce a ajouté 11 entreprises chinoises impliquées dans des maltraitances au Xinjiang, dont la Hetian Haolin Hair Accessories Co. Ltd, à sa liste d’entités. Cette liste est un outil permettant de restreindre l’exportation, la réexportation et le transfert de produits soumis à la réglementation des exportations par les personnes ou entreprises impliquées dans des activités qui menacent la sécurité nationale ou les intérêts de politique étrangère des États-Unis.

Le 31 juillet, le Bureau du contrôle des avoirs étrangers (Office of Foreign Assets Control – OFAC) a sanctionné une entité du régime chinois et deux fonctionnaires ou anciens fonctionnaires du régime pour violation des droits de l’homme, notamment pour détention arbitraire à grande échelle et sévices physiques graves.

Dans les camps de concentration

Gulbakhar Jalilova, citoyenne du Kazakhstan et survivante des camps de concentration du Xinjiang, était commerçante et se rendait souvent à Urumchi, la capitale de la région autonome du Xinjiang, pour acheter des vêtements. Elle a été arrêtée en 2017 dans son hôtel, pour ce que les autorités chinoises ont écrit dans son document de procès comme « complicité d’activités terroristes ».

Gulbakhar Jalilova avant son séjour dans le camp de concentration du Xinjiang. (Avec l’aimable autorisation de Gulbakhar Jalilova)

Mère de quatre enfants, Gulbakhar Jelilova a été logée dans un espace de 6 m² pendant 465 jours avec de nombreuses autres femmes auxquelles on administrait quotidiennement des médicaments inconnus. L’une des premières choses que les autorités du camp ont faites lorsque ces femmes sont arrivées dans le camp a été de leur couper les cheveux, ce qui a été fait régulièrement pour celles qui restaient dans le camp pendant de longues périodes.

Mme Jelilova s’est récemment entretenue au téléphone avec Epoch Times. Elle a rencontré le journaliste d’investigation Gutmann à Istanbul, en Turquie, en octobre 2019. Pour M. Gutmann, Gulbakhar Jelilova a décrit comment les détenues étaient emmenées dans un trou dans le mur – leurs mains menottées à l’avant – pendant qu’une personne qu’elles ne pouvaient pas voir leur coupait les cheveux de l’autre côté du mur.

M. Gutmann a décrit ce que les survivantes qu’il a rencontrées lui ont raconté au sujet de leur arrivée dans le camp.

« C’était systématique. En entrant dans le camp, les femmes étaient forcées de s’aligner devant un trou dans le mur. Quand c’était votre tour, vous étiez forcée de passer votre tête à travers le trou pendant qu’une main invisible vous cisaillait la tête avec une tondeuse – comme l’a dit une femme, comme un animal », a déclaré M. Gutmann.

Les cheveux longs sont considérés comme une question d’honneur pour les femmes dans la culture ouïghoure originelle.

Mihrigul Tursun, 30 ans, une autre survivante des camps de concentration qui a témoigné devant le Congrès américain en novembre 2018 et qui a été trois fois en détention, une fois en prison et deux fois dans un camp de concentration, pour un total de 11 mois étalés sur deux ans de 2015 à 2017, a déclaré au téléphone à Epoch Times que trois jours après son arrivée en prison la première fois, les cheveux des 50 détenues de sa cellule ont été coupés – presque toutes avaient des cheveux longs et tressés.

Gulbakhar Jalilova faisant une démonstration du « trou dans la porte » où sa tête a été rasée, à Istanbul en octobre 2019. (Ethan Gutmann)

« Tout le monde était déprimé, bouleversé. Elles se sentaient impuissantes et désespérés. Elles se sentaient déshonorées. Même si cela ne les a pas blessées physiquement, cela les a blessées mentalement, émotionnellement et spirituellement », a déclaré Mme Tursun, ajoutant qu’elle avait les cheveux longs à la taille lorsqu’elle est entrée dans la prison.

Mihrigul Tursun a des souvenirs heureux de sa mère qui lui a tressé les cheveux longs jusqu’à l’âge de 15 ans. Elle se souvient avec tendresse des nombreux concours de cheveux longs organisés dans son école et dit qu’il existe 12 à 15 sortes de tresses et de nombreux accessoires pour les cheveux que les femmes ouïgoures utilisent.

Elfidar Hanim, le secrétaire de l’Association américaine des Ouïghours, a déclaré au téléphone au journal Epoch Times que l’importance accordée à la croissance des cheveux longs est devenue pratique pour les autorités chinoises qui utilisent les cheveux des détenus des camps de travail et de concentration pour gagner de l’argent.

La cargaison de 13 tonnes fabriquée par la société Lop County Meixin Hair Product Co. Ltd., que les douanes américaines ont saisie le 1er juillet, est évaluée à 800 000 dollars. E. Hanim a déclaré que cette affaire existe depuis des années.

« La Chine fait ce commerce depuis un certain temps, mais ces produits capillaires n’ont jamais été saisis. Cette fois, cela s’est produit parce qu’il y a une plus grande prise de conscience sur le sujet et aussi parce que Radio Free Asia en a récemment parlé », a-t-elle déclaré.

Radio Free Asia a publié le 28 mai dernier un reportage intitulé L’industrie des produits capillaires provenant du boom du travail forcé ouïghour dans le comté de Lop, dans le Xinjiang, réalisé par la journaliste Gulchehra Hoja. RFA a confirmé au Epoch Times par e-mail que leur reportage précoce a joué un rôle clé en aidant le CBP à saisir la cargaison le 1er juillet.

