Des tonnes de déchets ramassés au bord des routes dans l’Hérault

Par Epoch Times
19 septembre 2020
Mis à jour: 19 septembre 2020

Lancée en septembre 2018 dans 150 pays, la journée mondiale du Nettoyage tombe cette année ce samedi 19 septembre.

Le « World Clean Up Day »

Le « World Clean Up Day », né d’un mouvement citoyen et environnemental estonien, est l’occasion pour tout un chacun de retrousser ses manches et participer au nettoyage de son quartier, de sa ville et, plus généralement, de la planète.

En 2019, le 21 septembre, cette journée citoyenne avait rassemblé plus de 265 000 participants dans toute la France !

Cette année, cette journée se déroulant en même temps que les journées européennes du Patrimoine, beaucoup s’y sont pris avant, organisant de vastes opérations de nettoyage de déchets sauvages dès le week-end dernier.

C’est ainsi le cas du petit village de Saint-Victor-la-Coste dans le Gard, qui a rassemblé une trentaine de ses habitants pour un nettoyage, non pas de printemps, mais de rentrée, dès dimanche 13 septembre.

Sur le site officiel du World Clean Up Day, une carte interactive répertorie toutes les opérations de nettoyage prévues jusqu’à dimanche, partout en France. Près de 2 000 événements y sont présentés.

Dans l’Hérault, 300 agents pour plus de 150 m² de déchets

Dans l’Hérault, près de 300 agents routiers du département ont été mobilisés ce jeudi afin de nettoyer les abords des quelque 4 500 km de routes, ronds-points, aires de repos et les 150 km de pistes cyclables du département.

Initié il y a cinq ans par Christophe Morgo, maire de Villeveyrac et vice-président du conseil départemental délégué à l’environnement, et Audrey Imbert, conseillère départementale, pour le seul secteur de Thau, le projet s’est rapidement étendu à tout le département de l’Hérault.

Aux canettes, bouteilles, mégots et autres détritus généralement balancés directement des fenêtres par les automobilistes, s’ajoutent cette année des masques jetables et même des capsules de protoxyde d’azote (gaz hilarant). « Dans le secteur Petite Camargue, ce sont par exemple 110 masques jetables et 200 capsules de gaz de protoxyde d’azote sur environ 7 km de routes », précise le Département dans un communiqué.

Bilan catastrophique : ce sont plus de 150 m² de déchets qui ont ainsi été collectés sur tout le département, quasiment autant que l’an dernier.

Cette pollution due à l’inconscience et l’insouciance d’automobilistes a pourtant des conséquences désastreuses. En effet, les fossés qui longent les routes ont pour objectif de canaliser les eaux de ruissellement, mais lorsqu’ils sont déjà engorgés de déchets, les risques d’inondation sur les routes sont autant de causes d’accidents parfois mortels… Sans compter les effets de pollution plus vastes sur les sites naturels, rivières, lagunes, plages, étangs…

RECOMMANDÉ