Des triplés prématurés, nés après trois fausses couches et une grossesse à haut risque, sont aujourd’hui en pleine forme

Par Louise Bevan
21 juillet 2021
Mis à jour: 21 juillet 2021

Une maman était incrédule en apprenant qu’elle attendait des triplés après avoir perdu trois bébés à la suite de fausses couches.

En novembre 2018, Christine Taala de Miami, Floride, déjà mère d’une préadolescente et d’une nouveau-née, était extrêmement inquiète, se demandant comment elle allait s’occuper de cinq enfants, et elle craignait le pire.

Mais les paroles réconfortantes de sa mère, qui lui a dit que c’était peut-être la façon dont Dieu lui rendait les trois bébés qu’elle avait perdus, l’ont encouragée à poursuivre courageusement sa grossesse.

Aujourd’hui, les triplés de Christine sont un témoignage d’espoir.

« Les choses arrivent pour une raison, nous ne savons pas exactement pourquoi elles arrivent, mais nous finirons par le savoir », a déclaré Christine lors d’une interview accordée à Epoch Times.

Christine Taala (C) avec son mari Talmage, et leurs cinq filles (Avec l’aimable autorisation de Christine Taala)

Christine, 35 ans, a rencontré son mari Talmage, 37 ans, en randonnée à Las Vegas fin 2015. Le couple s’est fiancé en avril 2016 et s’est marié l’année suivante.

Au cours de la période entre décembre 2015 et mars 2017, Christine a fait deux fausses couches. Elle a donné naissance à leur première fille, Mila, en janvier 2018. Pourtant, en août de la même année, la nouvelle maman a été hospitalisée, de nouveau enceinte, et a fait une fausse couche.

Encore en deuil de sa troisième fausse couche, la nouvelle de sa grossesse spontanée de triplés en novembre 2018 a été difficile à encaisser. À 10 semaines de grossesse, son médecin a suggéré de réduire le nombre de foetus qu’elle portait pour augmenter les chances de survie de ceux qui resteraient. Sa grossesse était à haut risque, mais Christine ne pouvait pas se réconcilier avec la perte d’un de ses bébés.

L’échographie de Christine montrant des triplés (Avec l’aimable autorisation de Christine Taala)

Avec le soutien moral de sa mère, Christine a peu à peu repris espoir et a cru que Dieu avait prévu qu’elle soit mère de triplés dans un but précis. Elle a eu une révélation : ses bébés n’étaient ni une punition ni un test, ils étaient sa raison d’être.

Le cas de Christine était une double grossesse rare issue de deux ovules distincts ; les vrais jumeaux A et B ont été conçus une semaine après le bébé C.

Pour ajouter à leur joie, Christine, son mari et ses filles de 11 ans et 9 mois ont appris, lors d’une cérémonie spéciale de révélation du sexe des bébés qui s’est tenue à Walt Disney World, qu’ils allaient accueillir trois petites filles.

Christine Taala (D) avec son mari Talmage, et ses deux filles lors de la surprise de la révélation du sexe des triplés à Walt Disney World en 2018 (Avec l’aimable autorisation de Christine Taala)

Tout semblait bien aller jusqu’à ce que le périnatologue de Christine remarque que le bébé A avait cessé de grandir. Partageant un cordon ombilical avec le bébé B, la petite fille dans son ventre ne recevait pas assez de nutriments.

Après une intervention pour rectifier le flux sanguin à l’hôpital pour enfants du Texas, Christine a tenu bon jusqu’au 28 mars 2019, avant de déclencher le travail à 26 semaines. Elle a accouché le lendemain avec l’aide d’une équipe de 25 experts. Les trois enfants ont été emmenées à l’Unité de soins intensifs néonatals (USIN). L’une a dû être réanimée et les deux autres ont été intubées, tandis que Christine a été retenue pour récupérer d’une fièvre.

« Nerveuse et excitée », elle a vu ses petites filles pour la première fois trois jours plus tard.

« Nous avons dû nous laver les mains, puis nous nous sommes approchés de chaque couveuse », raconte-t-elle. « J’étais terrifiée à l’idée de les toucher, elles semblaient si fragiles, leurs corps n’étaient que des os et de la peau pure. »

Talmage avec deux des triplés nouveau-nés (Avec l’aimable autorisation de Christine Taala)

Les 15 premiers jours des triplés à l’USIN ont été les plus effrayants de la vie de Christine. Le bébé A avait une communication interventriculaire (CIV, ou trou dans le cœur) et des hémangiomes dans le foie, le bébé B avait une CIV moins grave et le bébé C avait une hémorragie cérébrale de stade 4. Christine est devenue maître des recherches internet sur tout ce qui a trait à la santé des bébés.

Les pronostics des médecins étaient pessimistes jusqu’à ce que les bébés prennent un virage positif après trois semaines. Les petites combattantes ont commencé à prendre du poids et leur taux d’oxygène s’est normalisé.

Pendant 103 jours, l’hôpital a été la deuxième maison de la famille. Jusqu’à ce que finalement, le 2 juillet 2019, deux bébés rentrent chez eux, suivis de près par leur sœur.

Les triplés de Christine et Talmage en juillet 2019 (Avec l’aimable autorisation de Christine Taala)

Après tant de mois de stress, Christine, une travailleuse de la santé, a souffert d’un syndrome de stress post-traumatique. Les triplées – Aria, Lilah et Sienna – ont souffert d’épisodes d’apnée du sommeil et l’une d’elles a attrapé un virus respiratoire syncytial (VRS), ce qui les a renvoyées brièvement à l’hôpital.

Christine a déclaré qu’essayer de concilier le travail, les enfants, les horaires, les repas, les couches et les tout-petits qui criaient avait été son « deuxième plus grand défi ». S’occupant en priorité de leurs petites filles, Talmage s’est joint à eux pour aider sa femme bien-aimée, et la famille a trouvé son équilibre.

« Mon mari, je pense, a été fait pour être un papa de triplés ! » dit-elle. « Il peut rester calme quand je m’effondre… Je pense vraiment que nous avons appris à former une équipe, car ce n’est pas le travail d’un seul parent. »

(Avec l’aimable autorisation de Christine Taala)

Pour Christine, voir son trio affectueux grandir ensemble est la meilleure partie dans son entreprise d’éduquer des triplés. Le fait que ses filles, maintenant des bambins, grandissent maintenant bien confirme sa théorie selon laquelle tout arrive pour une raison.

« Je crois fermement à ce dicton lorsque je regarde tous les hauts et les bas que nous avons traversés », dit-elle. « D’une certaine manière, cela a fait de nous des êtres humains plus forts, mais aussi des parents et un couple plus forts. »

Christine blogue maintenant sur la vie de maman et l’éducation des triplés sur Instagram.

« Ces triplés sont des bébés miracles », a-t-elle déclaré à Epoch Times. « Vous voyez les filles aujourd’hui, elles traversent chaque étape du chemin. Je vois à quel point elles sont accomplies, à quel point elles sont fières d’apprendre une nouvelle tâche ou compétence chaque jour. Elles sont nos héroïnes ! »

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide de l’État et n’appartenant à aucun groupe politique ou financier. Depuis le jour de notre création, nous faisons face à des attaques systématiques pour faire taire la vérité, notamment de la part du parti communiste chinois. C'est pourquoi nous comptons sur votre générosité pour défendre un journalisme indépendant, honnête et en bonne santé. Ensemble, nous pouvons continuer à faire connaître la vérité.

RECOMMANDÉ