Des scientifiques découvrent qu’une momie égyptienne que l’on croyait être un prêtre masculin était en fait une femme enceinte d’une vingtaine d’années

Par Epoch Times
13 mai 2021
Mis à jour: 13 mai 2021

Une équipe de chercheurs de Varsovie, en Pologne, qui effectuait un examen sur une ancienne momie égyptienne, initialement considérée comme un prêtre masculin, a été stupéfaite lorsque la momie s’est révélée être une femme qui était enceinte avant sa mort.

Cette découverte, faite par les chercheurs du projet de momie de Varsovie, est la première du genre. La momie date du 1er siècle avant J.-C. et constitue le premier cas de corps embaumé d’une femme enceinte connu à ce jour dans le monde.

Des chercheurs de Varsovie, en Pologne, ont découvert qu’une momie, que l’on pensait être celle d’un prêtre masculin, était en fait celle d’une femme enceinte d’une vingtaine d’années (Avec l’aimable autorisation de B. Bajerski/Muzeum Narodowe w Warszawie via le projet de momie de Varsovie).
La momie retirée de son sarcophage (Avec l’aimable autorisation de B. Bajerski/Muzeum Narodowe w Warszawie via le projet de momie de Varsovie).

« Nous présentons ici le seul exemple connu d’une femme enceinte momifiée et les premières images radiologiques du fœtus », ont écrit les chercheurs dans le Journal of Archaeological Science, annonçant la découverte.

La momie aurait été trouvée dans des tombes royales à Thèbes, en Haute-Égypte. Un examen plus approfondi a révélé que la femme était issue de l’élite de la communauté thébaine. Elle a été soigneusement momifiée et enveloppée dans du tissu.

Les scans radiologiques effectués par les chercheurs ont confirmé que la femme était morte dans la vingtaine avec son fœtus, qui avait alors entre 26 et 30 semaines. Cependant, l’identité de la femme reste inconnue.

La momie d’une femme enceinte et son sarcophage (Avec l’aimable autorisation de B. Bajerski/Muzeum Narodowe w Warszawie via le projet de momie de Varsovie).

Le fœtus a été retrouvé en partie dans les zones inférieures du petit bassin et du bassin, momifié avec sa mère.

Le corps de la femme, morte il y a environ 2 000 ans, avait été enveloppé dans un tissu et portait sur elle un riche ensemble d’amulettes. Les chercheurs suggèrent que les amulettes représentent les quatre fils d’Horus, ce qui indique qu’elle était une personne en vue à Thèbes.

Les chercheurs ont utilisé un scanner pour examiner la momie féminine. (Avec l’aimable autorisation d’Aleksander Leydo/Warsaw Mummy Project)
D’autres images scannées de la momie montrent ses os et les tissus restants. (Avec l’aimable autorisation du Warsaw Mummy Project (projet de momie de Varsovie))

« C’est la découverte la plus importante et la plus significative à ce jour, une surprise totale », a déclaré à l’Associated Press Wojciech Ejsmond, membre de l’équipe de recherche.

Les chercheurs du projet ont baptisé la femme la « Dame mystérieuse » du Musée national de Varsovie en raison des récits contradictoires sur son origine.

Les restes momifiés auraient été donnés pour la première fois à l’université de Varsovie en 1826. Les inscriptions sur le cercueil et le sarcophage avaient conduit les archéologues à penser que la momie était un prêtre du nom de Hor-Djehuti.

Un scanner montre la zone abdominale de la momie. (Avec l’aimable autorisation de Marzena Ożarek-Szilke/Warsaw Mummy Project)
Un scanner de la région pelvienne de la momie (Avec l’aimable autorisation de Marcin Jaworski/Warsaw Mummy Project)

L’emballage parfait de la momie représente un bon exemple des compétences de l’Égypte ancienne en matière d’embaumement, ce qui suggère qu’elle avait un statut social élevé.

« Cette momie offre de nouvelles possibilités d’études sur la grossesse dans l’Antiquité, qui peuvent être comparées et mises en relation avec des cas actuels », ont écrit les chercheurs.

« En outre, ce spécimen jette une lumière sur un aspect non étudié des coutumes funéraires de l’Égypte ancienne et des interprétations de la grossesse dans le contexte de la religion égyptienne ancienne. »

Le Dr Marzena Ozarek-Szilke, membre de l’équipe de recherche, a déclaré à l’agence de presse publique polonaise que l’équipe espère ensuite étudier de petites quantités de tissus pour établir la cause du décès de la femme.

Un scan montrant le crâne et les dents de la momie (Avec l’aimable autorisation de Marcin Jaworski/Warsaw Mummy Project)
Un scan montrant les amulettes enveloppées sur le corps de la femme (Avec l’aimable autorisation du Warsaw Mummy Project)
Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