Des scientifiques trouvent une tête de requin vieille de 330 millions d’années fossilisée dans une grotte du Kentucky

Par CNN
4 février 2020 Mis à jour: 4 février 2020

Le parc national de Mammoth Cave du Kentucky est très éloigné de l’océan, mais des fossiles récemment découverts suggèrent que la région grouillait autrefois de requins.

Les scientifiques ont identifié les restes de 15 à 20 espèces différentes de requins dans les profondeurs de la grotte, dont une partie de la tête d’un grand type de requin blanc qui ressort en partie d’un mur, a déclaré le paléontologue John-Paul Hodnett à CNN.

Les requins vivaient il y a environ 330 millions d’années dans ce que l’on appelle la période géologique du Mississippien tardif, lorsque les océans couvraient une grande partie de l’Amérique du Nord. Lorsqu’ils sont morts, leurs restes ont été enfermés dans des sédiments qui ont fini par devenir le calcaire où la grotte s’est formée.

« Il n’y a pratiquement aucune trace de dents de requins provenant de ces rochers. C’est donc passionnant », a déclaré M. Hodnett. « Ce sont de nouvelles données sur des requins d’une époque particulière. »

Les scientifiques de Mammoth Cave Rick Olson et Rick Toomey cartographiaient une partie éloignée de la grotte lorsqu’ils ont commencé à voir des fossiles de requins, selon Vincent Santucci, un paléontologue chevronné du service des parcs nationaux.

Ils ont envoyé des photos de leur trouvaille à M. Hodnett parce qu’il est un expert des requins du Paléozoïque. Il travaille au parc des dinosaures du Maryland, un site de fossiles près de Washington, DC, et soutient la recherche pour le Service des parcs nationaux.

Il y avait pas mal de dents de requin sur les photos, a dit M. Hodnett, mais il a aussi vu du cartilage qui, selon lui, pourrait être le squelette d’un requin. C’est assez rare, car le cartilage est plus mou que l’os, donc il n’est pas souvent préservé.

Lorsque le scientifique a visité la grotte en novembre, il a réalisé qu’il regardait quelque chose de bien plus exceptionnel.

« Il s’avère qu’il ne s’agit pas d’un squelette, mais de parties de la tête. Et la tête elle-même est assez grande », a déclaré M. Hodnett.

Vous pouvez voir la partie de la mâchoire du requin où il se serait attaché au crâne et l’extrémité qui aurait été son menton, a dit M. Hodnett. Une partie du milieu de la mâchoire n’est pas visible, mais il a estimé qu’elle aurait fait environ 60 cm de long.

En étudiant ses dents, M. Hodnett a pu déterminer que le fossile faisait partie d’une espèce appelée Saivodus striatus, qui avait à peu près la taille d’un grand requin blanc moderne – environ 4,8 à 6 m de long.

Il a expliqué qu’ils ne savent pas combien de requins sont encore enfouis dans la roche.

« C’est super excitant, mais ce n’est pas la chose la plus facile à étudier », a déclaré M. Hodnett. « Les grottes sont un environnement très particulier, il n’est donc pas recommandé de retirer de gros morceaux de roche et d’endommager ainsi l’environnement intérieur. »

Se rendre dans cette partie de la grotte est un défi en soi. M. Hodnett a dit qu’ils ont dû ramper à quatre pattes sur environ 400 mètres pour arriver à leur but.

« Il va être très difficile d’apporter l’équipement approprié pour sortir correctement le spécimen de la grotte », a-t-il dit.

M. Hodnett affirme qu’il continue à étudier les spécimens de fossiles qu’il a recueillis dans la grotte, il a déjà beaucoup appris. Il estime avoir trouvé les fossiles d’environ 150 requins différents, de 15 à 20 espèces différentes.

La plupart des fossiles de la fin du Mississippien ont été trouvés en Europe, ce qui pourrait répondre à beaucoup de questions sur ce qui se passait alors en Amérique du Nord.

« Nous avons simplement gratté la surface, et les requins ressortent simplement de la surface », a déclaré M. Hodnett. « Nous espérons donc pouvoir obtenir, grâce à un travail de terrain plus approfondi, des spécimens supplémentaires qui nous aideront à obtenir une diversité plus riche. »

Les chercheurs prévoient de présenter leurs conclusions préliminaires en octobre lors d’une réunion de la Société de paléontologie des vertébrés.

M. Santucci a dit que les fossiles ont été trouvés dans une partie éloignée du parc que les gens ne peuvent pas visiter sans permission spéciale, mais ils ne veulent pas révéler l’endroit exact.

Ils finiront par exposer les fossiles dans le parc et sur Internet. Mais, dit-il, le projet ne fait que commencer.

« C’est étonnant de voir la vitesse à laquelle nous découvrons des choses intéressantes », a déclaré M. Santucci.

RECOMMANDÉ