La pointe de l’iceberg

MM. Gutmann et Hanim ont déclaré que les produits capillaires ne sont que la preuve d’un seul aspect d’un large éventail de violations graves des droits de l’homme.

« Pourtant, ce n’est que la partie visible de l’iceberg. Si vous allez plus loin, vous trouverez des preuves de travail forcé, d’esclavage sexuel et de stérilisation forcée. Le plus grand nombre de vies – j’estime que plus de 10 000 femmes par an, au minimum – sont perdues à cause du prélèvement d’organes vivants. Lorsque les Occidentales utilisent des produits de beauté chinois contenant du collagène, elles étalent par inadvertance les restes de ce groupe sur leur visage », a écrit M. Gutmann.

M. Hanim a déclaré que les Ouïghours à l’intérieur de ces camps de concentration sont soumis à des prélèvements illégaux d’organes, à des stérilisations forcées et sont utilisés comme « cobayes » pour des tests médicaux. « De plus, ils utilisent maintenant les Ouïghours pièce par pièce pour en tirer de l’argent, en commercialisant tout ce qu’ils peuvent obtenir », a déclaré M. Hanim, qui a comparé ces histoires à celles provenant des camps de concentration nazis.

Les anciennes détenues Mihrigul Tursun et Gulbakhar Jelilova ont parlé de détenus soumis à des tests sanguins et des tests de grossesse. Les femmes enceintes étaient forcées d’avorter. Elles racontent aussi qu’on leur donnait chaque jour des médicaments inconnus. Elles ont dit que ces médicaments arrêtaient les menstruations chez les jeunes femmes. Gulbakhar Jelilova a dit que les médicaments leur étaient donnés pour les faire taire. Elles ne ressentaient ni la douleur ni la faim.

Une photo récente de Gulbakhar Jalilova à Istanbul, en Turquie. (Avec l’aimable autorisation de Gulbakhar Jalilova)

Dans un rapport d’étude publié le 28 juillet, l’Uyghur Human Rights Project (UHRP) a déclaré que le régime chinois a fait un « effort acharné » pour couvrir ses crimes contre la minorité musulmane du Xinjiang. Après avoir été confronté à l’examen d’août 2018 par le Comité des Nations unies pour l’élimination de la discrimination raciale, le régime a tenté de justifier l’existence des camps de concentration comme un effort pour éduquer les « extrémistes » et comme des « centres de formation professionnelle ».

« Plus tard, le gouvernement a prétendu que les détenus avaient ‘obtenu leur diplôme’, car il a lancé un vaste programme de travail forcé en usine et infligé de longues peines de prison sans procès », a déclaré l’UHRP dans un communiqué.

Tests ADN

MM. Gutmann et Hanim ont déclaré que la saisie des cheveux humains du Xinjiang par les douanes donne aux États-Unis l’occasion d’approfondir la question, car ils ont maintenant une preuve concrète à portée de main.

« Les douanes américaines vont apparemment tester l’ADN, vraisemblablement pour établir que le cheveu est d’origine ouïghoure ou kazakhe, plutôt que chinoise han. Mais cela ne va pas assez loin. Pékin nous a involontairement donné des preuves matérielles d’un crime », a déclaré M. Gutmann.

M. Hanim a déclaré que c’est une preuve difficile à établir, car il est plus facile de faire un test ADN si les racines des cheveux sont intactes, alors que ces produits capillaires n’en ont pas. Elle a ajouté que les douanes ne devraient cependant pas renvoyer cette cargaison aux Chinois sans que les preuves soient établies.

Des personnes d’Atajurt, une organisation kazakhe de défense des droits de l’homme avec le journaliste d’investigation Ethan Gutmann à Almaty, Kazakhstan, janvier 2020. (Josephine De Haan-Montes)

« Aussi, nous aimerions qu’ils détruisent les cheveux ou les gardent au lieu de les rendre à la Chine, parce qu’ils vont les revendre à d’autres pays, ils vont les revendre à des pays pauvres. Et la Chine trouvera aussi un moyen de les revendre, à l’avenir, ils pourraient donner un nom différent et les transférer dans d’autres régions ou même les étiqueter comme cheveux indiens », a déclaré M. Hanim.

Elle a ajouté que les États-Unis devraient inciter les autres pays occidentaux à ne pas acheter de produits provenant du travail forcé ou des camps de concentration du Xinjiang.

Le saviez-vous ? 

Epoch Times est un média indépendant, différent des autres organisations médiatiques. Nous ne sommes influencés par aucun gouvernement, entreprise ou parti politique. Notre objectif est d’apporter à nos lecteurs des informations factuelles et précises, en étant responsables envers notre lectorat. Nous n’avons d’autre intention que celle d’informer nos lecteurs et de les laisser se faire leur propre opinion, en utilisant comme ligne directrice les principes de vérité et de tradition.

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Vous pouvez nous aider à vous tenir informés

Pourquoi avons-nous besoin de votre soutien ? Parce que Epoch Times est un média indépendant ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Un journalisme indépendant et gratuit est de plus en plus difficile à obtenir en ces temps où la vérité est à la fois de plus en plus nécessaire et de plus en plus censurée. C’est pourquoi nous avons besoin de votre soutien. Chaque don est important et vous ouvre le droit à une déduction fiscale de 66%.

RECOMMANDÉ